bastide francescas

Baulens

Région: Aquitaine
Département: Lot et Garonne
Canton de Francescas
Commune rattachée à Le Nomdieu
Code postale: 47600
Population : 20 habitants

Cliquez ici et trouvez un hôtel, un gîte ou un restaurant à votre convenance

 

Le village beaulens

Placé sur le coteau, entre les deux Auvignon, Beaulens a été jusqu'a la Révolution le chef- lieu d'une petite commune et d'une haute justice.
La jolie église Saint-Laurent du Nomdieu se situe au lieu dit de Baulens. Elle est mentionnée sous le vocable de saint Martin en 1326. Elle aurait dû être reconstruite en 1874, en même temps que l’église Saint-Jean-Baptiste, mais la commune n’a pu financer les deux chantiers.
Une cloche, datée de 1700, est toujours conservée en l’église Saint-Laurent du Nomdieu.
L' édifice est finalement reconstruit en 1897 par l’entrepreneur Moussière sur les plans de l’architecte du département, T. Teulère. Le nouvel édifice est orienté à l’ouest.

L'histoire de Beaulens

Messire Pierre de Gobes, chevalier, seigneur en partie de Batz, donne a l'évêque d'Agen, toute la part de dime qu'il possède dans la paroisse de Beaulens en 1251.

En 1263 il y avait deux prieurs à Condom, Pierre et Raymond, tous issus de la maison de Beaulens. Durant le moyen âge et jusqu'à la Révolution, le Saumont, le Nom-Dieu, Bax et Beaulens, étaient quatre commues du vicomte et du bailliage d'appel de Bruilhois.
Raymond de Beaulens, habitant de Francescas reconnait en 1286 tenir du même Roi d'Angleterre, Edouard 1er tout "l'affarium" ou biens donnés en franchise appelé "del giestar" et déclare devoir un servant d'armes à pied lorsque les nobles et les autres du Pays se réunissent en armée.
Des messieurs de Galard devinrent ensuite seigneurs d'Estillac. N. do Galard, seigneur de Lécussan, etc., donna par contrat de mariage la seigneurie d'Estillac à son fils Odon ou Oddet; puis vendit cette même seigneurie à noble Gaxiot ou Gardes de Montagu de Mondenard, seigneur de Moncaut (du chef de son épouse Miramonde d'Albret). Cette acquisition du château d'Estillac fut faite par acte de l'an 1417.

Odon de Galard, seigneur de Lécussan, Aubiac et Beaulens, fils du vendeur fit opposition, comme ayant reçu cette terre en dot. La vente fut déclarée valable par arrêt du Parlement de Toulouse du 23 février 1492.

Noble Louis II de Lard ,veuve, seigneur de Birac, sénéchal de Castres, se marie, avant 1496, avec Catherine de Lustrac, veuve elle meme de noble Betrand de Galard, seigneur d'Aubiac et de Plaichac et baron de Beaulens.
Anne ou Agnes de Galard, dame d'Aubiac et de Beaulens, apporte en dot ces deux seigneuries en se mariant, avant l'année 1513 avec Gabriel de Lard, seigneur de Birac, près Marmande, fils de noble Louis de Lard, seigneur de Birac, sénéchal de Castres, et de Catherine de Lustrac.
La terre d'Aubiac, qui faisait partie de la Vicomte de Bruilhois, appartenait, des le XII siècle, a l'illustre maison de Galard.
Vers le commencement du XVIe siècle, elle passa, par le mariage d'Anne de Galard, dame d'Aubiac et de Beaulens, avec Gabriel de Lart, seigneur de Birac, Durance,Samazan, Montpouillan, dans la famille des De Lart, qui ajoutèrent a leur nom, en le relevant, celui de Galard. Leur fils, Antoine de Lart de Galard, seigneur d'Aubiac, de Birac et de Beaulens, épousa, le 14 juin 1534, Renée de Coustin de Bourzolles.
Le Proces-Verbal de Vérification d'hommages au roi de Navarre, constate en effet que, le 8 octobre 1538, noble Antoine de Lard, écuyer, seigneur de Birac, d'Aubiac et de Beaulens, possède des biens en Albret, ou il est seigneru foncier des rentes appelés de St. Etienne de Cabugieres en Durance, et de Baillard Cap Aribet en Lausseignan, qu'il fait hommage au roi de Navarre, et qu'il fournit son dénombrement, ainsi que d'une maison située dans la ville de Nérac, appelée au Pont de Lart.
1559: Gabrielle de Lard de Galard, baronne de Beaulens
Contrat de mariage de noble Charles de Bazon, écuyer, seigneur et baron de Baulens, accordé, le 11 mars 1601, avec noble demoiselle Honorée de Bezolles, fille de noble Jean de Bezolles et de demoiselle Suzanne de Patras, sa femme. Ce contrat passé devant Pouzergue et de Corne, notaires royaux de la ville de la Plume.

