COS (ou DUCOS) de SAINT-BARTHÉLEMY de GÉLAS (du).


Armes :
écartelé : aux 1 el i d'azur à une épée d'argent, posée en bande et
accompagnée de trois étoiles du méme, deux en chef et une en
pointe, qui est du Cos de la Hitte ancien ; aux i et 3 d'azur à un lion
d'or, lampassé et couronné de gueules, qui est de Gélas.

Devise: Fortitudo et celeritas (Courage et célérité)

Saint-Barthélemy de Trillan. — Dans la commune de Francescas, sur la route de cette petite ville à Condom, à peu près à la limite des trois communes de Francescas, de Lasserre et de Moncrabeau, s'élevaient la petite église et le château de Saint-Barthélemi de Trillan. Aujourd'hui l'église n'est plus consacrée au culte religieux, et le château a perdu son aspect féodal.

La maison du Cos de la Hitte, comtes de la Hitte et de Montaut, premiers barons de Fézensac et de l'Armagnac, est d'origine chevaleresque de Gascogne, connue depuis Odet du Cos, vivant en 1230. Elle a donné des gentilshommes ordinaires de la chambre de nos rois, des gouverneurs de places,...

Joseph-Bernard Ducos de Lahitte, né le 4 Novembre 1753 à Francescas, élève d'artillerie (1er août 1780), lieutenant en second (3 août 1781), lieutenant en premier (11 juin 1786), second capitaine (1er avril 1791), détaché à la manufacture d'armes de St. Etienne (22 août 1791), employé à l'armée des Alpes, suspendu de ses fonctions par Bouchotte (25 octobre 1793), obligé de quitter la France en vertu de la loi du 19 fructidor en V et de passer en Espagne, rentré et admis au traitement de réforme (7 novembre 1800), réintégré dans son emploi de capitaine en résidence fixe à Bordeaux par le duc d'Angoulème (20 mars 1814), retiré à Lamontjoie en 1816.

Jean Ernest Ducos, vicomte de La Hitte, né le 5 septembre 1789, à Bessières (Haute-Garonne), décédé le 22 septembre 1878 à Gragnague (Haute-Garonne), est un général et un homme politique français, qui fut ministre des Affaires étrangères du 17 novembre 1849 au 9 janvier 1851, dans le Gouvernement Hautpoul, puis sénateur sous le Second Empire. Il favorisa par ailleurs la modernisation de l'artillerie en France par la réforme La Hitte (1858).

Jean Ernest Ducos, vicomte de La Hitte

La famille Du Cos (ou Ducos) DE SAINT-BARTHÉLEMY, anciennement connue dans l'Albret et dans le Bruilhois, a émis à plusieurs reprises
la prétention d'être une branche de la famille du Cos de la Hitte. Elle a adopté les armoiries de cette famille et a souvent joint à son nom
celui de la Hitte. Elle fut condamnée à quitter ce nom sur les réclamations du général du Cos de la Hitte, décédé en 1878.
On ne voit pas que la famille du Cos de Saint-Barthélemy ait jamais été l'objet d'un jugement de maintenue de noblesse. Elle paraît s'être
agrégée à la noblesse au cours du XVIII- siècle, comme tant d'autres, sans principe d'anoblissement régulier.
Pierre Ducos, auquel remonte la filiation, se qualifiait sieur de Bourgade, dans la juridiction de Fieux, en Albret. Il fut nommé juge
royal de Francescas par lettres patentes du 8 mars 1635. Il eut deux fils :
1 ° Jean Ducos, sieur de Bourgade, qualifié écuyer dans plusieurs actes, qui épousa en 1686 Gracie Tappie, fille d'un receveur des tailles d'Armagnac, et dont la descendance s'éteignit avec ses deux petites-filles, Mmt- du Bernet de Garros et de Bazignan ;
2° Jean-François Ducos, sieur de Saint-Ourens, qui continua la descendance.
Celui-ci eut à son tour deux fils, Louis, sieur de Saint-Ourens, et Jean, chevalier de Saint-Louis, qui, par acte du 1er décembre 1710, acquirent de la famille de Bazon la seigneurie de Saint-Barthélemy, située dans la paroisse de Francescas.
L'aîné de ces deux frères fut père de Jean-François Ducos, Sgr de Saint-Barthélemy, qui épousa en 1737 Louise-Candide de Cambon et qui en eut une nombreuse postérité, aujourd'hui représentée par plusieurs rameaux.
Une des petites-filles de Jean-François, Mlle Clairin, née Ducos de Saint-Barthélemy, eut dans sa part la terre de Saint-Barthélemy que ses descendants possèdent encore. Pierre-Jean-François Ducos de Saint-Barthélemy, frère de Mlle Clairin, épousa Rose-Olympe de Gélas. Leur fils, François- Camille Ducos de Saint-Barthélemy, né le 10 prairial an XIII à Saint-Martin-de-Goyne, marié en 1841 à M de Ferbeaux de Magnos, demeurant à Toulouse, et leur petit-fils, Joseph-Louis-Amanieu, né en 1842 à Saint-Martin-de-Goyne, marié dans la suite à Mlle de Joly, furent autorisés, le 13 août 1861, par décret de Napoléon III, à joindre à leur nom celui de la famille de Gélas, alors éteinte, à laquelle appartenait leur mère et aïeule.
M. du Cos de la Hitte de Saint-Barthélemy prit part en 1789 aux assemblées de la noblesse tenues à Condom.
Principales alliances : de Tappie 1636, du Bernet de Garros 1727, de Bazignan, de Cambon 1737, de Goyon, de Gélas, de Chastenet d'Esterre, de Ferbeaux de Magnos, de Joly, de Barescut 1898, etc.
La famille de Gélas, dont un rameau de la famille du Cos de SaintBarthélemy a été autorisé à relever le nom, appartenait à l'ancienne
noblesse de Gascogne. Elle possédait dès Ie XIII- siècle la seigneurie de son nom, située près de Condom. Elle fut maintenue dans sa
noblesse en 1700, sur preuves remontant à 1499, par jugement de Legendre, intendant de Montauban. Son clief prit part en 1789 sous
le titre de comte aux assemblées de la noblesse tenues à Condom.
Elle paraît étre distincte de la puissante famille de Gélas de Leberon, du reste beaucoup moins ancienne, qui racheta la terre de Gélas, en
obtint l'érection en comté par lettres patentes de novembre 1711 et produisit un maréchal dc France en 1737, le comte de Gélas-Lautrec.