bastide francescas

Saint-Vincent-de-Lamontjoie

Région: Aquitaine
Département: Lot et Garonne
Code postale: 47130
Mairie: 05 53 95 12 08
Population : 200 habitants
Surface: 15 km2

Cliquez ici et trouvez un hôtel, un gîte ou un restaurant à votre convenance

 

Le village St. Vincent de Lamontjoie

Saint-Vincent-de-Lamontjoie est une commune située dans le département de Lot-et-Garonne (région d'Aquitaine). Le village de Saint-Vincent serait batît sur l'ancien site romain de VEZIAC et appartient au canton de Francescas et à l'arrondissement de Nérac. Les habitants de Saint-Vincent-de-Lamontjoie s'appellent les Vincentmontjouais et étaient au nombre de 197 au recensement de 1999. La superficie est de 15.1 km². Saint-Vincent-de-Lamontjoie porte le code Insee 47282 et est associée au code postal 47310. Elle se situe géographiquement à une altitude de 186 mètres environ.

1566: Les seigneurs de Mondenard de Roquelaure dont une branche s’était séparée vers 1566 en s’installant à Loupiac près de Cadillac au service du duc d’Épernon, formèrent un siècle plus tard deux branches nouvelles. La branche aînée échangea la seigneurie de Roquelaure pour celle de Bière à Laplume ; la branche cadette confirma son installation à Lamontjoie et à St Vincent de Lamontjoie où se trouvait la seigneurie de Gaichot ou Gachot.

En secondes noces, Charles-François épousa Marie de Vidal des seigneurs de La Tuque. Le certificat d’annonce de mariage est daté du 22 février 1696, il délivre l’autorisation de bénédiction du mariage
à St Vincent de Lamontjoie.

« Marie de Vidal de Mondenard » est décédée à Lamontjoie le 14 avril 1726 à 62 ans. Elle avait porté à sa descendance la seigneurie de Gaichot située dans la paroisse de St-Vincent de Lamontjoie, qui lui venait de sa mère Jeanne de Captan. Gachot se trouve entre l'église de St-Vincent et le Nomdieu (nord-ouest de LaMontjoie de St Louis, cliquer sur la carte pour l'agtrandir)

Gilles de Mondenard de Gaichot (aîné) né en 1748, fit ses preuves de noblesse le 20 juin 1772 et utilisa pour cela des preuves déjà réunies par Joseph de Mondenard de Bière, qui n’était pas encore Maréchal de Camps et armées du Roi, mais qui avait permis que toute la Maison de Mondenard retrouve son blason d'origine "ÉCARTELÉ D'ARGENT ET D'AZUR". Quand il demanda un extrait de naissance au prètre du Nomdieu et St Vincent, celui-ci recopiant le registre s'aperçut que son prédécesseur avait oublié de mentionner que Gilles et Jean son père, seigneur de St André étaient nobles. Cette omission obligea Gilles à demander les attestations de six gentilhommes:

Gilles de Mondenard (le jeune) né le 17 mai 1763 à Gaichot (Saint-Vincent de Lamontjoie) eut son frère aîné pour parrain.

Signature de Gilles (de) Mondenard ( jeune) en1793, né à St-Vincent de Lamontjoie en 1763. On remarquera les neuf points sous sa signature. Cliquer dessus pour agrandir le cliché.

Signature de Gilles (de) Mondenard ( jeune) en1793

Le dernier de la lignée des seigneurs de Gaichot fut Jean (de) Mondenard, (cadet) lequel épousa Rose Besse ; ils n’eurent pas d’enfant conrairement à ce qu'écrit Michele Sayous dans son article sur la Maison de Vidal dans la Revue historique de l'Albret. Rose Besse est morte à Lamontjoie le 19 juillet 1831 à 81 ans. Jean, ne resta veuf que deux ans, il avait 83 ans quand il est décédé à Gaichot (St Vincent de Lamontjoie) le 22 juillet 1833.

1789: 630 habitants (Dictionnaire général de France)

1841: 609 habitants

1896: 338 habitants

Chateau Saint Lary

e corps de bâtiment rectangulaire, avec le pavillon d' escalier et la tourelle sur l' angle nord, ont été édifiés dans la 1ère moitié du 17e siècle : les chaînes d' angle sont similaires à celles du château de Marin, près de LaMontjoie ; la tourelle est dotée de meurtrières ; l' escalier a été rénové, sauf la partie dans les combles encore en madriers.

