Le climat a fortement influencé l'homonisation depuis les prémisses de l'humanité.
Nous avons donc mis à votre disposition ici chronologie climatique du dernier millénaire en Europe.

casastre napoléon 1809
Cliquez sur l'image et
découvrez le cadastre de 1809

L'histoire de Francescas au 19ième siècle

En 1800, la superficie et les limites de ladite commune sont semble-t-il correspondantes aux limites actuelles, les communes limitrophes n'ayant pas changé depuis les origines. Quant à la population, on peut l'estimer entre 1300 et 1500 habitants.
Constatation assez étonnante, la commune est partagée en deux:
Francescas du levant et Francescas du couchant, séparées vraisemblablement par la route de Moncaut à Condom (Fieux-Moncrabeau), qui à cette époque encore n'était qu'un chemin.
Il y a deux Conseils Municipaux distincts, se réunissant en même temps, mais délibérant séparément en signant ensemble le registre.
Cette originalité laisse supposer un effort de synthèse enorme, ou la domination d'un Conseil Municipal ou de l'autre.
Cette situation, propre au département du Lot-et-Garonne, ne se trouve plus sur le recensement de 1821.

1803-1811: En suivant une à une toutes les délibérations des Conseils Municipaux de ces huit premières années de la vie
communale , on peut avoir une idée de l'évolution des préoccupations des Franciscains.
Le problème de l'octroi, qui n'est jamais résolu. L'eau qui reste un sujet d'attention permanente.
L'entretien des bâtiments, le manque évident des ressources sont des soucis réels de ces citoyens, qui goûtent à la liberté.
Ces citoyens, qui sont nés libres et égaux en droit selon la formule, comme partout en France, se rendent compte, qu'il y a entre la réalité et les déclarations, quelques différences qu'il convient d'adapter.
On peut penser que ces responsables, qu'ils soient élus ou désignés, ont dûs conserver le bien du public et le soucis du bien de toute la population.
Ceci pour que vive Francescas et que ses habitants puissent suivre l'évolution et les progrès, qui vont se manifester bientôt et de plus en plus vite.

1803 : Comme il est du devoir des magistrats de veiller sur la salubrité de l’air, considérant que les chaleurs excessives occasionnent une tendance à la putridité des humeurs er celles-ci occasionnent des fièvres malignes, considérant que les fumiers mis devant les portes des citoyens répandant des vapeurs et corrompent l’air, considérant que l’on ne pourrait trop prendre de précautions pour entretenir la santé des citoyens, que l’influence des ordures et fumiers exposent.
Vu les considérants ; les Maires du Levant et du Couchant arrêtent :
Art 1 : Les fumiers et ordures déposés devant les maisons dans les quatre rues qui aboutissent aux portes de la ville et les deux aboutissant à l’église, seront enlevés par les particuliers qui logent dans les maisons devant lesquelles sans ces tas.
Art 2 : La visite sera faite le 1er Vendémiaire An 12
Art 3 : Le contrevenant sera puni de l’amande
Art 4 : L’appariteur après cette époque pourra les enlever et les vendre à son profit sans préjudice de l’amande qui sera payée par le réfractaire
Art 5 : Par la suite et sans qu’il soit besoin d’un autre arrêté, les rues seront entretenues propres et balayées.
Art 6 : Le présent arrêté sera publié et affiché aux lieux accoutumés.
Francescas, le 2 Complèmentaire An 11
Signé Dupin-Belloc et Dupin, maires

24 septembre 1803 : Ban des vendanges. Suite aux réclamations de citoyens contre des citoyens se disputant au milieu des clos, étant donné que les raisins ne sont pas mûrs, les mairies arrêtent :
Art 1 : Défense de vendanger avant le 6 Vendémiaire
Art 2 : Amande aux contrevenants

1804: Duvegneau-Parizeau, médecin

4 février 1804 : Séance annuelle du Conseil Municipal ; voici la première délibération établie selon la formule encore en vigueur à ces jours, c’est-à-dire portant en tête la forme de convocation, l’heure et la liste des conseillers présents à la séance : réunis au nombre de douze, soit les citoyens : Bigos, Lartigues, Pléchac, Corne, Balleton, Bazignan jeune, Mouinier, Bazignan, Sonnein, Cadeillan, Dupin, Bourratière, adjoint du Couchant. Réception de Bourratière cadet et Barrière qui prêtent serment de fidélité à la constitution, ce qui porte le nombre des présents à quatorze.

1805: Avec l'année 1805 se termine le calendrier révolutionnaire. L'Empire a remplacé la République.

1er mai 1806 : séance annuelle, les coptes de 1806 sont approuvés et le budget s’établit à 734,24 francs, la délibération porte sur l’impossibilité d’établir un octroi, le mur d’enceinte présentant de nombreux passages

28 avril 1807 : nomination des indicateurs pour l’arpentement (sans doute l’établissement du cadastre). Quatre membres : Alexandre Bigos, Louis René Clairin ; Louis Labadie et Pierre Louis Chassagneau

10 avril 1808: refus de création de l'octroi. - le 23 juin Mr. Arnaud Bazignan est nommé receveur de l'octroi à titre provisoire.

22 juin 1808 : suite à la démission de Dupin, Clairin est nommé maire par le Sous-préfet

3 novembre 1808: adjudication des travaux de réparations à la maison commune : 63 m2 de plancher (peuplier de 4cm d'épaisseur) à la grande salle; plusieurs m2 de toiture seront remaniés côté maison Laffitte. La cheminée de la salle d'école sera rehaussée de trois décimètres. La mise à prix est 226 francs. Suit l'énumération des enchères et après les feux, les travaux sont confiés à Joseph Flages, charpentier à Francescas pour la somme de 150 francs.

Mars 1810: La commune de Francescas est autorisée à s'imposer extraordinairement, en centimes additionnels à ses contributions directes, la somme de 1 196 Francs, par moitié en deux années, pour être employée aux réparations de l'église, du clocher, du presbytère et des murs du cimetière.

22 mai 1810: Prêtres espagnols : Manuel Furundarena autorisé à résider chez le recteur de la succursale de Francescas (5 février) ;

3 octobre 1812: Manuel Furundarena, prêtre, ayant quitté Francescas

Paris, 3 Janvier 1812: (N.° 767 3. )• DÉCRET IMPÉRIAL qui autorise l'acceptation d'un capital de 1200 francs, ligué par le Sr Labat au bureau de bienfaisance de Francescas, département de Lot-et-Garonne.

La superficie du canton de Francescas, d'après le cadastre dressé en 1812 est de 13,813 hectares 77 ares 82 centiares.
Quant à la population, elle en était lors du recensement fait en 1851 de 6,699 habitants. Mais celui de 1861 ne l'a élevée qu'à 6,382 dont 3,220 du sexe masculin et 3,153 du sexe féminin,tous catholiques à l exception de 135 protestants, et sur, lesquels il y a 1,102 habitants de populations agglomérée. Diminution de 317 habitants sur la totalité. A la même époque de 1851 le produit d'un centime imposé sur les quatre contributions directes y était de 077 fr.
Baigné à l'Est par les deux Auvignons et à l'Ouest par la Baise, celle-ci ayant un port, en aval du pont de Lasserre, le canton de Francescas est desservi 1° par la route impériale n° 130, d'Auch à Port-Sainte-Marie traversant la commune de Montcrabeau; 2° par la route impériale n 134, d'Agcn à Bayonne, traversant les communes de St-Vincent et de Lamontjoye; 3° par le chemin de grande communication n° 12, de Nérac à Lectoure, prenant la route impériale n° 130, passant à Lasserre, Francescas et se dirigeant sur Ligardes (Gers) où ce chemin coupe la route impériale n° 131; 4° par le chemin de grande communication n° 31, d' Astaffort à Nérac, traversant les communes de Lamontjoye, Saint Vincent, le Nomdieu et Fieux; 5° par le chemin de grande communication n° 37, de Moncaut à Condom, traversant les communes de Fieux, Francescas et Montcrabcau; 6° par le chemin de grande communication n° 40, de Franccica à Réaup, prenant la route impériale n° 130 vis à vis le château de Lasserre, traversant la commune de Montcrabeau et se dirigeant sur Mézin; 7° par le chemin d'intérêt commun n° 10 de Mêzin à Montcrabeau; 8° par le chemin d'intérêt commun n° 32 de Francescas à Nêrac; et 9° par le chemin d'intérêt commun n° 87, de Fieux à Bruch.