Le blason de la famille Galard


blason galard


Charles I de Bazon, Ier baron de Beaulens y Gabrielle de Lard et de Galard, baronne de Beaulens, en 1559 ( Les MM de Gelard, seigneurs en partie d'Aubiac, étaient seigneurs de Lécussan et de Beaulans; Gabrielle de Lard (petite-fille de noble Gabriel de Lard, seigneur de Birac, et d'Anne ou Agnes de galard, dame d'Aubiac et de Beaulens) épouse, le 22 aout 1559, au château de Nérac, en présence du roi et de la reine de Navarre, noble Charles de Bazon, gouverneur de Nérac, (Blason: D'azur, au rocher de 6 coupeaux d'argent, soutenu de 2 fasces abaissées de gueules, et accomp. en chef de 2 étoiles d'or) gentilhomme natif de la ville de Mantoue (de l'illustre maison Bazoni ou de Bazon, naturalisé Français par lettre patentes d'Henri II, roi de France, datées du mois de septembre 1553- La maison de Bazon ou Bazoni, occupa jadis à Mantoue les premières charges de la République.)
Charles de Bazon, écuyer de Jeanne d'Albret, reine de Navarre, par Lettres patentes du 27 fevrier 1559, gouverneur de la ville de Nérac, transmit la seigneurie et baronnie de Beaulens à ses descendants mâles, qui l'ont conservé jusqu'à la Révolution.
Anne ou Agnès de Galard, dame d'Aubiac et de Beaulens, apporte en dot ces deux seigneuries en se mariant, avant l'année 1573 avec Gabriel de Lard, seigneur de Birac, près Marmande, fils de noble Louis de Lard, seigneur de Birac, sénéchal de Castres, et de Catherine de Lustrac.
Noble Bertrand de Toulouse, seigneur de Baulens et de Salle (1596).
Noble Jean de Bezolles, seigneur de Saint-Barthélemy et dame Suzanne de Patras de Campaigno, son épouse, marient, dans le château de St. Barthélemy, dans la commune de Francescas, leur fille honorée de Bezolles, par acte du 11 Mars 1601, avez Charles de Bazon, seigneur baron de Beaulens, gentihommme de la Chambre de la reine Marguerite de Valois.
Dans l'inventaire des preuves de noblesse produites par Etienne de Bazon le 13 novembre 1608, on rappelle une transaction passée entre Chaterine de Lart de Golard son fils Charles de Bazon, écuyer, seigneur de Beaulens. Il résulte de cet extrait que ladite Catherine avait épousé Charles de Bazon - la terre de Baulens, dépendante de celle d'Aubiac, avait été vendue par Antoine de Lart de Galard à son gendre Charles de Bazon.
Charles II de Bazon, 2eme baron de Beaulens y épousa Anne de Malvin, en 1622 .
Suzanne de Bonnot, fille de noble Hercule de Bonnot, seigneur de La Tuque, et de dame Catherine de Beaumont, fut mariée, le 9 juillet 1634, avec François Ier de Bazon, fils de Charles de Bazon, seigneur baron de Beaulens et de Berthoumieux, gentilhomme de la chambre de la Reine Marguerite de Valois.
1647: vente de la seigneurie de Fals en faveur de Catherine de Baron de Beaulens.
Olivier de Perrin, seigneur de Baulens, marié le 19 février 1659, avec Hélène de Grandis, mort sans postérité. Il avait été maintenu avec Charles, son frère, le 4 janvier.

