bastide francescas

 

Cliquez ici et trouvez un hôtel, un gîte ou un restaurant à votre convenance

Cannes (Canne sur les cartes Cassini)

Cannes ne fait pas partie du canton de Francescas, mais pour éviter, que ce beau hameau tombe complètement dans l'oublie, nous avons préféré d'intégrer ce village dans ce site!

Cannes dans le Gers près de Condom

 

Cannes est situé à mi-chemin entre Moncrabeau et Condom, sur la rive gauche de la Baïse et pour trouver plus facilement, en venant de ce hameau situé sur les collines qui dominent la vallée de la Baïse, à quelques encablures de la sous-préfecture. Un hameau perdu dans la verdure et au milieu des vignes qui sentent bon le terroir. Cannes propose une vue exceptionelle sur cette vallée et invite tout visteur à des ballades entre les châteaux d'armagnac.

Hameau de Cannes dans le Gers

Son histoire

1259:Moi, Donatus de Canoas, Chevalier, je vous affirme, à vous Bono Tozeti, juge d’Agen pour l’illustre Seigneur Comte de Toulouse le mandat du noble Seigneur Guillem de Barneolis, Chevalier, Sénéchal d’Agen et de Cahors que je tiens en fief du Seigneur Comte la paroisse de Cannes, l’intérieur et l’extérieur avec ses dépendances.et tout ce que j’ai en honneur à Condom.
Il en est de même de tout ce que j’ai dans la paroisse de St. Marie de Mellano (?) et tout que j’ai dans la paroisse de Forsaria (Fousserie à Grazimis) et tout que j’ai dans le château et honneur de Lissa (Lisse ), et pour cela je devrai lui faire hommage. Je reconnais devant vous cet hommage au Comte nommé précédemment en faisant serment de fidélité, je jure devant vous la main tendue réellement sur les
Saints Evangiles de Dieu, que je garderai perpétuellement saufs la vie et le corps, l’honneur et la fidélité, pour le Seigneur Comte.
Sont témoins de ce serment : Bernaldus Vilan, Chevalier, Poncius Willelmi, Stephanus Mosteti.
Source : BNF- Société d’Agriculture d’Agen.