Productions. - Beaucoup de blé froment et peu de seigles; des avoines et maïs; légumes et menus grains; lins et chanvres; pommes de terre et betteraves; vins, prunes et fruits de toute espéce; foins et fourrages; bestiaux de grosse et menue corne; chevaux, ànes, mulets et cochons; pou de laine; bois de chauffage et de construction.
Industrie et patentables. - Deux docteurs en médecine, trois officiers de santé, un pharmacien, cinq sages femmes, trois notaires, un greffier, un huissier, trois agents d'affaires, un entrepreneur de travaux publics, trois arpenteurs, deux adjudicataires de droit de halle, de place et de marché, un loueur de chaises, deux exploiteurs de carrières, dix moulins à eau pour le blé, faisant vingt deux paires de meules, sept moulins à vent, faisant neuf paires de meules, une machine à battre le blé, cinq pressoirs à manège, trois tuileries, trois blattiers avec voiture, quinze boulangers et un fournier, six bouchers, quatre aubergistes, cinq cabaretiers, deux gargotiers, un café, un fournisseur d' objets de consommation dans un cercle, onze épiciers, trois marchands de tissus, un tailleur, un perruquier, cinq bottiers ou cordonniers, deux sabotiers, un maçon, cinq charpentiers, sept forgerons, un taillandier, trois charrons, cinq menuisiers, trois plâtriers, un fabricant de chaises communes, un fabricant de chaises fines,quatre courtiers de bestiaux, un marchand de chevaux, un marchand de cochons, un marchand de moutons, un vétérinaire, un maréchal ferrant, un hongreur, un voiturier à équipage, deux patachiers; ce canton n'a qu un bureau de tabac.
Il se tient, dans le canton de Francescas, 13 foires annuelles, dont 7 au chef-lieu, savoir: la 1re, huit jours avant le lundi gras, la 2e le 8 mai, la 3e le premier lundi de juin, la 4e le 14 août, le 5e, le 10 septembre, la 6 le 21 novembre, la 7e le 28 décembre; deux à Fieux,savoir: le 13 mars et le 28 juin; et quatre à Lamontjoye, savoir: la 1re le 11 mai la 2e le 22 juillet la 3e le 4 octobre la 4e le 9 novembre. L'on n a pas établi de marché dans ce canton. (Dictionnaire Géographique, historique et archéologique de l'arrondissement de Nérac par M. J.-F. Samazeulh 1881)

4 septembre 1813: ANTOINE JEAN FRANÇOIS D'HÉBRARD DU ROCAL, né le 2 janvier 1783, (Agmé), parrain Jean François de Guirard de Montarnal, lieutenant au régiment de Noailles, marraine demoiselle Charlotte de la Jeunesse, entre au service en 1803 régiment de Noailles, est créé chevalier de la légion d'honneur, et capitaine de cavalerie, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, épouse sa cousine JULIE DE BAZIGNAN, née vers 1787, fille de messire Louis Emanuel II de Bazignan, chevalier, seigneur de Grenelle en la commune de Francescas, capitaine au corps royal d'artillerie au régiment de Grenoble, et de Charlotte Gabrielle de Fay, mariés le 22 mai 1785, devant maître Huche, notaire à Breteuil en Picardie.

4 Février 1815: Ordonnances du Roi, qui changent les jours de la tenue des foires établies dans les communes de Loupiac, d'Oradour-sur-Veyres et Francescas, et qui en établissent deux nouvelles dans la ville de Passavant

1815: ORDONNANCEDU Roi portant que la foire qui se tient dans la communede Francescas, département de Lot-et-Garonne le 13 février de chaque année, sera rendue mobile comme elle l'était anciennement,et aura lieu désormais le lundi gras de chaque année, et que sa durée continuera d'êtred'un seul jour (Paris, 4 Février 1815.)

29 Novembre 1815: Ordonnance du Roi portant distraction de la commune de Marmont-Pachas (Lot-et-Garonne) du canton Francescas, et sa réunion à celui de la Plume, arrondissement d'Agen (7, Bull.45, n° 269) Louis, etc.
Sur le rapport de notre ministre de l'intérieur, sur ce qui nous a été représenté qu'il était convenable de distraire la commune de Marmont-Pachas du canton de Francescas, arrondissement de Nérac, département de Lot-et-Garonne, dont elle dépend actuellement, pour la réunir à celui de la Plume, arrondissement d'Agen.
Vu les plans des lieux, la délibération du conseil municipal de Marmont-Pachas, celle du conseil d'arrondissement et du conseil général du département, ensemble les avis du premier président et du procureur général de notre cour royale d'Agen;
considérant que la commune de Marmont-Pachas, presque entièrement enclavée dans l'arrondissement d'Agen, n'a aucune relation avec celui de Nérac; que l'hiver elle se trouve entièrement isolée des chefs-lieux de canton et l'arrondissement par de grandes distances et des chemins impraticables.
Notre conseil d'était entendu, nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit:
Art. 1er. La commune de Marmont-Pachas, département de Lot-et-Garonne est distraite du canton de Francescas, et réunie à celui de la Plume.
2. Nos ministres de la justice, de l'intérieur et des finances, sont chargés de l'exécution de la présente ordonnance.

1815: Le projet de réaménagement de Baïse: Les travaux on commencé des 1809. 1813, début de la déconfiture. Le projet est victime de manque de moyens et de la mauvaise volonté.
Craignant de perdre celui de la marchandise reine qui circule sur la rivière; il en résulte, au début de la restauration, une véritable guerre des Lot-et-Garonnais au projet d'extension, dans laquelle s'illustre notament, en 1815, le conseiller Général de Francescas, un certain Ninon, auteur d'un rapport incendiaire de 15 pages d'une rare mauvaise foi.

1824-1825: Laffitte Peyron (Perron), juge de paix à Francescas

1824: Bazignan (Jean-Baptiste), né a Francescas (Lot et Garonne). Quelques propositions sur les tubercules des organes en général. (Thèse. Paris, impr. de Didot jeune)

25 avril 1827: Ordonnance du rois qui autorise l'acceptation d'une pièce de terre de la valeur de 308 fr 25 centimes, léguée par le sieur Palazo au pauvres de Francescas, département de Lot-et-Garonne

1830: Au début du 17e siècle, la partie de la Baïse comprise dans le canton de Francescas ne comportait pas d'écluse : la construction d'une écluse à Vialère est envisagée. D'importants travaux de mise en navigation entre Nérac et Condom sont en chantier à partir des années 1830, à l'instigation du sous-préfet de Nérac, Haussmann, et sous la direction de l'ingénieur en chef du Gers, Montet. Le cours de la rivière entre Nérac et Moncrabeau exige des aménagements particuliers en raison des méandres : des canaux de dérivation avec écluses et barrages sont établis à Pacheron, Lapierre, Vialère et Moncrabeau ; le lit de la rivière est redressé au niveau de Lasmatrix. Une cale est prévue à Lasserre, et un port à Moncrabeau. Malgré les problèmes d'acquisition des terrains, les travaux sont réalisés entre 1836 et 1846. La remise en navigation de la rivière est actuellement en cours.

24 février 1830: Ordonnance du Roi qui autorise l'acceptation de la Donation faite aux pauvres de Francescas par le sieur Dupin de Belloc, d'une rente annuelle et perpétuelle de 60 francs au capital de 1000 francs.