1659 ( A ce moment on y comptait trois feux et cinquante trois belluges de feux à Baulens)

Jean-Charles 1693 écuyer seigneur de Lisle et de Castelvieil du chef de son épouse, habitant au château de Castelvieil par contrat du 20 juin 1654 passé à Agen devant Me Maussaire, notaire royal à Jeanne-Antoinette de LABRUMET 1ère dame de Castelviel fille de noble Joseph écuyer seigneur du Château noble de Castelvieil et de demoiselle Anne de SIBAULT de SAINT-MEZARD. Elle fit son testament le 21 septembre 1687, l'acte de souscription est retenu par Me Jean Grand, notaire royal en la ville d'Agen. Un codicille fut rédigé le 9 octobre 1690 sans postérité. Il est stipulé dans le contrat de mariage que les futures époux constituent une société d'acquets et que le futur époux apportera une somme de 12.000 livres destinés à payer les dettes hypothécaires des biens de Castelvieil, situés dans la St Cirice, juridiction de Faugerolles en Albret, et que le dit sieur du Cauzé, futur époux, aura ses reprises sur lesdits châteaux et terres de Castelvieil. Demoiseille Anne de Redon donnera 5.000 livres sur les douze qui doivent être apportées par son fils le futur époux. Il fait une donation par acte du 16 avril 1690 à Jean-Charles, son neveu et filleul par acte passé devant Maitre Gelian, notaire royal d'Agen « Noble Jean-Charles du Cauzé, écuyer, seigneur de Lille habitant en son château de Castelvieil, paroisse de Faugerolles en Albret (...) fait don et donation par ces présentes pure et simple entre vifs et à jamais irrévocable en faveur de noble Jean-Charles du Cauzé, écuyer, seigneur de Nazelle, son neveu et filleul, habitant de la présente ville, présent et acceptant, se avoir est de la maitérie de Juilhards, que le dit donateur a dons la juridiction de Dunes en Comdomois, et de tous les biens et possessions qui en dépendent, et généralement de tous les biens qui lui furent délaissés par le nom de deffunt, Jean-François du Cauzé, son père. Le donateur donne aussi les droits qu'il peut prétendre sur les biens de Me Laurent de Mellet, seigneur de Saint-Orens, conseiller du roi et président au siège de Condom, son frère utérin, en conséquence de la succession de deffunte Madame de Mellet, leur mère commune (...) Approuvant cette donation, noble Hérard du Cauzé, écuyer, père dudit sieur de Nazelle (..) Fait et passé en mon étude, en présence de Messire Charles de Bazon, seigneur Baron de Baulens (signé Gelian, notaire royal). Il teste devant J. Moulin notaire royal le 21 novembre 1692. Testament ouvert en 1693 à la requête de son épouse où il institut pour ses héritiers universels, noble Joseph du Cauzé, écuyer, sieur de Balignac et noble Antoine du Cauzé, sieur de Las Barthes, ses neveux. Sa femme fait son testament le 21 septembre 1687, retenu par Me Jean Grand notaire royal de la ville d'Agen auquel un ajoute un codicille du 8 octobre 1690.

1667: Information faite par Jean Bigos, à la requête de Charles de Bazon, seigneur de Baulens, et de Charles Patras, seigneur de Campaigno et de Ligardes, au sujet de la vérification des dettes de la communauté de Francescas et spécialement des ventes de bois consenties par les consuls.
Catherine de Bazon, fille de Charles de Bazon, baron de Baulens, gentilhomme de la chambre de Marguerite de Valois, et de dame Anne de Malvin-La-Lanne, se maria, en 1680, avec « noble de Touton, seigneur de Bax ».

1692: Seigneur de Beaulens, qui épouse le 19 février 1659 Helene de Grandis.
Messire Charles de Bazon, seigneur Baron de BaulensMessire Charles de Bazom, III du nom, seigneur baron de Baulens et de Saint-Berthoumieu, fut maintenu dans sa noblesse d'extraction par jugement de M. Sanson, intendant de la généralité de Montauban, le 22 avril 1697.

