bastide francescas

Gardère

Région: Aquitaine
Département: Lot et Garonne
Commune rattachée à Moncrabeau

Code postale: 47174
Population : 10 habitants
Superficie : 30 ha
Altitude : 75 m

Cliquez ici et trouvez un hôtel, un gîte ou un restaurant à votre convenance

 

Le village Gardère

Après le puits et la remise, ce hameau, au bout d’un chemin sans issue, avait autrefois son église. Aujourd’hui, c’est le vent qui raconte au passant l’agonie de ces pierres, la mort annoncée de ces magnifiques cyprès, la résurrection incertaine de ces tombes, pour beaucoup oubliées.
De quel siècle ? Quelle importance ! Sous le manteau de lierre, le temps ne compte plus.

Gardère,
Gouardère (Gouardère est totalement identique à Gardère, mais rend mieux la prononciation gasconne "gwa" (et même parfois "wa").
Les noms de lieu ont souvent gardé une graphie plus proche de la phonétique gasconne que celle des noms de famille correspondant, davantage francisée, voire occitanisée avant la période française.
Ainsi on a en général "Gardère" comme nom de famille, mais comme nom de lieu, on peut avoir "Gardère" ou "Gouardère".
)

La rue principale de Gardère

Gardère et Vialère

Gardère et Vialère. — La commune de Moncrabeau est divisée en deux moitiés à peu près égales par la
rivière de Baise, l'un des affluents de la Garonne. Saint- Cirice, Saint-Jean de Gardère et Sainte-Magdeleine de Moncrabeau, sont sur la rive droite et construits sur le banc de rochers analogue à celui qui domine la ville d'Agen. Les églises Sainte - Radegoade de Marcadis , Saint-Clair d'Artigues et Saint-Pierre de Pouy-sur-Osse, sont situées sur les coteaux qui séparent les vallées de la Baïse et de l'Oss?. Enfin Saint-Roch de Lahitte, la seule bâtie dans la plaine, est sur la rive gauche, comme les trois précédentes, mais très-rapprochée de la Baïse.

Un peu d'histoire

OTHON H (1250-1314).
Ce fut vers 1250 que mourut Othon Ier; son petit-fils Othon II lui succéda. C'était un homme remarquable et son nom se trouve mêlé à, un grand nombre des affaires importantes de son pays.,Quelques-uns lui reprocheront peut-être son dévouement à la cause anglaise dans le midi delà France; niais il ne faut pas juger du patriotisme à cette époque reculée par ce qu'il est de nos jours. Au temps où Othon II régnait sur le Fimarcon,les rois d'Angleterre, comme héritiers d'Elêonore d'Aquitaine et d'Henri Plantagenet, second époux de cette princesse, étaient suzerains légitimes de la Gascogne, et le seigneur de Fimarcon pouvait à juste titre considérer comme un devoir d'être pour eux un vassal fidèle. Dans la réalité aucun gentilhomme gascon ne leur fut plus dévoué que lui.
Nous ne connaissons pas d'actes d'Othon II avant le 10 août 1260. A cette date on le rencontre faisant, avec son épouse Géraude de Marmande « la Daurade » et Guillaume Astanove, son fils, une donation pieuse aux Templiers d'Argenteins et à G. B. d'Aspet, leur commandeur :. il leur cédait le fief de La Gardère ainsi qu'un droit de dépaissance sur toutes ses terres. Si nous en croyons certains documents mentionnés par les Archives historiques de la Gironde, les possessions seigneuriales d'Othon II s'augmentèrent en 1268; du château de Lagarde, du quart de Montcrabeau, du quart de Sainte-Bazeille, de la moitié de Çoulogne (Calignac?), du cinquième de Gazaupouy, de tout Ligardes et de quelques autres terres.

Au-dessus de Moncrabeau, par exemple, le hameau de Gardère, son château et son église, étaient des demeures templières. Sur la même commune, un lieu dit Lagrangerie appartenait à l'ordre.