ORDONNANCE Du ROI qui autorise l'acceptation du Legs de 400 francs fait à la fabrique de l'église de Francescas (Lot et Garonne) par la dame Duplan (Paris 11 Mars 1830)

1834: Lartigue (Raphaël), né à Francescas, de Jacques Lartigue et de Marie Derrey, entra dans la Congrégation de l'Oratoire. Il est chargé de la pension à notre collège en 1779-1780, n'étant encore que Confrère. Il y reparaît de 1786 à 1791à titre de suppléant ; mais il est prêtre à cette époque et il est désigné sous le titre de P. Lartigue. Il prêta serment avec ses confrères le 27 février dans l'église Saint- Pierre. Nous pensons que c'est lui que l'administration municipale et la Congrégation de l'Oratoire désignèrent en 1791, mais inutilement, pour remplacer le supérieur du Collège qui avait refusé de prêter serment. Il fut nommé desservant à La Serre, canton de Francescas, le 17 floréal An XI (1007), passa depuis à Sant-Cirice et fut, paraît-il, vicaire de Moncrabeau en même temps. Il mourut à Francescas le 15août 1834

26 avril 1835: Ordonnance su Roi accorde des Lettres de déclaration de baturalité au sieur Grova (Jean-Stanislas), né en 1782 à Margarme dans le bengale (Indes-Orientale), demeurant à Francecsas.

1833 - 1838 et 1852 - 1863 Jean-Baptiste Lebe, Procureur Général, est élu Conseiller Général de Francescas

1835: Sous influence du Baron Haussmann a été crée une école primaire dans la rue Porte de Bordeaux

1836: 1238 habitants

1837: La noblesse de l'ancienne famille Bigos de Guyenne a, selon une notice de quatre pages signée par d'Hozier dans ses fonctions de Juge d'Armes, été justifiée à partir d'un acte de 1556 de Jean de Bigos, écuyer ; elle semble s'être éteinte dans les mâles en la personne d'Alexandre de Bigos, maire de Francescas (47600 Nérac), décédé le 31 décembre 1837.

1839: Broussaut, médecin à Francescas

1839-1840: Conseil Général - Considérant que le conseil municipal de Francescas ayant délibéré sur l'adjonction des deux communes de Bax et de Beaulens, l'affaire est régulièrement instruite et le conseil en mesure d'exprimer son opinion; est d'avis qu'il y a lieu de réunir les communes de Bax et de Beaulens à celle de Francescas.
Tous les projets sont approuvés. Le pont de Lasserre, sur la Baïse, est fini. Les travaux marchent avec rapidité. La portion comprise entre Francescas et la route royale n° 130 sera terminée avant l'hiver prochain. Je vais faire rembourser aux héritiers de M.le comte de Dijon les 6,000 francs dont ils sont en avance pour le pont de Lasserre. (La préfecture)

1841: Francescas - 1200 habitants

1840-1841: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Le Conseil d'arrondissement de Nérac appuie les demandes de classsement des chemins de Moncaut à Condom par Francescas.
M. le Ministre de l'intérieur a fait prononcer, par deux ordonnances royales en date des 7 avril et 24 juin, et par des lois en date des 6 et 15 juillet dernier, les réunions suivantes : Les communes de Bax et Beaulens à celle de Nomdieu, canton de Francescas.

1842: Statistiques de la Population Chevaline
Cheval et Jumeaux de plus de 5 ans: 287
Poulains et Pouliches: 26
Voici le nom de la localité où se trouvent des baudets et deschevaux étalons non autorisé: à Francescas, trois baudets, un cheval

6 mai 1842: étude pour la construction d'une mairie, d'une halle aux grains, d'un prétoire et d'une école pour enfant

18 septembre 1842: LÉ CONSEIL GÉNÉRAL (même séance du 18);
Attendu que lés facteurs ruraux du canton de Francescas ne peuvent suffire à la tache trop considérable qui leur est imposée , et que la création d'un bureau de distribution des lettres au chef-lieu de ce canton offrirait le double avantage d'alléger très sensiblement le travail des facteurs, et de pourvoir en même temps à ce que le service de la distribution s'effectuat à Francescâs d'une manière intelligente, prompte et régulière ; Exprime le voeu de l'établissement d'un bureau de distribution des
lettres à Francescas.

La superficie de la commune de Francescas d'après le cadastre dressé en 1842 est de 2,122 hectares 92 arcs, 01 centiare dont 1,440 hect. 41 a 74 c., en terres et joalles; 173 hect 21 a 55 c. en prés; 239 hect 17a 20 c. en vignes; 132 hect 04 ares 08 c. en bois; 40 hect 48 a 20 c. en pâtures; 9 hect 05 a en friches; 10 hect 04 a 40 c. en jardins; 7 hect 7 a 40 c. en superficie de bâtiments; 44 a en églises et cimetières; 51 hect 02 a 72 c. en chemins et places publiques; 3 hect 32 a 02 c. en et jardin du presbytère.
D'après le recensement opéré en 1851, la population de la commune de Francescas s'élevait à 1148 habitants. Celui de 1801 ne l'a porté qu'à 1112, dont du sexe masculin et 557 du sexe féminin, tous catholiques sauf 13 protestants, et dont 404 habitants population agglomérée. Dimiaution sur la totalité 30 habitants. - A la même époque de 1851 le produit d'un centime imposé sur les quatre contributions directes y était de 111 fr.

Productions: Des blés froment, peu de seigles; avoines et maïs; légumes et menus grains; pommes de terres et betteraves; vins, prunes et fruits toute espèce; des foins et fourrages; des bestiaux grosse et menue corne; chevaux ânes mulets; cochons; laines; bois de chauffage; et bois de construction.
Culte et instruction publique: La cure de Francescas a une annexe ou chapelle à St-Orens. Une maison des sœurs de Ste-Anne tient dans la ville de Francescas une école primaire pour les jeunes filles. Il y existe aussi un instituteur primaire communal.

Industrie et patentables: A.3 ou 3e classe, un pharmacien; 4e classe un aubergiste; 5e classe, trois boulangers, un fournisseur d'objets de consommation, dans un cercle; 6e classe, trois bottiers; un boucher; un cabaretier; deux charpentiers; un charron; deux forgerons; un maçon; deux menuisiers; un plâtrier; un marchand de tresses; 7e classe un épicier; regrattier; un gargotier; un hongreur; un patachier; 8e classe un fabricant de chaises communes; un sabotier; T.D., un loueur de chaises; un adjudicataire de droits de halle et de marché T.D. un docteur en médecine; un greffier de la justice de paix; Un huissier; un notaire; un officier de santé; un vétérinaire; un exploiteuse carrières; deux moulins à eau pour les céréales, l'un dit à Arnês, l'autre à Vieumont et présentant dans leur ensemble quatre paires de meules, et un pressoir à manège avec un cylindre.
En outre la ville de Francescas possède trois sages femmes et un bureau de tabac.
Foires de Franeescas: La première huit jours avant le lundi gras; la deuxième le 8 mai; la troisième le 1er lundi de juin; la quatrième le 14 août; la cinquième le 9 septembre; la sixième le 21 novembre et la septième le 8 décembre de chaque année.
La commune de Francescas bordée à l'ouest par l'un des rieux ruisseaux dits l'Auvignon est en relation, au moyen du chemin de grande communication n° 12 de Nérac à Lectoure, d'un bout de ce chemin avec la route impériale n° 131, d'Agen à Bayonne. Dans cette double direction, la ville de Francescas se trouve à 33 kilomètres environ d'Agen, à 13 kilomètres environ dé Nérac et ét 18 kilomètres environ de Condom, mais au moyen du chemin de grande communication n° 37, de Moncaut à Condom, Francescas a une voie plus directe pour parvenir à cette dernière ville, de même qu'au moyen du chemin d'intérêt commun n° 32, Francescas a une voie plus directe sur Nérac. (Dictionnaire Géographique, historique et archéologique de l'arrondissement de Nérac par M. J.-F. Samazeulh 1881)

 

7 Mai 1843: achat de la maison de la veuve Savery d'Amblard de Moncrabeau pour la gendarmerie future et des aménagements nécessaire pour l'activité. Jusqu'à ce moment-là les gendarmes venaient de Mezin à cheval!

7 mai 1844: accorde une subvention de 100 francs à l'institutrice privée de la commune pour six enfants pauvres. Etude de devis pour acquisition de terrain: 7 200 francs pour la mairie et construction: 8 790 francs pour l'école et le prétoire.

1844-1845: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Etait présent (parmi d'autres) LÈBÉ, officier de la Légion-d'Honneur, procureur-général près la Cour royale d'Agen, propriétaire à Francescas; Les travaux du cadastre des cantons de Francescas et du Mas sont terminés.