Cannes, à deux kilomètres au sud de Moncrabeau, a donné son nom à une famille de chevaliers; ils sont connus par de nombreux hommages. Vers le mileu du XIII ième siècle, en 1259, c'est Donat de Cannes qui confesse ses biens au Comte de Toulouse; bien nombreux mais éparpillés à Cannes, Fousseries, Condom, Lisse. Ces territoires dispersés sont à plusieurs maîtres: il est fait allusion à des parsonniers. Sont-ils membres de la famille de Donat? certainement, car sur l'autre rive du ruisseau de la Maurague, en 1270, une autre famille de Cannes, Raimond de Cannes et son fils Hugues, vivent au lieu nommé "la Mothe de Tourre".
Les bois, étendus, sont touffus et giboyeux sur cette avancée du plateau que découpent les ruisseaux du Drot et de la Maurague: c'est pour cela que, bien que ne devant aucun service armé, les chevaliers de Cannes doivent en acapte un épervier "de prime sore", c'est à dire possédant encore son premier plumage, mais capable de bien voler. Cet épervier doit être d'une valeur de dix sous arnaudins, précise l'hommage de 1279.
cett année-là le roi-duc d'Aquitaine a obtenu l'Agenais au mois de mai; au mois d'août, il demande que les serments de ses vassaux soient reçus ainsi que les acaptes en nature. Mais il est difficile de capturer un épervier pour une date proche, il faut repérer les arbes où les rapaces aiment à se poser, il est difficile d'installer les lacets et pulies propres à l'emprisonner; la prise était aléatoire et l'acapte a pu être reçue en monnaie: nombreux sont les remplacements identiques prévus en 1279.
Mais en 1279, la famille de Cannes n'est plus seule à posséder ces terres, Pierre de Cannes est associé dans l'hommage à Arnaud de Lasserre; première apparition de cette famille qui, dans les hommages suivantes, se taille une part de plus en plus belle. En 1286, Pierre de Cannes n'a plus qu'un tiers de ce fief, tandis qu'il a fait place à Thibaut, Odon, Arnaud de Lasserre.
Edouard établit à son tour l'abbé paréagiste dans toute la banlieu de Condom et au château de Galard; il n"excepta que les lieux nobles ou tenus noblement par les seigneurs. ce paréage comprenait Condom et le château Larressingle. Jean de Grailli qui le signa au nom de son maître en conclut un second avec le prieur de Mézin au sujet de la ville. Ce paréage suspendit les troubles. L'année même où le paréage fut conclu (1286), il fut rédigé à Monflanquin une grande pancarte qui établissait que les maisons de Pouyparden, de Cannes; de Gamard, de Beraut et de Plieux étaient nobles.
Les seigneurs de Cannes sont nommés chevaliers, demoisseaux parfois, mais aucun texte d'hommage ne parle de castrum, de juridiction, d'honneur. Ce sont avant tout des seigneurs fonciers à la fin du XIII ième siècle. Leur demeure à Cannes est peut-être déjà cette masion forte que la carte de Cassini révèle au XVIIIe siècle sous forme d'une tour près de l'église.
On peut voir encore, englobé dans une maison récente l'appareil régulier, la forme quadrangulaire, massive, d'une base de tour gasconne. Ce château, à la pointe occidentale du plateau, a un site comparable à celui de Lasserre qui, plus au nord, surplomb la vallée et que les textes plus anciens appellent le Mont Majeur.
La terre de Lasserre n'est pas tenue du roi: aucun hommage ,'est fait pour elle; mais la famille qui pernd là ses racines est une des plus riches de la régions de Moncrabeau, ses terres s'entendent à Moncrabeau et très au-delà vers le nord, l'ouest, le sud.
En 1259, ils sont cinq de nom à prêter hommage au Comte de Toulouse; Pierre lasserre, chevalier, avoue ses terres de Pouy sur l'Osse et pour cela doit un service armé à cheval si le Comte part en guerre; Arnaud et Odon de Lasserre font hommage pour Lialores, tandis que deux autres sont fieffés à Bruch, près de Nérac.
On trouve Arnaud et Odon à nouveau, puisque, après Lialores en 1259, les voilà à Cannes en 1279 et 1286.
Dès 1259, ils avaient des rapports avec la famille de Cannes puisque Donat de Cannes est témoin et garant de leur serment au Comte de Toulouse pour Lialores.
Puissante, cette famille de Lasserre l'est de plus en plus. Appuyée sur le terroir de Lasserre, elle sut rapidement obtenir la concession du château fortifié de Pouy sur l'Osse, point stratégique sur la zone fontière: en 1259, Pierre, chevalier, est le seigneur du castrum.Ses fils Géraud et Arnaud-Loup l'occupent après lui, mais Géraud seul a le titre de dominus et la plus grosse part. Tous les mebres de cette famille sont qualifiés de chevaliers et leurs possessions sont importantes: en 1286, l'acapte passée est de 100 sous arnaudins, dix fois plus que celle de Cannes.
Accroché à la serre qui surplombe leur territoire s'entend vers la plaine de l'ouest et la vallée qui les met en rapport avec Nérac et Condom. Détournés de la route sommitale du plateau par une famille plus puissante, ils ont pu asseoir leur richesse dans les vallées: ce fut, semble-t-il, aux dépens de la famille de Cannes.

1789: 10 habitants (Dictionnaire général de France)

Le plan cassini de la région en 1750

Son histoire

L'église

Cette chapelle a fait partie de la paroisse de Moncrabeau jusqu'au 19ième siècle, elle  est mentionnée pour la première fois au XIIIe siècle. Elle fait partie des nombreuses églises endommagées par le passage des troupes de Montgomery.

A côté de l'église se trouvait une tour carré comme habitation pour le commandant des templiers de Gourragne, qui se trouve à 200 m vole d'oiseau un peu plus bas dans la vallée.

L'église de Cannes avec clocherL'église de Cannes avec clocherL'église de Cannes avec clocher

1790: Les habitants de Cannes avaient presenté, on ne sait pour quelle raison, au directoire du departement du Gers, une requète demandant la fusion des èglises de Vicnau, de Saint-Martin de Plieux et du Petit-Goubbes avec celle de Lialores.
L'oppositian des gens de Vicnau fot favorablement accueillie, puisque cette paroisse continua a faire partie integrante de la commune de Condom, qui se divisa en dix sections, conformement au decret de l'Assemblee nationale des 20-23 novembre 1790. La sixieme section designée sous le nom de Saint-Martin de Pieux, du Petit-Goubbes et de Vicnau au levant par I'Auvignon au nord par la paroisse de Saint-Cirice, au couchant par celle de Cannes et au midi par celle de Cieurac. Les sieurs Dubouch, du Bedat, Molie et Lagutère, de Vicnau, furent charges de fixer l'assiette de l'impôt foncier dans la section, et Reynaut-Gorne fut nommé bientôt après tresorier du quatrième atelier de charité qui comprenait Lialores, Vicnau et Cannes.