Jean Du Cos, brigadier des gardes du corps le 8 février 1703, retraité le 21 janvier 1707, après avoir servi depuis l'année 1676; qualifié, en outre, sieur de Saint-Ourens (paroisse du même nom, juridiction de Francescas), dans un contrat d'achat de ladite année 1707. Son frère puiné, Louis Du Cos, sieur de Saint-Ourens, devint seigneur de la maison noble de Saint-Barthélemi, paroisse du même nom, juridiction de Francescas, lorsque son frère, l'ancien brigadier des gardes du corps, et lui, eurent acquis, le 1er décembre 1710, ladite maison noble de Saint-Barthélemi, de messire François de Bazon, écuyer, seigneur baron de Baulens.

François II de Bazon, mousquetaire du roi, vend en 1710 le château de Beaulens, et ses dépendances, à Jean et Louis du Cos, frères, fils de Jean-François, sieur de Bourgage et Saint-Ourens, lui-même fils de Pierre, seigneur de Bourgage, et juge royal de Francescas sous Louis XIII.

Le haut et puissant seigneur messire Jean-Tiburce-Godefroy de Secondât de Roques, chevalier, seigneur, baron de Roquefort et autres places, demeurant en son hôtel de la ville d'Agen, place du Palais, épousa par contrat passé au château de Baulens, en Bruilhois, le 3 janvier 1740, puissante dame Marie-Louise-Hélène de Cunolio d'Espalais, fille de feu messire Jean-Jacques de Cunolio d'Espalais, chevalier, vicomte de La Mothe, seigneur de Saint-Marcel et autres places, et de dame Marthe de Raymond (de la ville d'Agen).
Quittance pour Jean de Bazon, baron de Baulens, en faveur de Gratien de Secondat de Roquefort, capitaine au régiment de Fumel, pour le légat fait par Mme de Roquefort (Louise de Raymond) à Fékicie de Baulens, sa petite-fille, pour lui porter le deuil, le 7 mai 1756.
Quittance de Jean de Bazon, baron de Baulens, à son beau-frère Gratien de Secondat de Roquefort, 20 Septembre 1757.
Quittance pour Jean de Bazon, baron de Baulens, en feveur de Gratien de Secondat de Roquefort, capitaine au régiment de Fumel, pour légat fait par Mme de Roquefort (Louise de Raymond) à Félicie de Baulens, sa petite fille, pour lui porter le deuil, 7 mai 1756. - Quittance de Jean de Bazon, baron de Baulens, à son beau-frère Gratien de Secondat de Roquefort, 2 septembre 1757
(archives Château de Brède fond de Montesquieu)
Procès contre les sieurs Jean Mene, meunier aux moulins de Beaumont et Vialères, et Joseph Cazaubon, de Baulens (1751)

Messire Jean de Bazon, II du nom, titré comte de Bazon, baron de Baulens, né au mois d'avril 1757, fut admis dans les chevau-légers de la garde du Roi, après ses preuves de noblesse, le 5 octobre 1774, et fut convoqué en 1789 à l'Assemblée de la Noblesse d'Agen.

1789: 304 habitants (Dictionnaire général de France)

Jean-Godefroy de Secondât habitait le château de Saint-Marcel en 1775.
Messire Jean, comte de Bazon, sixième baron de Beaulens, seigneur de Fals, chevalier de Saint-Louis, capitaine au régiment Royal-Artillerie, pensionnaire du roi, convoqué, en 1789, a l'Assemblé de la noblesse d'Agen, comme son frère François et son fils Jean, avait épousé, le 2 mars 1756, devant Descotures, notaire à La Plume, Jacquette de Bazon, sa cousine germaine, fille de Jean de Bazon, chevalier, baron de Beaulans, et de Louise-Marie Anne de Secondat de Roquefort.
Il a pour représentant actuel, son petit-fils, Pierre, comte de Bazon (habitant au château de Fals, près Layrac, l'une des terres ayant haute justice possédée au dernier siècle par sa famille), et ses deux enfants, Roger, vicomte de Bazon, capitaine en activité de service, et Marie de Bazon, comtesse de Mac-Carthy
Les membres du clergé s'élèvent a deux cent cinquante:
M. le baron de Baulens, procureur fondé de M. de Sevin, était membre du clergé 1742 – 1790.Baron de Bazon de Baulens a publié 1782 à Londres un livre sur "l'héroïsme dans la marine (ou parallèle des Français et des Anglais sur les affaires présentes, poème dédié à la nation).
Marie-Rose de Chavin épousa le 18 juin 1810 Jean II de Bazon.
Il a pour représentant actuel, son petit-fils, Pierre, comte de Bazon (habitant au chàteau de Fals, près Layrac, l'une des terres ayant haute justice possédée au dernier siècle par sa famille), et ses deux enfants, Roger, vicomte de Bazon, capitaine en activité de service, et Marie de Bazon, comtesse de Mac-Carthy (en 1880)
Valentine de Bazon, née 1885, épousa Raymond de Castelbajac le 29 avril 1913 à Fals. Elle est décédée 1968.
Des membres de la famille vivent en d'autres à Condom.