1846: Lafitte de Perron, juge de paix

1846: cliquez sur la carte de la région autour de Francescas

Carte Lavasseur de la région de Francescas en 1846

1847: Cabantous, percepteur à Francescas

15 mars 1847: accorde une subvention de 100 francs à Mme Dubernet, l'institutrice privée de la commune et remplacement de Mlle Lespiau démissionnaire, pour cinq enfants pauvres.

1848: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Enfin le Conseil, Vu la réclamation de la Commune de Réaup, au sujet du chemin de grande communication n° 49, de Francescas à Réaup, Maintient sa délibération de 1847, et estime que la commune de Réaup pourra travailler sur son chemin, considéré comme de moyenne vicinalité, dans le territoire de cette commune , si les conditions imposées au classement du n° 49 ne sont pas remplies par les autres communes.
Le Conseil de l'arrondissement de Nérac insiste pour l'obtention prochaine d'une brigade à Francescas.
(Séance du 25 novembre 1848), 1° Etablissement dans chaque chef-lieu de canton /d'une brigade de gendarmerie à cheval, notamment à Francescas, Laplume, Prayssas, Puymirol, Seyches et Tournon .

1849: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
LE CONSEIL GÉNÉRAL ( Séance du 5 septembre 1849 ), Sur la proposition eUe rapport de sa Commission des chemins vicinaux, Invite M. le Préfet â vouloir bien faire activer l'étude et les travaux de la partie du chemin de grande communication, n° 37, entrée Moncaut et Francescas.
Gendarmerie; Prisons, etc.
Renouvelle les voeux précédemment émis : 1° Pour l'établissement, dans chaque chef-lieu de canton, d'une brigade de gendarmerie à cheval, notamment à Francescas, Laplume , Prayssas, Puymirol, Seyches et Tournon ;

8 août 1850: plantations d'arbres aux avenues de Francescas

10 février 1851 : dans le but de fixer le montant des droits de place les jours de foire, le conseil désigne les rues et places où ces droits seront perçus, soit :
1° : la halle et la cornière qui y tient du côté du Levant
2° : la grande cornière
3° : la cornière dite de Monsieur Lartique
4° : la place de la croix
5° la place devant l’église
6° : la grande rue
7° : la rue porte de Bordeaux et toutes les autres rues si, contrairement à l’habitude, les marchands s’y installaient. Les taris partent de 0.20 francs le m2.

1851: le notaire Jean Descamps à Francescas est membre de la résistance républicaine au coup d'Etat du 2 décembre 1851 de Louis Napoléon Bonaparte en Lot-et-Garonne

1851: Raynon, instituteur à Francescas.

1851: La population du canton était, lors du recensement, de 6 699 habitants. Mais celui de 1861 ne l'a élevée qu'à 6 382, dont 3 229 du sexe masculin et 3 153 du sexe féminin, tous catholiques, à l'exception de 135 protestants, et sur lequels il y a 1 192 habitants de populations agglomérées.
La population de la commune s'élevait à 1148 habitants. Celui de 1861 ne l'a porté qu'à 1112, dont 555 du sexe masculin et 557 du sexe féminin, tous catholiques, sauf 13 protestants, et dont 404 habitants de populations agglomérées. A la même époque de 1851, le produit d'un centime imposé sur les quatres contributions directes y était de 111 fr.

1852: Demandes et Dossiers de recours en Grâce des condamnées des commissions mixtes
Jean-Prudence Descamps; Né/née : 1814; Profession : notaire a Francescas; Peine : transporté (par contumace), réfugié en Espagne

1853-1854: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Le Conseil d'arrondissement de Nérac a demandé l'étude d'un chemin de Réaup à Ànzex , par Durance et Fargues, pour être ensuite classé de grande communication en prolongement des chemins n° 20 et 49 sous la dénomination de Francescas à Tombeboeuf. Les casernes occupées par la gendarmerie du département forment deux catégories : la première renferme les casernes appartenant au département ; la seconde celles qui lui sont louées par des particuliers. Francescas dans la deuxième est loué pour 600 Francs par mois. Les bureaux de distribution de de la Poste de Sos , de Tournon , de Francescas et de Bouglon doivent être érigés en direction. J'ai eu soin, Messieurs, de faire parvenir à M. le Ministre de la Guerre les voeux que vous émîtes l'an dernier pour obtenir : 1° Que les brigades de gendarmerie à pied établies à Prayssas et à Francescas fussent transformées en brigades à cheval. Proposition pour la transformation en bureau de poste du bureau de distribution de Francescas.

1853: receveur de l'enregistrement à Francescas

1855: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Séance du 2 Septembre 1855. ( Suite. )
Le Conseil général, sur la proposition de M. le Préfet et le rapport de sa Commission des ponts-et-chaussées, Arrête la liste du jury d'expropriation, pour l'année 1856, ainsi qu'il suit : Laffitte-Perron,j. dep., à Francescas. Sur l'invitation de M. le Président, M. Laroche, nouvellement élu par le canton de Francescas, prête serment en ces termes :"Je jure obéissance à la Constitution et fidélité à l'Empereur"

1856: "De la solidarité" Livre écrit par E.-M. Bonnecaze, né à Francescas; éditépar A. Dupré
Dissertation: Th. licence--Droit--Poitiers, 1856-08-01.

1857-1858: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
La liste des Jurés qui devront, le cas échéant, être appelés à régler les indemnités résultant d'expropriation :
Léglise,Jean,notaire à Francescas et MM.Clairin, Edme,pr., à Francescas.

1858: Par arrêté de M. le directeur général de l'administration de l'enregistrement et des domaines, M. Demeaux, licencié en droit, receveur de l'enregistrement à Francescas (Lot-et-Garonne), est appelé, avec avancement, au bureau d Uzerche (Corrèze).

1858: Thèse de Licence - Acte publique pour la licence par M. Corne (Félix-Pierre) né à Francecas

18 janvier 1859: M. Petit, commissaire de police à Francescas, est nommé commissaire de police à Miramont, en remplacement de M. Gairault, nommé commissaire de police à Francescas.

1859: Un membre de la 5e Commission du Conseil Générale fait le rapport suivant :
Les rapports commerciaux qui existent entre Lectoure et Nérac avaient inspirés les voeux qu'un service postal fût établi entre ces deux villes, par Francescas. Un service a été établi de Lectoure à Ligardes pour faciliter le transport des dépêches dans les communes desservies par le bureau de distribution de cette dernière localité. Il en existe un autre de Francescas à Nérac. Pour satisfaire aux besoins du commerce, il est nécessaire de remplir la lacune entre Ligardes et Francescas, en prolongeant le service de Lectoure jusqu'à Francescas ou celui de Nérac jusqu'à Ligardes, et de les faire correspondre.

30 septembre 1859: emprunt de 21 000 Francs pour travaux à l'église et reconstruction du presbytère.

Par acte du 7 juin 1860, devant Me Léglise, notaire à Francescas, les mariés Coulom ont fait entre leurs quatre enfants le partage anticipé de leurs biens immeubles. Louis Coulom, l'un d'eux, a immédiatement et par le même acte cédé à la dame veuve Vidau, sa sœur, pour la somme de 10 000 fr., le quart qui venait de lui être attribué; l'indivision n'a cessé que pour lui, elle a continué entre les trois autres enfants.

1860: La démolition des derniers vestiges du mur d'enceinte date de cette année.

6 décembre1860: Louis Lassoujade né à Francescas (Lot-et-Garonne), instituteur, assassiné par balle et retrouvé dans la rivière Beauronne à Bassy.

1861: la population s'élevait à 1112 habitants, dont 555 du sexe masculin et 557 du sexe féminin, tous catholiques, sauf 13 protestants et donc 404 habitants de population agglomérée.

1862: Duboscq, médecin à Francescas

1862: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
La liste des Jurés appelés à régler les indemnités, résultant de l'expropriation pour cause d'utilité publique :
Corne, Jean-Jacques, propriétaire, à Francescas, qui avait deux enfants - Jean-Pierre et Jeanne, Eugenie, Suzanne CORNE. Elle est née à FRANCESCAS le 27/11/1881

1863: Dans le Lot-et-Garonne, à Ourens et à Francescas, des tisserands se servaient de paisseaux pour maintenir le fil de la trame.