1792: Quoique voisin, les diverses localites ne pouvaient vivre en bonne harmonie.

Les hommes de Lialores et de Vicnau se rendirent, en effet, le 10 avril 1792 à Cannes, entrèrent de force chez un nommé Dubouch, buvèrent une barrique entiere de son vin et occasionnèrent un grand tumulte. Les têtes etaient fort echauffées; mais le calme se rétablit lorsque le citoyen Dufau, procureur-syndic de la commune, se presenta sur les lieux avec un détachement de cinquante hommes de la garde nationale
qui donna, dit le proces-verbal, « une preuve authentique de son respect pour les lois et de son amour pour la paix.

Cette paix ne regnait pas plus dans les esprits que dans les consciences, et la persecution dirigée centre le culte catholique s'accentuait tous les jours davantage.

Les citoyens furent invités a denoncer les prêtres refractaires.
Certaines eglises servirent de lieux de reunions poliliques.
Les habitants des paroisses de Pujols, Sarrazan, Saint-Pierre hors ville, Cannes, Sainte-Eulalie, Lialores, Vicnau et Saint-Martin de Plieux, se reunirent le dimanche 26 août dans l'église de Saint-Barlhelemy, pour y former les assemblées primaires afin d'assurer le prompt retablissement de la convention nationale.

Le citoyen Petit, officier municipal, est chargé de se rendre dans les eglises de Saint-Barlhelemy, de Sainte-Germaine, de Cannes et de Vicnau, de dresser un inventaire de tous les registres qui s'y trouvent et de les porter dans la maison de ville.

8 décembre 1793:
Les églises de Goalard, Poamaro, Pujols, Grazirois, Sarrazan, Cannes, Cieurac, Gensac, Herret,
Saint-Caprais, Pietal, Saint-Jean de Barlet, la manufacture et Saint-Michel reunirent une cloche;

L'église de Cannes sera réouverte de nouveau le 34 septembre 1795.

1803: L'eglise de Vicnau perdait son titre paroissial supprime et devenait, avec Cannes, une annexe de Lialores, sous la direction spirituelle de M. Pelauque, son ancien curé.

Cannes obtint plus tard an titre de succursale.

L'église

 

L'église de Cannes avec clocherL'église de CannesL'église de Cannes avec petite entrée

L’église dédiée à Saint SERNIN, est construite dans le style architectural « Premier Art Roman ». Ce style était essentiellement un art de maçon utilisant les roches calcaires des environs, éclatées au marteau et bâties avec de la chaux, à l’exclusion de tout élément sculpté. Quelques rares ouvertures, de style roman, sont installées en hauteur dans les murs épais et éclairent insuffisamment l’intérieur de la nef. On trouve dans les pays méditerranéens les mêmes types d’églises avec des voûtes en pierres taillées. Les déboisements de ces régions méditerranéennes étaient la cause de la pénurie de bois d’œuvre. Mais en Gascogne ce matériau de construction abondait. La charpente en bois était dans cette région la solution la moins onéreuse.
L’édifice est caractérisé par un plan horizontal simple de la basilique et par la réalisation d’un type d’abside de forme semi-circulaire. L’abside est séparée de la nef et de la sacristie par un mur de refend avec une petite porte permettant l’accès à la nef en traversant le chœur. Les murs intérieurs sont complètement lisses et décorés avec des simples ornements peints.

L’entrée dans l’église s’effectue par la façade Nord. Un « clocher mur » svelte en pointe, en maçonnerie de grosses pierres taillées, surmonte la toiture de la nef. Trois ouvertures romanes dont une abrite une cloche, atténuent agréablement la sévérité de la façade. Deux fenêtres romanes et une rosace en hauteur éclairent la nef. Un portail de style roman avec une porte massive en bois complète la façade, montrant l’aspect défensif de l’édifice.

Ce type de façade est répandu dans la région gasconne. Cet élément architectural fut importé de Lombardie par les maçons au XI siècle.

En effet, ces églises ont souvent servi de refuge et de lieu de défense. Les temps troublés du XII et XIII siècles poussèrent le Comte de Toulouse à décider en 1259 de mettre un terme au brigandage qui sévissait sur les confins boisés de l’Agenais et du Périgord. La même année, le Seigneur Donatus de Canoas (Cannes) de Cannes demandait alliance et assistance au Comte de Toulouse. Avec sa demande il a laissé une trace pour la postérité. Par ce document, on apprend l’existence de la paroisse de Cannes et par conséquent de son église en ce temps-là. La date de la construction de l’église est probablement antérieure à 1259. La période de l’art roman commence dans la région environ en 1040 et prend fin en 1280. L’art roman fut suivi par l’art gothique.