 

Plan cadastral de Beaulens 1811

 812:
Napoléon, Empereur des Français, Roi d'Italie, Protecteur de la Confédération du Rhin, Médiateur de la Confédération suisse ;
Sur le rapport de notre grand-juge ministre de la justice ;
Notre Conseil d'état entendu, Nous avons décrété et décrétons ce qui suit :
Francescas - Beaulens et Bats - Réunies.

Depuis le 2 mai 1840, la commune de Beaulens est rattachée à la commune Nomdieu
Selon les plans cadastraux il y avait en 1843 encore un Château de Beaulens, qui se trouvait, venant de Francescas, à environ 400m sur la droite avant le hameau de Beaulens. Ce château a du être détruite entre 1900 et 1920. Aujourd'hui une maison de maître de la famille Castaing domine ce lieu, utilisant partiellement les murs et les fondations du château.

 

L'ancien chateau de Beaulens

En 1794, il y avait deux moulins à Beaulens:
Moulin de Miomond appartenant à Digon
Moulin de Baulens, appartenant à Balou, émigré

L'enseignement va devenir obligatoire et dans le domaine Vieille Eglise a été installé une école.Environ 1885.

1900: Naissance de MAHOU Marcel né le 10/06/1900 au château de Beaulens, étant le fils de Laurent MAHOU et Françoise DULOT.
BAZON, Baron de . BAULENS
(Charles-Pierre-Xavier-Gabriel, Comte de), (posthume),(2 palmes, 1 étoile), lieutenant au 10e Dragons, détaché sur sa demande à l'Etat-Major de la 30e brigade d'Infanterie. Ancien élève de l'Ecole de Saint-Cyr.
A été tué au Bois Brûlé, le 15 février 1916, d'une balle à la face, à l'âge de 28 ans.
Citation posthume : Sur le front depuis le début de la guerre, s'est, toujours fait remarquer par son audace,son sang-froid et sa ténacité, recherchant toujours les missions les plus périlleuses. A été tué, le is février 1916,en exécutant une reconnaissance dans un endroit particulièrement dangereux.
(Né le 20 décembre 1887.Fils du Lt-Cte de Roger, Cte de BAZON de Beaulens et de la Comtesse née de Vidailhan)

Marie DELOUS
Née en 1730 - Beaulens,47, Lot-et-Garonne,Aquitaine,FRANCE
Décédée le 10 décembre 1800 - Ligardes,32212,Gers,Midi-Pyrénées

Marie ou Anne BOUE
Née vers 1708 - Beaulens,47600, Lot-et-Garonne,Aquitaine,FRANCE
Décédée le 3 janvier 1768 - Nomdieu,47600.,Lot-et-Garonne,Aquitaine,FRANCE , à l'âge de peut-être 60 ans

Anne Gabrielle JAZADÉ
Née le 24 mars 1884 - Beaulens Cne du Nomdieu (47), ,
Décédée le 9 mars 1964 - Saumont (47), , , à l'âge de 79 ans (couturière)
 Sur la route principale se trouvait vers 1950 une épicerie, tenue par Mme Darbon
27 Juillet 1923 est né Raymond Soucaret, Maire de Francescas, Conseiller Général du Lot-et-Garonne et Senateur (4 janvier 1981-30 septembre 2001 - ne se représente pas) Lieu-dit Bourrichat.