1863: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Chemins vicinaux: 49, de Francescas à Réaup sera terminé dans le cours de l'année 1865.

1863: Le 13 de ce mois, vers 2 heures après-midi, le sieur Bergès, agé de 14 ans, né à Francescas (Lot-et-Garonne), garçon coiffeur à Condom, s'est noyé dans la rivière de la Baïse, où il était allé se baigner avec le nommé Mathieu, son collègue. D'après le rapport de M. Laffitte, médecin, ce jeune homme a succombé des suites d'une congestion cérébrale, et il devait être mort avant d'arriver au fond de l'eau.

1864: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
La liste des Jurés appelés à régler les indemnités, résultant de l'expropriation pour cause d'utilité publique :
Bazignan, Gust., pr., à Francescas

1865: La feuille 228, Castéra, de la carte d'état-major au 1/80.000e montre le contour exactement circulaire de Francescas.

1865: le percepteur à Francescas s'appelait M. Nogués (voir photos ci-dessous)

Un avis du percepteur de Francescas en 1865

 

1865: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
LISTE DES MEMBRES: Francescas - De Gondrecourt , Commandeur de la Légion-d'Honneur, colonel des chasseurs à cheval de la Garde Impériale.
A Prayssas, Port-Sainte-Marie,Francescas, Castillonnès et Cancon,le nombre des exonérés est au moins égal à la moitié du chiffre des jeunes gens appelés

1866: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Il y a plus de 60 centres de population qui manquent d'eau d'alimentation dans les grandes chaleurs de l'été et qui sont obligés de prendre dans des puits trop souvent insuffisants, et dans des conditions dangereuses au point de vue de l'hygiène publique, l'eau qui leur es't indispensable.
Des études, qui ont pour but là modification de cette regrettable situation, ont été commencées dans 20 communes.
Il est utile de citer les noms de ces communes : Agen,-Port-Sainte-Marie, Astaffort, Prayssas, Miramont, Bouglon, Castètjaloux , Saint-Jean-de-Thurac, Fieux , Thouars , Sainte Colombe, Durance, Sauwgnas, Francescas, Villeneuve, Castillonnès, Moirax, Laroque, Lauzun, Houeillès.
Cette oeuvre vient d'être accomplie dans la commune de Lamontjoie. Les sommes votées dans ce but par les Conseils municipaux
ou offertes par les communes s'élèvent à plus de 100,000 fr.

Les chemins de grande communication sont terminés, ainsi que le chemin d'intérêt commun de Nérac à Lavardac. Mais il reste à faire le chemin d'intérêt commun, n° 32, de Nérac à Francescas. Ce chemin est, sans contredit, l'un des plus importants de là commune, il est en même temps nécessaire aux communes de Francescas, de Fieux, de Lasserre. En même temps, et sans augmentation sensible de dépense, il serait possible d'utiliser ce chemin comme rectification du chemin do grande communication, n° 31, de Nérac à Astaffort.
Outre ces deux tronçons de chemins, à l'achèvement desquels la commune de Laplume est surtout intéressée, M. le Maire de Laplume appelle tout particulièrement l'attention de M. le Préfet sur le chemin vicinal qui doit relier Laplume à Francescas, et dont l'utilité pour ces deux cantons est incontestable. — M. le Préfet promet qu'en raison de son importance bien reconnue, ce chemin recevra l'année prochaine une subvention.
Une subvention sera encore accordée à la commune de Marmont-Pachas, lorsque l'étude du chemin se dirigeant de l'église vers Francescas étant terminée aura été suivie d'un arrêté préfectoral de classement. Cette subvention sera fixée d'après l'importance des souscriptions et dès-impositions votées par les conseils municipaux.
Une autre subvention qui sera déterminée ultérieurement sera encore donnée au chemin de Laplume à Francescas et employée dans la commune de Laplume.
Chemins de grande et moyenne vicinalité. — Nos chemins de grande communication sont terminés, ainsi que le chemin d'intérêt commun de Nérac à Lavardac. Mais il nous reste à faire le chemin d'intérêt commun, n" 32, de Nérac à Francescas. Ce chemin est, sans contredit, l'un des plus importants delà commune, il est en même temps nécessaire aux communes de Francescas, de Fieux, de Lasserre.
M. le Préfet alloue à la commune de Nérac les subventions suivantes 2° Pour le chemin de Francescas : 6,000 fr., en cinq pactes de 1,200 fr. chacun, dont le premier est imputable sur l'exercice de 1866, et le cinquième et dernier, sur celui de 1870.
Le système des boîtes mobiles adaptées aux voitures servant au transport des dépêches a reçu de l'extension. Ces boîtes, dans lesquelles les correspondances peuvent être déposées en route et qui sont levées dans tous les bureaux intermédiaires, existent maintenant pour les services de Nérac à Francescas, de Port-Sainte-Marie à Nérac et à Condom, et de cette dernière ville à Agen.
L'état ci-après vous fera connaître de quelle manière a été répartie la somme de 1,500 fr. inscrite au budget de l'exercice courant.:
Société chorale de Francescas ...100fr

1866: Laffitte-Perron, juge de paix à Francescas

1866: 1042 habitants

1867: Francescas, chef-lieu de canton du département de Lot-et-Garonne, renommé pour sa race de moutons.
(Contes et proverbes populaires - Recueillis en Armagnac)

1867: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
La liste des Jurés appelés à régler les indemnités, résultant de l'expropriation pour cause d'utilité publique :
Soucaret, Pierre., pr., à Francescas

1867: un poème d'un Franciscain à l'honneur d'un préfet méridional, en tournée de révision:

Salut a vous dont le fécond génie
Sur notre place a fait jaillir de l eau;
Nous admirons votre noble énergie.
En vous voyant nous disons tous bravo!
Salut préfet du beau Lot et Garonne
Dans Francescas le bienvenu
Soyez le bienvenu

Le laboureur dans nos champs si fertiles
Pour vos bienfaits vous bénit chaque jour;
Vous lui rendez le travail plus facile;
Il dit merci et bravo tour à tour.
A vos leçons vous le voyez docile
Il dit merci et bravo tour à tour.

Honneur à vous chef de l agriculture
De son préfet Francescas est content.
Vous guidez bien de nos champs la culture.
Vive F.... et qu il vive cent ans:!....


1867
: CONCOURS RÉGIONAL DE TARBES
3e Division Machines et Instruments agricoles 1er SECTION EXPOSANTS DE LA RÉGION 1er sous-section Travaux d'extérieure
2e Prix: MM Besse et Planté à Francescas

1868: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
La liste des Jurés appelés à régler les indemnités, résultant de l'expropriation pour cause d'utilité publique :
Mène, Charles, pr., à Francescas

1868: Francescas (1063 hab.) qui possède de nombreux vestiges de l'occupation romaine (Géographie de la France et ses Colonies par Jules Verne)

1869: Général Baron de GONDRECOURT, commandant de l'Ecole militaire de Saint-Cyr, était en 1869 Conseiller Général du canton de Francescas, ou il écrivait le roman "La guerre des amoureux en 1588".

1869: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Le bail de la caserne de Francescas arrive à échéance le 30 septembre prochain ; il a été également renouvelé. Le prix est de 800 fr. au lieu de 650 fr.

Encouragements à l'Agriculture et à l'Industrie. Les concours qui ont eu lieu, en 1869, pour l'amélioration de la race bovine, ont donnés de bons résultats et attesté que le nombre des sujets d'élite augmente sensiblement. Le canton de Francescas a offert un concours d'une richesse exceptionnelle. Le Jury a cru devoir demander l'attribution de l'une des primes réservées de 150 fr., à un troisième taureau d'un mérite presque égal à celui du sujet qui avait obtenu le deuxième prix.
SECOURS POUR LES CULTES. Il me paraît utile de vous faire connaître les secours obtenus de l'État, par diverses communes, dans l'intérêt du service des cultes, depuis un an. Ces secours sont indiqués dans le tableau ci-après, avec a nature des dépenses auxquelles ils sont destinés : Francescas - Eglise 2000fr

1871: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Il reste encore onze cantons entièrement dépourvus de communications télégraphiques et il est facile de juger par l'évaluation de la dépense qu'occasionnerait la pose des fils et des poteaux que, sans le concours du Conseil général, cette situation ne serait pas près de cesser. Francescas —
M. Pomarède demande que les aigles qui décorent la Aigles. salle des séances soient enlevées comme rappelant des jours néfastes; il prie M. le Président de mettre aux voix sa proposition.M. Sarrette ne s'explique pas que l'on fasse disparaître ces aigles; les souvenirs invoqués appartiennent à l'histoire.
La proposition de M. Pomarède est appuyée par M. Monthus, conseiller général, de Francescas.