En 1270, le comte d’Armagnac Géraud V fait don à Auger d’Andiran, abbé de Condom, du territoire de La Gardère, avec autorisation d’y construire un ouvrage fortifié. En contrepartie, il se réserve le droit d’occuper l’édifice avec ses soldats lorsque les circonstances l’exigeront. Il reste en la possession des abbés, puis des évêques de Condom jusqu’en 1571, où il est vendu à Pierre de Lavardac. En 1621, il est racheté par
Jean de Maniban et reste propriété familiale jusqu’en 1791.
À partir de là commence son abandon et sa ruine.
La vieille église de Garderes Saint-Jean Baptiste du XI° siecle, restaurée au XVII° est en ruine. Au XVIII° siecle, l' église de Garderes est mentionnée parmi les dépendances de la commanderie
d' hospitaliers d' Argentens. Elle ne paraît pas avoir été voutée.
Les membres de cette immense circonscription étaient disséminés non seulement dans l'Agenais mais encore dans les contrées limitrophes, telles que le Périgord, le Bazadois et la Gascogne. En voici l'énumération telle que nous la trouvons dans le procès-verbal de la visite de la commanderie en l'année 1650 :

1) maisons et rentes d'ans la ville de Nérac ;
2) moulins de Betpaume, de la Sereine et d'Aubéas ;
3) Puyfortaiguille ;
4) La Gardère (près de Montcrabeau) ;
5) La Tour de Lavande (près de Fargues) ;
6) Cours (en Bazadois) (Templiers) ;
7) Romestang ;
8) Sainte-Louvère ;
9) Saint-Sylvestre ;
10) Mazerolles ;
11) Cazalis (dans les Landes) ;
12) Saint-Jean d'Angenès et Graulan (près de Villeneuve-de-Marsan) ;
13) Saint-Romain ;
14) Casteljaloux ;
15) Moleyres ;
16) Sainte-Marie de Beyriès ;
17) Cavaignan ;
18) Bouglon ;
19) Asquets (duché de Fronsac) ;
20) Barbefère ;
21) Montréal.

Cession d'un moulin à vent sis à Roquefort par Jean LIMOZIN, praticien à Toulouse, fils et co-héritier
de feu Jean, de la juridiction de Ste-Colombe en Bruilhois, en faveur de Arnaud Vaquery, notaire royal à Agen (1607). Rôle de l'argent reçu ou dépensé pour M. DE LISLE-TAILHAT (XVIIe s. ). Résiliation du bail à ferme du domaine et château de Casteron, paroisse de Gardère, juridiction Moncrabeau, faite par
Marie-Joseph LISSALDE DE CASTERON, seigneur de Goulens et Anselme Sifflard, négociant à Nérac (parch. 1777). Quittances de dot données à Annet DE LISSE, bourgeois et marchand d'Agen par ses trois gendres : Augustin Besson, Jean Yschard et Martherin Rigal (1591-1602). 1591-1607.


Cette famille de Lavardac était originaire de l'Astarac. On trouve son nom mêlé à la plupart des affaires des XV° et XVI° siècles. Lorsque le nouveau propriétaire du château de La Gardère fut mort, son fils Arnaud de Lavardac rendit hommage pour les récentes acquisitions de sa famille, et il passa notamment un accord, le 18 mai 1595, avec les consuls du lieu de La Gardère et le sieur Jean Laffargue, maître arpenteur
de Francescas, pour la révision du cadastre de la communauté.
Mais il eut à soutenir un important procès contre le chapitre de Condom, qui revendiquait le droit de dîme sur la terre de La Gardère, que s'était appropriée injustement son père Pierre de Lavardac à la suite de l'échange du 28 mai 1578, et dont les nouveaux seigneurs avaient joui depuis cette époque. Par suite, le chapitre, revenant sur ce contrat d'échange, en demandait la rescission, prétendant inaliénable
ce droit de dîme et considérant les biens ruraux pris en échange, comme une charge plutôt que comme un bénéfice.
Une transaction intervint, le 18 mars 1609, moyennant laquelle « le sieur de Lavardac cède ladite dîme sur la terre de La Gardère au chapitre de Condom avec la somme de 600 livres pour l'indue jouissance et la restitution des fruits,mais demeure néanmoins seul et unique propriétaire et seigneur dudit fief .
Arnaud de Lavardac, seigneur de La Gardère, mourut en septembre 1615. Sa succession provoqua divers incidents que nous allons résumer.

