bastide francescas

 

eglise st.ourens

eglise st.ourens la tour

eglise st.orens entree

eglise st.orens

eglise st.ourens altare

eglise st.orens bapstistere

eglise st. ourens la saale

eglise st.orens les statues

eglise st.ourens le cloche

st.orens les tombes

historique
Le choeur en pierre de taille à contreforts plats pourrait dater du 12e siècle, le mur oriental ayant cependant été repris ultérieurement avec remploi de
l'arc monolithe de la baie axiale. La nef a été reconstruite au 15e siècle.
La tour du clocher date du 16e siècle, et a été greffée sur le pignon occidental. Le dernier étage du clocher est une restauration.
La couverture a été refaite en abaissant le niveau des murs.
La sacristie est démolie.
déscription
Choeur en pierre de taille, sauf le mur oriental ou apparaissent des reprises importantes ; nef en moellon enduit ; clocher en pierre de taille.
gros-oeuvre
calcaire ; pierre de taille ; moellon ; enduit
couverture (type)
toit a longs pans ; pignon couvert ; toit en pavillon
couverture (materiau)
tuile creuse
plan
plan allongé
étages
1 vaisseau
couvrement
lambris de couvrement
état
mauvais état
   
 

Saint Orens était né à Huesca, en Aragon vers 370, dans une famille noble.
Il fût averti par un ange du destin de notable que lui préparait sa famille et préféra se retirer dans une grotte de la vallée du Lavedan en Bigorre pour y échapper.
En 410, une délégation du clergé et du peuple d'Auch vint le chercher pour le proclamer évêque. Il pria le Seigneur de lui faire connaître sa volonté.
Aussitôt, le bâton qu'il tenait à la main prit racine, étendit ses rameaux et se couvrit d'un vert feuillage. Orens accepta alors son rôle d'évêque de la métropole de la Gascogne.
Theodoric roi des Wisigoths le nomma comme ambassadeur vers 438 pour régler le conflit l'opposant aux romains.
Ce sont ses prières, qui auraient permis à Theodoric Ier, Roi des Wisigoths, de remporter en 439, une bataille sur le Romain Litorius, qui assiégeait Toulouse.
A noter, que les patronymes Sentourens, Saint-Orens et Saint-Ourens existent aussi. Saint-Ourens était une Seigneurie.
Pierre d'Orlan, II du Nom, Seigneur de Pouypetit et de Polignac, marié à N... de Lasseran. Par son testament de 1328, il fonda une chapelle dans l'église de Saint-Orens, diocèse de Condom. Il voulut etre enterré dans la même église, au pied de son père Gauillaume. Il pria son fils Geraud d'Orlan, d'assigner un fond nécessaire pour la substention du Chapelain. La famille nomme encore à cette chapelle N...de Pierrefite, ancien curé de Pouypetit, en étoit encore Chapelin en 1761.
(Recueil de Genealogies, pour servir de suite ou de supplement au Dictionnaire de la Noblesse 1786 avec Approbation et Privilege du Roi)
ST OURENS (juridiction de Condom 1533). Certains droits et devoirs seigneuriaux: ledit Marquis tient noblement un domaine et fond noble : Une maison noble et une place située dans ledit lieu de St Orens, un jardin, une vigne, une terre à la Couture, un pré, deux bois, plus certains droits et dîmes appelée la dîme de Fiefmarcon.

 

Quelques détails historiques:

En 1604, St. Orens dépend de Francescas avec 262 feux pour les deux paroisses. St. Orens est une annexe de Francescas et en 1790 fait partie de la commune de Francescas.

Il y a seulement la trace d'un seul curé de cette église: Jean Barrada, curé en 1760.
Le 1er décembre 1710, Mssire Francois II de Bazon, Baron de Beaulens, vend le château, basse-cour, chapelle, etc., appelés à Saint-Barthélemy, avec le patronage, ban et droit de sépulture à la chapelle Notre-Dame de la Charité, dans l'église de Francescas.
L'un des deux acquéreurs était Jean du Cos, Sieur de Saint-Ourens, appelé Lou Croutze, parce qu'il avait été un des premiers chévaliers de Saint-Louis crées par Louis XIV, et ancien brigadier des gardes du corps du Roi, de la compagnie du Maréchal, Duc de Bouffiers, à laquelle il avait servi trente ans, de 1677 a 1707; l'autre acquéreur était son frere, Louis du Cos, Sieur de Saint-Ourens et de Lateulere, fils, l'un et l'autre, de noble Jean-Francois du Cos, Sieur de Bourgade et de Saint-Ourens, et petit-fils
de Pierre du Cos, Sieur de Bourgage, mentionné comme juge royal de Francescas sous Louis XIII..

Marie du Poussat, mariée avec Laurent de Melet, écuyer,
Seigneur de Saint-Ourens, en la juridiction de Condom, conseiller du Roi Président au présidial de Condom et qui maria, par contrat du 27 mars 1694, son fils Joseph de Melet, Seigneur de Saint-Ourens, avec demoiselle Helene de Melet, fille de feu Henri de Melet, écuyer, de Sainte-Livrade, et de demoiselle Paule de Madrane.


 

 

Mentions legales | Liens Accueil |plan du site
e-mail Mairie de Francescas 1000 -
Tous droits reserves
Conception et maintenance
: e-kommunikation.com