1871: Subvention pour réparation d'une pompe à Francescas. 230 Francs

1872: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
La liste des Jurés appelés à régler les indemnités, résultant de l'expropriation pour cause d'utilité publique :
MM. Léglise, Jean, notaire à Francescas et Saint-Martin, Jean, géomètre à Francescas.
M. Goux, vétérinaire du département, s'occupe de la fièvre aphteuse, maladie enzoolique qui régnait en ce moment dans le canton de Francescas.
M. Monthus fait observer que la foire projetée à Frégimont pourrait nuire à celle de Francescas qui se tient le même jour.

1872: Monthus, docteur-médecin et juge de paix

1872: M. Descomps, vétérinaire à Francescas

1874: Assemblée National : Feuilleton N°596
Des habitants de la commune de Francescas (Lot-et-Garonne), demandent la cessation du provisoire et le rétablissement de la monarchie du chef de la maison de France ayant à ses côtés ses cousins d'Orléans.

1874: BARRERE (Abbé) écrit le livre"La seigneurie de Francescas et les évêques de Condom", 'in Rev. de Gascogne, T.XV)

1874: Vivent, avocat, à Lapaillargue, commune de Francescas

1874: LA TOLERANTE AMITIÉ - Loge fondée le 24 novembre 1866.
VÉNÉRABLES (1867) Marion, officier comptable retraité, directeur d'assurances, 19, cours Saint-Antoine; Rose-Croix. — (1868) Jambois, ancien chef de division à la préfecture, rue Lamouroux ; cn. Maître. — (1869) Laon, négociant, 2, rue Saint-Côme; Rose-Croix.— (1870-1873) le même. —(1874) Vivent, avocat, à Lapaillargue, commune de Francescas.

1875: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
La liste des Jurés appelés à régler les indemnités, résultant de l'expropriation pour cause d'utilité publique :
Brussaut, Jean, médecin, à Francescas. La commune de Francescas sollicite une subvention pour l'établissement d'un bureau télégraphique. Voici quelle est la situation de cette commune : Elle est grevée de 36 centimes; nulle ressource disponible au budget et aux chapitres additionnels. Une souscription, faite parmi les habitants, a produit la somme de 1,000 francs ; ce sacrifice est considérable eu égard au chiffre de la population ; il permettra de couvrir les deux tiers de la dépense.
En présence de la situation communale que je viens d'indiquer et des efforts qui ont été faits par les habitants de Francescas, votre Commission d'administration générale est d'avis que vous preniez à votre charge le tiers restant de la dépense, soit la somme de 500 francs. — [Adopté.)

1875: — Labouheure, brigadier à Francescas (Lot-et-Garonne).Le 16 octobre, mis à l'ordre de la légion pour l'intrépidité et le dévouement qu'il a montrés dans un incendie qui a éclaté à Francescas le 6 octobre 1875.

1876: on a étudié la ligne de train suivante: Agen à Lasserre par Laplume et Francescas

1877: MM. Jean Brussaut, médecin à Francescas

5 février 1877: La démocratie républicaine de Lot-et-Garonne vient de perdre M. Ferdinand Monthus, mort avant-hier.
Ancien juge de paix, ancien conseiller général, M. Ferdinand Monthus venait d'être désigné, à l'unanimité, par les délégués communaux du canton de Francescas, pour remplir, au conseil général, le siége laisse vacant par la mort de M. de Gondrecourt.

30 avril 1877: Par arrêté du ministre des finances, en date du 23 avril 1877,M. BeaucIair-Lafaye, percepteur de Sainte-Alvère (Dordogne), 3e classe, a été nommé à la perception de Francescas (Lot-et- Garonne), 3e classe.
M.-Beauciair-Lafaye,appelé à la Francescas (Lot-et-Garonne)et non installé, perception de passe à Peyrotles (3° cl.), en
rempl. de M. Birot, qui reçoit une autre destination.
26 juillet , M.Barre, de Saint-Aubin Rouctot (Seine-inférieure) passe à Fràncescâs (3ecl.), en rempl. de M. Beauclair-Lafaye,qui reçoit une autre destination.

1877: .-Vu les protestations présentées par les sieurs Fallièrês et consorts... tendant à ce qu'il plaise au Conseil — annuler les opérations électorales aux quelles il a été procédé, le 11fév.1877, dans le canton de Francescas (Lot-et-Garonne) pour la nomination d'un membre du conseil général et à la suite desquelles le sièur Eli Bouet a été élu; — Ce faisant, attendu.1° qu'une circulaire adressée aux électeurs par le comité conservateur du canton de Francescas portant le visa et l'approbation du sieur Bouet et affichée le matin même l'élection, contenait des assertions fausses et calomnieuses et constitue unmanoeuvre qui a porté atteint à la sincérité de l'élection; 2° que le siéur Despeyroux, maire de.la commune de Fieux et suppléant du juge de paix, a patronné activement et publiquement la candidature du sieur Bouet; 3° que dans la commune de Francescas, un sieur Lagutère (Joseph) fils à été rayé de laliste électorale et celui du sieur Lantin dont le nom a été ajouté sur ladite liste ont été reçus;. 4° que dans la com. de Moncrabea les sieurs Thieu père et fils n'ont pas pris part au vote parce qu'ils ne figuraient pas sur la liste électorale sans avoir pourtant été régulièrement rayés; que le receveur buraliste de cette commune a exercé une pression sur les.électeurs.5°que, dans la com. de Saint-Vincent, l'élection a eu lieu contrairement à la loi du 7 juil. 1874 sur la liste électorale politique; par suite, neuf électeurs ont indûment pris part au vote; le sieur Lestrade, bien qu'inscrit sur la liste électorale, n'a pas été admis à voter; le maire et l'adjoint; ont recommandé la candidature du sieur Bouet; 6° dans la com. de Mondieu, le maire, en recommandant de tenir fermée la porte de la salle du scrutin, a rendu la surveillance du scrutin plus difficile; annuler l'élection du sieur Bouet comme membre du conseil général de Lot-et-Garonne.(Conseil d'Etat)

1877: Francescas: déficit constaté - 60 315 Francs

15 avril 1878: Plans de traverse. — Fixation .d'alignements. — Plusieurs projets destinés à réglementer les alignements dans les traverses de villes ou villages ont été soumis aux formalités prescrites. Parmi eux, 13 n'ont donné lieu à aucune réclamation et ont été adoptés entièrement par les conseils municipaux des communes intéressées.
Ce sont les suivants :
1° Chemin de grande communie. n° 12, traverse de Francescas. -
2° ' — n° 3i, traverse de Lamontjoie.
3° — n° 31, traverse de Nomdieu.
4° — n° 37, traverse de Francescas.

25 mai 1877: élections de Francescas, M.Lebon, à la chambre des députés

24 août 1878: La commission propose d'émettre le voeu suivant : Considérant que le canton de Francescas ne retire par les avantages qu'il est en droit d'exiger du courrier de Francescas à Nérac, et subit, sans raison ni motif, un retard considérable auquel il serait facile de remédier, en changeant les heures d'arrivée et de départ de son courrier spécial, émet le voeu, que le courrier de Nérac à Francescas, au lieu de partir à 5 heures du soir, n'en parte qu'à 5 heures du matin, après le passage du courrier de Port-Sainte-Marie à Condom.
M. BOUET (conseiller - général) présente les observations ci-après : Le bureau de poste de Francescas est desservi par un courrier spécial partant, de Nérac, à 5 heures du soir, après le passage du courrier parti d'Agen, à 2 heures du soir, à destination de Mont-de-Marsan. Les dépêches n'arrivant à Francescas qu'à 7 heures du soir ne peuvent être distribuées que le lendemain dans la banlieue et les autres communes du canton.
Francescas (ville) a une distribution, le soir, à 8 heures. Si le courrier, au lieu de partir de Nérac pour Francescas à 5 heures du soir n'en partait qu'à 5 heures du matin, après le passage du courrier de Port-Sainte-Marie à Condom, les dépêches resteraient, il est vrai, toute la nuit au bureau de Nérac; mais elles n'en seraient pas moins rendues bien à temps, le lendemain à Francescas pour être distribuées, à l'heure fixée par le service actuel.