 

raymond soucaret maire et sénateur

Quelques restes des livres des jurades:

1673-1761. — Paroisses de Saint-Martin de Beaulens et son annexe Saint-Pierre de Bax. — Baptêmes, mariages et sépultures. — Baptêmes : Bernard Roussel ; — Jean Pérès ; — Bernard de Bilonave. — Mariages : Pierre Sarrau et .Marthe Despeyroux ; — Guiraut Lagutère et Marguerite Gouts; — Jean Bonffils et Françoise Duluc. — Sépultures : Joseph Nouguez ; — Jean Touton, fils de noble François ; — Jean Gourguet. — Note sur des baptêmes administrés, en 1689, dans la paroisse de Marignac, alors privée de desservant. — Le 18 janvier 1740, baptême de Félice-Jacquette, fille de messire de Bozon, seigneur de Beaulens, et de dame Marie-Anne de Secondat ; parrain Jean-Godefroid-Tiburce Secondat de Roques, seigneur de Roquefort, marraine dame Félice-Jacquette, dame de Saint-Loup du Gravier ; présents Gratien de Secondât, cornette de dragons, Joseph-Marie de Montant, seigneur et vicomte du Saumont, Jacques de Romas, chevalier.
Suppl'. 2744. (GG. 2.) (Cahiers.) — In-4°, 116 feuillets,papier.

1761-1787. — Beaulens et Bax. — Baptêmes, mariages et sépultures. — Baptêmes : Pierre Bourgade ; — Jacques Beaumont ; — Etienne Tourtarel. — Mariages : Jean Couloumet et Jeanne Clauset : —Etienne Seignourel et Marie Lucante ; — Jean Lause et Marie Derrey. — Sépultures : Etienne Bone ; — François Gourguet; — Joseph Cailleau.
E. Suppl'. 2715'. (II. 1.) (Liasse., — Cahier in-folio 38 feuillets, papier.

 

 

L'église:

L'Eglise de BeaulensL'Eglise de Beaulens en 1920

L'église de Baulens a perdu son clocher-mur. La paroisse mentionnée en 1326, dans les Comptes des Subsides. -Archvives Historiques de Gironde, t.19, p211-214(comptes des subsides levés par le pape dans l'archiprêtre de Bordeaux, 1326, publiés par Tamizey de Larroque) -

1519: Bernard Arlabosse, bachelier en theologie, administra successivement les paroisses de Vicnau et de Baulens.

Jean Dubernetavait fut curé de Baulens et de St-Eulrope-de-Bax.jusqu'au 22 mars 1744, date de son décés

(Elle porte le vocable de Saint-Martin, puis de Saint-Laurent. La reconstruction de l' édifice est prévue en 1874 sur des plans de Verdier, architecte de l' arrondissement et auteur de l' agrandissement de l' église de Nomdieu ;

L'Eglise de Beaulens intérieure

les travaux sont ajournés, la commune ne pouvant payer les deux chantiers en même temps. Elle est reconstruite en 1897 par Moussière, entrepreneur, sur des plans de T. Teulère, architecte du département. Le nouvel édifice est orienté à l' ouest, contrairement à l'usage. En 1901, un affaissement apparaît : Gouget, architecte au Passage-d' Agen, place des tirants, remplace la voûte en brique par un lambris, pose des drains. Le clocher pignon étant lézardé a été récemment réparé par les habitants de Baulens.
La sacristie attachée côté droite de l'église a été enlevée en 2005 environ.

L'Eglise de Beaulens - porte d'entrée

Restauration du mur du cimetiére de Baulens, qui a été détruite par les avions de chasse et le dépassement du mur du son dans les années 70, en 2010 - coût prévu 31 773,10 Euro.

L'Eglise de Beaulens en 1950 (tableau)

En regardant les vieux photos de 1970, en peut supposer, que au moins depuis 196, l'église n'a plus servi à célébrer la messe, car après le marriage de Mr Pierre et Mme Janine Bourdens le 27 septembre 1957, plus aucune activité n'est confirmée.
Pierre Bordens était très attaché à l'église, d'ailleurs il a succédé en 1939 jusqu'en 1947 Mr. Soucaret comme enfant de coeur.