Le chateau St. Lary à St. Vincent de LamontjoieLe chateau St. Lary à St. Vincent de LamontjoieLe chateau St. Lary à St. Vincent de Lamontjoie

Le logement d' une pièce à l' est de la cour, avec une fenêtre à traverse, paraît contemporain de la demeure seigneuriale. La famille de Bernard est mentionnée comme propriétaire de Saint-Lary du milieu du 17e à la fin du 18e siècle ; le domaine passe ensuite aux Pesquidoux. Le logis est augmenté à la fin du 18e siècle d' un corps de bâtiment au sud-ouest, doté d' une élévation ordonnancée.

Le chateau St. Lary à St. Vincent de LamontjoieLe chateau St. Lary à St. Vincent de Lamontjoie

Le logis reçoit un décor intérieur du Second Empire. La surface de la cour est doublée vers le sud au 19e siècle. En 1908, les dépendances sont rénovées, agrandies et complétées autour d' une cour fermée : construction du pressoir, du chai, avec la grange ou garde-pile au-dessus, aménagement de l' écurie et des remises ; un décor de brique et pierre marque les ouvertures nouvelles, et a été peint sur les anciennes.

 

L'église

L'église Saint Vincent a été construite a proximité de la villa antique de Veziac. Elle est donnée en 1064 a Cluny par Hugo de Brulhois et Pierre de Gavarret, selon J. Benaben. L' église de Saint-Vincent Jugée trop loin du prieuré de Layrac dont elle dépend, elle est cédée aux Templiers en 1199.

L'église de St. Vincent de Lamontjoie

La construction initiale date du XII° siecle puis remaniée au 3° quart XIX° siecle en l'année 1863. L'auteur :Coëque-Verdier (architecte d'arrondissement) Le clocher tour et l' élévation occidentale a trois arcs en plein cintre datent du 12e siecle. sur les parties de cette époque des archeres sont encore visibles. Des sarcophages ont été découverts a proximité (déposés dans le cimetiere) . En 1802, les paroisses de Caubiet, Saint-Lary et Bonnefond lui sont annexées. En 1842, la toiture est depuis longtemps effondrée.

Le chateau St. Lary à St. Vincent de LamontjoieL'église St. Vincent de Lamontjoie à l'intérieureLe chateau St. Lary à St. Vincent de Lamontjoie

En 1863, l' église est reconstruite sur les plans de Verdier, architecte de la ville d' Agen et du 3e arrondissement : le nouvel édifice de plan centré est édifié a côté de la façade occidentale et du clocher de l' ancienne église, qui sont conservés, le clocher étant exhaussé d' un étage. Le décor de style roman s' inspire, selon Verdier, des chapiteaux de l' église démolie, dont deux sont remployés dans le nouvel édifice.

Marie et Joseph de St. Vincent de Lamontjoie

Le porche est reconstruit en 1888 sous la direction de Courau, architecte a Agen, en conservant les bases et chapiteaux.description : Clocher et façade ouest en pierre de taille ; 1er niveau de la nouvelle construction en pierre de taille, 2e niveau en moellon enduit. Clocher couvert en tuile plate, église couverte en tuile creuse. (Informations Patrimoine de France)

Le clocher de St. Vincent de Lamontjoie

Surprenant le clocher dans le cimetières de Saint Vincent de Lamontjoie, qui domine la campagne du Lot et Garonne

Maison du Temple de Saint-Vincent de Lamontjoie
Département : Lot-et-Garonne, Arrondissement : Nérac, Canton : Francescas - 47

Cette Maison du Temple daterait vraisemblablement du XIIIe siècle, c'est en tout cas celle de la chapelle romane. A la vue des vestiges, elle devait être fortifiée, on peut encore distinguer les restes d'une enceinte et un escalier permettant l'accès à un chemin de ronde.

Moulin
Le moulin de Tucouret pourrait dater du 17e siècle : il est construit selon le type le plus fréquent dans la région, avec habitation au rez-de-chaussée et mécanismes de meunerie aux étages ; le rez-de-chaussée présente une stéréotomie particulièrement soignée (linteau appareillé de l' évier, arrière-voussure de la porte) . Le toit disparu a été remplacé par un appentis.

La chapelle de Bonnefont

La chapelle st. Lary

La chapelle de Bonnefont a fait l'objet d'un échange en 1295. La chapelle fut donnée aux Templiers d'Argenten par le couvent du Paravis en échange du Temple de Port Sainte Marie. L'acte fut ratifié en 1298.

 

 retour top

Mentions legales | Liens | Accueil |Plan du Site
e-mail Mairie de Francescas 2010 -
Tous droits reserves
Conception et maintenance
: e-kommunikation.com