1878: Le courrier de Nérac à Francescas, qui partait autrefois de Nérac à cinq heures du soir avec les dépêches d'Agen, et celles parvenues depuis la veille au soir à Nérac, part aujourd'hui à cinq heures quinze matin. Ce changement a permis de faire distribuer, le même jour, les dépêches de toute origine apportées par les trains de nuit dans tout l'arrondissement postal du bureau de Francescas. D'un autre côté, un courrier spécial a été établi entre Ligardes et Francescas afin de compléter cette mesure et d'éviter tout retard dans la transmission des correspondances de Paris, Celte et Bordeaux et Agen.

1878: Le bail de la caserne de Francescas a été passé aux conditions adoptées (Conseil Général)

1878-1962: Labadie (Luc-Antoine-Marie), né à Francescas, sculpteur, aquarelliste, et félibre fondateur du La Société Littéraire « Lou Beroy Parla » de Nérac. Elève de Jean- Paul Laurens à l'Ecole des Beaux-Arts de Toulouse. Egalament élève de Falguiere et de A. Mercie. Habitait la Villa "le Frou-Frou", route neuve de Monbran, à Agen et à Paris, rue Claude-Bernard, 82. — Oeuvres en d'autres: Portrait de
M. Monméja -Buste du Comte de Chaudordy ( 1905/07/21 - Fonds national d'art contemporain) - En Gascogne. La Jeunesse d'Henri IV, scénario de Jean Thouron (pseud. Jac Dalbray.), Illustrations de M. Luc Labadie (1900) - Buste Antoine César Becquerel (1904) Muséum d'histoire naturelle - O Gascougno, terro proumeso. Hymne à la Gascogne pour chant et piano sur un poème occitan de Luc Labadie (1945)

Buste du Compte de Chaudordy par Luc-Antoine-Marie Labadie
Le buste du Comte de Chaudordy

Le 19 mai 1879: pose de l'horloge au clocher par M.Plante

Concours de taureaux.
Il y en avait eu 159 en 1879, 168 en 1878, 148 en 1877. Le nombre des concurrents varie chaque année, mais il n'est jamais descendu au-dessous du chiffre de l'année courante. Ce résultat s'explique par la rareté des nourritures et la rigueur exceptionnelle du dernier hiver. Les concours les plus nombreux ont été ceux de Duras et de Casteljaloux où il a été présenté sept taureaux. Viennent ensuite ceux d'Agen et de Francescas avec six concurrents, ceux de Port- Sainte-Marie, Meilhan, Nérac, Mézin, Cancon et Villeréal avec cinq.

1879: Rigaud, Joseph Alexandre Amédée, Né le 6 septembre 1827 à Francescas, décédé le 29 septembre 1879 à Lavardac, a participé au coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte 1851

Armand DAUZON, né a Durance le 2 septembre 1845, prêtre le 23 septembre 1871, professeur a Saint-Caprais en octobre 1869, vicaire a Villeréal
le 14 novembre 1871, recteur à Pompogne le 10 avril 1875, d'Artigues (Francescas) le 22 janvier 1877, précepteur au château de Bisoire par Champesser Pere (Vendée) le 15 octobre 1884, recteur déAllons en 1885, de Frégimont le 1er octobre 1891, de Poussignac le 1er février 1893, de Saint-Just en 1897. Ayant cédé au démon de midi, il est condamné par la cour d'assises à 5 ans de prison a Thouars. Décédé, prêtre habitué a Toulon le 18 novembre 1902.

1880: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
La liste des Jurés appelés à régler les indemnités, résultant de l'expropriation pour cause d'utilité publique :
Balleton (duGay), propriétaire, à Francescas
LISTE DES MEMBRES DU CONSEIL GÉNÉRAL: Francescas: BOUET,propriétaire à Saint-Vincent Les services de transport des dépêches en voiture de Port-Sainte- Marie à Condom et de Port-Sainte-Marie à Nérac, parallèles au chemin de fer, ont été supprimés. Il en sera de même du courrier de Nérac à Francesças, à partir du 15 juin courant, date à laquelle il sera remplace par un service de Lasserre (station) à Francesças et Ligardes, avec deux ordinaires sur Francesças.

4 janvier 1880
M. Hubert de Lafitte-Perron, ancien conseiller d'arrondissement et juge de paix à Francescas, vient de mourir dans son château de Perron, à l'âge de 71 ans, après une vie consacrée, pendant quarante ans, à obliger ses consitoyens.
Il était marié à Mlle de Lavergny d'Amblard, fille d'un émigré, chvealier de Saint-Louis et d'une demoiselle de Polignac. Cette branche est alliée aux de Thermes, du Prat de Mésailles, de Polignac etc.
Le dernier survivant de cette famille d'ancienne noblesse d'épée (qui fourni deux généraux sous Louis XIV, et un général de génie mort en 1793, honorablement mentionné dans le dictionnaire biographique de Feller), descend du Marquis de Lafitte-Pelleport, assassiné à la prise de la Bastille; par son marriage avec Mlle de Sainte-Colombe, il s'est apparenté avec les Levis de Mirepoix, les Polastron, les Montesquiou, les Castillon, les Jauselin.

1881: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
Le 2 mai 1881, il a été procédé à des examens en vue de l'attribution des quatre bourses départementales vacantes. Trois aspirantes seulement se sont présentées et ont été jugées capables de suivre avec fruit les cours de l'Ecole d'accouchement ; elles ont été nommées pensionnaires du département; ce sont Mme Dupourqué, née Bonnet, de Francescas ; Mlle Veillon (Adèle), de Casteljaloux, et M"9 Joyeux (Marguerite), de La Sauvetat-du-Dropt.

1881: 1042 habitants

1882: L'enseignement va devenir obligatoire; il faut donc une école publique capable de recevoir tous les enfants de la commune.
La construction est réalisée en 1882.

1883: SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL GENERAL
La liste des Jurés appelés à régler les indemnités, résultant de l'expropriation pour cause d'utilité publique :
Tardin , Firmin, propriétaire, à Francescas.
Dans le but d'activer la distribution des correspondances et de diminuer le travail excessif qui incombait à certains facteurs, de nouveaux emplois ont été créés : à Francescas, le 1er février 1883, pour les communes de Lasserre et de Moncrabeau

25.8.1883:
Le Conseil général arrête ainsi qu'il suit la liste des jurés qui seront chargés de régler les indemnités à accorder par suite d'expropriation pour cause d'utilité publique :
CANTON DE FRANCESCAS
MM. Moureau père, François, maire, à Moncrabeau.
Tardin , Firmin, propriétaire , à Francescas.
Pujos, Léon, propriét., à Daubèze, commune de Lamontjoie.
MM. Barrère, Mathieu, propriétaire, à Fieux.
Mazérespère, Bernard, propriét., à Saint-Vincent.
Labadie, Etienne, propriétaire, à Lamontjoie

1885: BRAVAT, médecin vétérinaire, à FRANCESCAS

1887: Maître Lasagnac, notaire à Francescas

18 août 1887: « Tractatus théologiens de virtutibus theologicis, aucthore R. P. Joanne Gisbert, professore in collegio Tolosano Societatis Jesu. Scripsit Bernardus Canterac, anno 1683. XVII* siècle. Papier. 360 pages, 165 sur 115 millim. Rel. veau. —
(Donation de Mme veuve Louis Vivent de Francescas à la bibliothèque de Condom.)