 

L'église de Beaulens en 1950L'intérieure de l'église de Beaulens en 1950

L'église de Beaulens en 1930 avec sacrestieL'église de Beaulens en 1930 avec sacrestie

Asminitration ancienne 1789-1999  
     
souverainté 1789 royaume de France  
  1790 Lot-et-Garonne  
     
département 1793 Lot-et-Garonne  
  1801 Lot-et-Garonne  
     
district 1793 Nérac  
     
arrondissement 1801 Nérac  
  1926 Agen  
  1942 Nérac  
     
canton 1793 Francescas  
  1801 Francescas  
     
municipalité 1793 Baulens  

 

Les notes historiques de chanoine Durengues

Sous l'ancien régime cette paroisse (XVIe - XVIIIe siècle) était une curé du diocèse de Condom,
archprêtre du Bruhlois, à la nomination de l'Evêque.
Les Constitutionnels, dans leurs projet de circonstription de 1792 l'avaient unie avec Francescas avec le titre de succursale. Erigée en succursale du canton de Francescas à l'organisation (1803); elle fut supprimé en 1808 et réunie à Francescas. Elle a été érigée d'abord en chapelle vicariale par ordonnance du 22 abril 1827 et enfin en succursale par ordonnance du 18 septembre 1846.

Eglise disparues: - S. Eutrope de Bax - avant la Révolution cette église était l'annexe de Beaulens. Elle est citée dans le cartulaire d'Agen; Bulle E 9;
Elle fut supprimé par les Constitutionnels dans leurs projet de circonscription de 1792. Elle a été aussi supprimé et cette définitivement à l'organisation 1803.

S. Ferriol de Masignac - L'église de ce nom figure encore dans le pouilli Larcher comme annexe de
Laplume. Détruite de temps .....elle n'avait laissé que son nom à un cartonnat de terre qui representait son emplacement et son cimetière et dont jouissait la fabrique de Beaulens avant la révolution. Ce terrain figure parmi les biens nationaux pour une valeur de 80 livres. Cette église existait encore au XVIIe siècle. On lit dans un verbal de visite de 1641:" L'église de Marignac est assez grande; batie en pierre, couverte de tuile à canal et parvie de brique". Et dans un autre
verbal de 1663:" L'église de Marignac sous l'invocation du bien...... Ferréol est une annexe du
bénéfice de l'achiprêtre de Laplume. A cause du petit nombre de parroiciens on n'y dit la masse que fort rarement." Mr. Binaben,la commanderie de Nomdieu, donne sur l'église de Bax les détails suivants:" Sur la rive gauche du Petit-Auvignon à mi-chemin entre Lamontjoie et le Nomdieur. Edifice du XIe siècle. Le plein centre de la porte de cette église qui est de petites dimensions, appartient au style roman. Sur le mur au nord, deux croix de Malte, grossièrement
sculptées. sert à un usage irrégulière. Vendu après la Révolution par la fabrique du Nomdieu au propriétaire du château. Cimetière détruit en 1874.

Eglise.- La vieille église de Beaulens, sans valeur ni solidité a fait place, il y a quelques années, à un petite église neuve, de style roman; orienté à l'est contre les grands vents pluvieux (Bénaben, page 444)
Démographie: 316 âmes en 1846. 123 âmes en 1917.

Titulaires depuis le concordat:

1: Pierre Campagne, né le 7 janvier 1736, était curé de Beaulebs avant la Révolution. il appartient au clergé constitutionnel.
M. Ladavière donna sur on compte à Monseigneur Jaconsay la note suivante:" Curé de Beaulens,
résident à Laplume, est un homme déjà âgé, sujet de la goutte. Sa curé dont il est ancien titulaire est à trois quart de lieu de Laplume. C'est un homme très réligieux, bien instruit et d'une conduite sans reproche. Il a des propriétés à Laplume et je le crois très propre pour cette commune. Cependant je crois que tous les parties ne l'y verraient pas avec plaisir, mais il ne peut guère continuer le service de Beaulens à cause de la distance.
M. Campagne fut nommé à la succursale de Beaulens , mais comme l'avait prévu M. Ladavière, il
ne contunera pas son service.
La paroisse a été presque tout le temps desservie comme une annexe , généralement par les curés du Nomdieu. C'est à peine si nous avons trouvé un seul titulaire encire non résident. Il s'agit de Guillaume Dubédat, né à Buzet le 14 mars 1810, prêtre le 20 décembre 1836, de Lalandusse le 27 décembre 1868, décédé le 19 janvier 1870.

 

 

 retour top

Mentions legales | Liens | Accueil |Plan du Site
e-mail Mairie de Francescas 2010 -
Tous droits reserves
Conception et maintenance
: e-kommunikation.com