Elle est mentionnée dans le Pouillé du 17ème siècle comme cure de Notre-Dame de Cannes.

 

Le style architectural des églises

Les murs de l’église sont constitués d’un appareil moyen et gros selon les parties observables.
Le bâtiment est « orienté » et suit un axe sud-est/nord-ouest.
L’accès s’opère par deux portes : le portail principal, à l’ouest, dont l’arc est plein cintre et une porte, au sud, côté cimetière dont la clé porte la mention 1716.
La façade ouest est élevée pour s ‘achever par un clocher mur à trois emplacement pour les cloches. Une seule cloche demeure dans le logement inférieur droit.
La rosace qui perce ce mur, au-dessous de la partie dite du clocher, est un aménagement plus récent comme le sont les ouvertures qui la côtoient de part et d’autre.
Les dimensions de la nef sont les suivantes :
- L = 10,85 m
- l = 6, 20 m
Le plafond qui remplace, sans doute une voûte détruite lors du passage de Montgoméry, est constitué par un lambris
A droite un arc plein cintre se remarque sur le mur. A gauche, une chapelle, en légère avancée sur la nef est dédiée à la Vierge Marie.
L’autel en bois peint, offre un imitation d’une structure en marbre et prend place dans cette avancée.
Le chœur est séparé par deux marches en pierre et une petite clôture en bois.
Les dimensions du chœur sont :
- L = 6,10 m
- l = 4,55 m
Ce chœur est éclairé au midi par une fenêtre en arc plein cintre.
L’autel est en marbre blanc et gris.
A gauche de l’autel, sur le mur qui fait office de chevet, s’ouvre une porte qui donne accès à la sacristie.

L'église à l'intérieure

L’intérieur de l’église est décoré par un grand tableau du Christ en croix au-dessus de l’autel principal. Un autel latéral avec une statue de la Vierge à l’Enfant se trouve au milieu du mur Est de la nef. Une grille en fer forgé sépare le chœur de la nef. Une chaire et un escalier de style Louis Philippe, en bois joliment travaillés et colorés, sont installés au centre du mur Ouest, vis à vis de l’autel latéral. Le confessionnal, datant du 19ème siècle, tout en bois magnifiquement sculpté, meuble original, trône au fond de l’église. Les vitraux complètent l’édifice. Tout ceci laisse bien imaginer les grands jours de cette petite église dans sa longue histoire.

Les Objets du culte retrouvés sur place.

Tout d’abord, il faut savoir que les églises sont des propriétés publiques appartenant aux communes depuis le concordat de Bonaparte et le patrimoine mobilier relève des communes depuis la loi 1905.
D’après les lois de 1905,1908 ,1913 et maintenant le code du patrimoine, tous les objets religieux des églises ( tableaux ,calices , chaire ,statues .. etc …), sont propriétés de la commune et sont placés sous la responsabilité du maire et du conseil municipal , aucun objet ne peut être modifié , réparé , restauré et encore moins détruit ou vendu sans autorisation.
Pour tous travaux envisagés , la commune doit avertir la préfecture trois mois avant à l’avance.
Des traces écrites doivent attester des déplacements des objets avec l’accord écrit du maire et du prêtre desservant.

Les OBJETS religieux trouvés à l’intérieur de l’église sont parfois des objets remarquables. Mme Odile BORDAZ, Conservateur des Antiquités et objets d’art, signale dès 1988, deux éléments qui seront inscrits par l’arrêté préfectoral du 23 juin, à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Il s’agit d’une chasuble en velours grenat et d’une chasuble en drap d’or et soies polychrome qui sont entreposées actuellement à CONDOM au Pradau.

 

L'église de Cannes à l'intérieureL'église de Cannes à l'intérieureL'église de Cannes à l'intérieure

Le cimetière

Placé au sud de l’église il est de dimensions moyennes. Le niveau du sol, plus élevé que celui de l’église, donne à penser que le site est plus ancien.
Un espace, clos par une grille sur laquelle s’accrochent encore deux élément en bois ayant la forme ou l’aspect de petits toits abritant des éléments, eux aussi en bois et formant deux cadres, est semble-t-il réservé aux défunts de confession protestante. Ceci était rapporté par de vielles gens mais ne s’appuie sur aucun écrit.
Les vestiges anciens et modernes :

Des sépultures de type sarcophages auraient été découvertes au nord-ouest de l’église et remonteraient au Moyen-Age. Les éléments de cette découvertes ne sont pas restitués à notre observation.
Dans les terres situées au nord-ouest du hameau ont été récoltés des fragments de l’époque gallo-romaine. Une dalle en brique, décoré d’un bout de rosace y aurait été découverte.
Les bâtiments adjoints à l’église :
Vers l’est, un bâtiment de construction postérieure à celle de l’église présente une porte où figure la date de 1826.