1888: Mademoiselle Julie Gabrielle de Bazignan, majeure, demeurant à Paris rue Chanoinessen° 4, quartier de la cité, fille de feu Mr Louis Emmanuel de Bazignan Grenelle, ancien commandant de l'artillerie à Bordeaux et de Mme Charlotte Gabriellede Fay d'Ameline, son épouse, actuellement épouse de Mr.Pierre Gabriel Duvigneau, demeurant à Francescas, département de Lot-et-Garonne.

1888: Dans la Bibliothèque National de Paris on trouve l'article suivant:
Type : musique imprimée et manuscrite, monographie
Auteur(s) : Recoux, Charles (18..-1937). Compositeur
Titre(s) : Francescas. Fantaisie pour harmonie ou fanfare par Ch. Recoux,... [Musique imprimée]
Publication : Paris : imp. de Dupré, [1888]
Description matérielle : In 8°
Sujet(s) : Musique militaire (19e siècle)
( http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43226342v/PUBLIC)

1890: Roquebert (Séverin), maréchal des logis, gendarme à la compagnie de Lot-et-Garonne, 36 ans 5 mois de services, d,130:fr. —Retiré à Francescas

1892: E. Bouet-Sobomea - Conseiller général sortant

20.6.1892: Jean Corne, 36 ans, de la commune de Francescas, à 30 francs d'amende pour délit de pêche en temps prohibé.

1892: M. Duffau a cru devoir faire ici une réunion, probablement dans l'intention de repêcher un peu sa candidature en détresse. Le candidat de la coterie oppertuno-radicalo serait, en effet, bien naïf s'il se faisait la moindre illusion sur l'issue de la lutte qu'il a engagée et qui lui sera fatale. Mais la réclame électorale qu'il a cru ainsi se tailler s'est entièrement retournée contre lui. En so livrant a des attaques aussi ridicules que mensongères contre M. Despeyroux, dont l'honorabilité ne peut se contester et est même proverbiale chez les braves habitants de notre contrée, M. Duffau a maladroitement travaillé ainsi a sa future défaite, car, de notoriété publique, il s'est aliéné ses plus anciens partisans. il aurait assurément mieux fait, puisqu'il a la prétention de si bien connaître notre commune, de nous donner des renseignements sur certains chemins. Dans sa colère impuissante et mal dissimulée, M. Duffau n'a pas hésité à épouser les querelles de M. de Mondenard, l'homme le plus impopulaire de notre canton, et de se solidariser avec lui. Tant pis pour lui ; les électeurs l'ont déjà apprécié. Leur choix est définitivement fait, et, à Fieux comme ailleurs, leurs suffrages se porteront, a n'en pas douter, sur M. Paul Amblard, qui rencontre partout sur son passage, chez l'ouvrier, chez l'agriculteur, chez le paysan, une sympathie assurément bien méritée.

1893: M.Polydore du Bernet de Garros, ancien capitaine de cavaerie, né près da Nérac en 1823, d'Auguste du Bernet, ancien garde du corps du roi, est mort le 4 décembre, à Francescas, ancien berceau de sa famille. Peu d'hommes, au cours de leur existence, on eut à subir da plus cruelles épreuves que lui.
Marié à Mlle O'Kelly Farrell, il eût la douleur de la perdre de bonne heure, on même temps qu'une fille charmante qu'il adorait. Un seul enfant lui restait : M. Charles du Barnet, maréchal des logis chef d'artillerie qui continua les vieilles traditions de cette noble et ancienne famille de Gascogne. Le défunt fut, comme tous les siens, un catholiqua fervent et un royaliste convaincu. Il es mort comme un saint. Aussi, malgré la rigueur de la saison et le mauvais état des routes, de nombreux amis lui ont rendu les derniers de voirs. Indépendamment de ses convictions de royaliste et de catholique militant, celui qui est l'objet de tant da regrets se distingua toujours par sa droiture, sa loyauté et son exquise politesse d'un autre temps. Avec lui s'éteint tout un monde de chevalier de Saint Louis et de la Légion d'honneur qui faisaient la gloire de Francescas. Sa mort met en deuil les familles Henri de Bernet de Garros, de la Sudrie, O'Kelly Farrell, de Fillâtre, de Lamothe-Vedel, du Bernet des Anges, de Crozefonds, Duffourc Bazin, de Rozec, de Gorsso et de Laigneau, deuil auquel l'Avenir de Lot-et-Garonne prend une large part.

3.11.1893: La femme Duprom, arrêtée à la suite du crime de Francescas, a été mise en liberté hier.

1895: Les maréchaux des logis à pied : Laurent passe de Francescas (Lot-et-Garonne), devenu poste de brigadier, à Puymirol (même Compagnie), devenu poste de maréchal des logis.

11.3.1895: Incendie. — Le feu s'est déclaré dans la maison habitée par Mme Délias, marchande de charbon. Les pertes sont évaluées à 300 francs et ne sont couvertes par aucune assurance.

24.4.1895 - Le concours des génisses qui a eu lieu le 20 avril courant, 10h du matin, à Nérac, quartier du jardin public a donné les résultats suivants:
Sept sujets ont été présentés. 1" prix, 150 fr., à la génisse garonnaise, 21 mois, appartenant à M. Pierre Dulong. métayer au Jardin, commune de Francescas

1896: Francescas - 874 habitants

15 déc. 1896 - Un article dans le journal "La vigne française"
Trois semaines seulement ont arrêté notre attention ; ce sont ceux deMM.de Védrines, à Francescas ; Rozier, au Lion-d'Or, par Moncrabeau ; et Larroze, à Martinet, par Barbaste. On ne se douterait point, en arrivant chez M. de Védrines, qu'on est en plein foyer de black-rot : les vignes taillées, cultivées, conduites comme les meilleures de la Gironde, ont un aspect de franche santé ; il faut chercher les rangs témoins, ceux où l'on a essayé les dérivés de la bouillie, la bouillie Viala, que le black-rot a ravagés, ou bien encore les pièces complantées en Bouchalès, beaucoup moins résistant à la maladie que le Cabernet - Sauvignon et le Jurançon rouge, pour se convaincre qu'on est bien au pays black-roté.
L'immunité relative, mais pourtant très satisfaisante, dont jouit ce vignoble, est due à l'application très minutieuse et abondante de traitements à la bouillie bourguignonne à 3 0/0 de sulfate de cuivre et de 1 kg. 600 de soude Solway, effectués les 28 avril et 25 mai, 10 et 25 juin, 20 juillet. Ces projections liquides ont été accompagnées de poudrages, à dominante de soufre sulfaté, répétés par places jusqu'à huit fois. Les résultats qu'ils ont permis d'obtenir se traduisent par une récolte moyenne de 45 hectolitres à l'hectare, qui s'est élevée à 70 hectolitres, avec le Cabernet-Sauvignon, aissant toutefois un déficit de 20 0/0 environ sur ce qu'elle aurait été sans le . black-rot et le botrytis.
Des recherches sur l'intensité de la maladie, suivant qu'on laboure ou non le sol des vignes malades, n'ont pas permis de constater de différenceappréciable eutre l'un ou l'autre système.

1839-1898: Adolphe-Joseph de Mondenard, ami très proche de Armand Fallière, fut élu Conseiller Général pour le canton de Francescas.

1896: Hôpital-hospice de Nérac. — Desservi par les Soeurs de la Charité et de l'Instruction chrétienne (de Nevers). — Reçoit gratuitement les malades indigents de la commune, et, aux frais de leurs communes respectives, ceux des cantons de Nérac et Francescas.

19.12.1898: La question des tramways départementaux, — Vendredi a eu lieu, à la préfecture la réunion de la commission des tramways départementaux composée, comme on le sait, de MM. Belhomme, Lanes et Boucheron, conseillers généraux.
M. Belhomme a lu à ses collègues son rapport qui va être incessamment exprimé et distribué aux membres de l'assemblée départementale.
Voici les conclusions de ce rapport. L'ensemble des lignes dont la nécessité a été reconnue atteint 360 kilomètres, classées comme suit, par ordre d'urgence :
Troisième réseau. — ligne de Laplume à Francescas et à La Montjoie vers Condom, 10 kilomètres, soit au total 77 kilomètres.

1898: Conseil Général - Francescas : Paul Amblard, conservateur. 733 voix, élu ; Dufau, conseiller sortant, radical, 618. Siège gagné

retour au top