Ci-dessous quelques curés, qui ont gardés cette église dans le passé:

Jean Lafont 1633-1689 marié 1658 à Jeanne castanet

Le presbytère de Cannes

Jegun André, né à Condom, paroisse Saint-Michel, de Denis Jegun et de Marie Rous, le 13mai 1758,est vicaire à Cannes de janvier 1786 à juin 1787

Jean-Joseph LATASTE, op (1832-1869) fondateur des Sœurs dominicaines de Béthanie,assure en février une prédication du carême à Notre-Dame de Cannes en 1865

Laurent Girard curé de Cannes décédé 28 janvier 1876 à 73 ans

Cannes avec son église

Julien Leon Caillau
curé de Cannes
décédé 1894
Cette sépulture se trouve 150m vers l'ouest de la chapelle devant un petit bois

La sépulture de Julien Leon Caillau

Quelques habitants de Cannes dans l'histoire:

Jeanne SOURBES
Née avant 1646 - Cannes, Gers
Décédée le 6 février 1706 - Heurvé, Grazimis, Gers
Inhumée - dans l'église

Jean CASTAING
Né avant 1664
Décédé après 1717
Brassier à Cannes (Gers)

Arnaud LESPIEAU
Marié vers 1711, Cannes,32,Gers,France, avec Marguerite RONDÉ, dont
Pierre LESPIEAU 1715

 

MARIE DU BERNET DE MAZERES
Née en 1663
Décédée le 23 septembre 1743 - CONDOM 32 CANNES , à l'âge de 80 ans

Jeanne CASTAING
Née vers 1684 - Cannes (dont Grazimis est l'annexe), Gers
Décédée le 27 mars 1744 - Grazimis, Gers , à l'âge de peut-être 60 ans
Inhumée le 28 mars 1744 - dans l'église

François BOUE
Marie LANDRE
Marié le 27 juin 1780, CONDOM ,32,parroisse de Cannes,Gers, avec Anne DECHE, dont
Marie BOUE (enfant) 1789

Elie Louis Simon de MONTGOLFIER
Né le 24 juillet 1784 - Rives,38,Isere,France
Décédé le 21 janvier 1864 - Cannes,32,Gers,France , à l'âge de 79 ans
Fabricant de papier à Fontenay (21)

 

 

Il y a bien longtemps il semblerait qu’un habitat magdalénien ait existé dans la grotte près du domaine surplombant la Baïse.Puis en 1956 on y trouva un squelette celui de « l’homme rouge » alias Pierre ARNOUX défenseur de la République qui en 1848 s’insurgea contre le maire de Condom et fut obligé de s’enfuir et semble avoir fini ses jours dans cette grotte.

De 1948 à 1955, il y avait un comité des fêtes avec les gens du hameau et des environs. À l'époque, ce comité organisa une fête le dernier dimanche de juin et le bal des Mimosas au printemps.

2009: Toiture de l’Église de Cannes
La petite église du hameau de Cannes a vu, au courant de l’été, sa toiture refaite à neuf à l’identique. Cela a permis de refaire la charpente et la génoise. Ces travaux ont été réalisés par l’entreprise DANZAS de Condom.

Le plan cadastral de Cannes

Cannes aujourd'hui

Cannes avec son panneau

A Cannes se trouve un domaine de l'armagnac et le Domaine de la Brette. Tous les bâtiments de la propriété ont été remaniés pour installer des gîtes.


Depuis longtemps s'est formée une association pour la sauvegarde de Cannes.
Toute aide, idée et soutien sera le bienvenue.
Veuillez vous adresser à:
Jean-Michel BABOU
Président de l'Association
Des collines de Cannes en ARMAGNAC
Tél: 0685919714
e-mail: jm.babou@cacg.fr
Adresse:
Hameau de Lialores
32100 CONDOM
Le Président de l’Association des Collines de Cannes en Armagnac , atteste que l’association de type 1901 ,
est annuellement déclarée en sous-préfecture de condom sous le numéro W322000048. ,
inscrite au fichier SIRET sous le numéro : 51304391900010.

Cliquez ici et découvrez en-dessous de Cannes, le hameau de Gourragne, ses maisons et son lavoir, qui étaient des demeures templières.

 retour top

Mentions legales | Liens | Accueil |Plan du Site
e-mail Mairie de Francescas 2010 -
Tous droits reserves
Conception et maintenance
: e-kommunikation.com