Monsieur Jean-Joseph de ROLLAND, écuyer, chevalier, seigneur de Lastous,co-seigneur, avec le duc de Bouillon, de la paroisse de Saint-Jean de Gardères, en la juridiction de Calignac, sénéchaussée de Nérac, naquit le 4 septembre 1697.
Sur la représentation de ses papiers de famille, il obtint, le 4 août 1756, de M. Boucher, intendant de Bordeaux, une ordonnance de maintenue de noblesse pour sa branche ; présenta ses titres à la Cour des Aydes de Guienne, le 29 août 1755, et les retira, du consentement du procureur général, le 26 février 1734.
Il vivait encore en 1761, et avait épousé, par contrat du 7 octobre 1724, demoiselle Anne LAVERNY.

Afferme des revenus du membre de Gardère de la commanderie d'Argenteins, consentie en faveur des frères Delos par Henry Louis de Charvet, chevalier de Saint-Jean, comme procureur de Joseph Chaponnay de Fesin, commandeur d'Argenteins (1711). 9 pièces.

L'ordonnance de l'évêque de Condom, Alexandre-César d'Anterroches, 15 Juin 1765 afin de restaurer l'église St. Martin de Gardère

Résiliation du bail à ferme du domaine et château de Casteron, paroisse de Gardère, juridiction Moncrabeau, faite par Marie-Joseph LISSALDE DE CASTERON, seigneur de Goulens et Anselme Sifflard, négociant à Nérac (parch. 1777).

1789: 50 habitants (Dictionnaire général de France)

1803: le cimetière étant en surplomp trop près des habitations, doit être transféré.

Quelques noms et dates de Gardère

Gayrau, Martin Sexe: Masculin
Naissance : 18 décembre 1788 à Moncrabeau(Gardère),47,Lot-et-Garonne,Aquitaine,FRANCE

LESTRADE, Jean (16 février 1733 Moncrabeau ( Gardère ),47,,Lot & Garonne, - 30 décembre 1803 Moncrabeau,47,Lahitte,Lot & Garonne,)

LESTRADE, Vital (avant 1715 Moncrabeau ?,47,,, - BET 1759 AND 1803 Moncrabeau ( Gardère ),47,,Lot & Garonne,)

Gayrau, Martin (18 décembre 1788 Moncrabeau(Gardère),47,Lot-et-Garonne,Aquitaine,FRANCE - )

Un dernier inventaire de l'église à été fait 20 mars 1906

 

La commune Gardère

 

Macilie et Florette de Botet, et dame Matilie agissant de la volonté de Bernard des Soliers, son époux, donnent à l'Evêque d'Agen toute la dime de la paroisse Saint-Jean de Gardère près Condom (totam
deciman ecclesioe et parrochioe beati Johannis de Gardera prope Condomium (Cartulaire d'Agen, Bulle cotée par lettres B. D.)
Franquet Dansa ou Dausa, laïque, donne au même évêque toute la part de dîmes qu'if a dans les paroisses Sainte Marie d'Artigues et Saint-Sigismont de Vialère, près le château de Moncrabeau (inparrochia sancti Sigismundi de Vilera prope castrum de Monte Crapelli.)
(Idem. Idem).
Guillaume Arnaud d'Artigue (1517_?), damoiseau, donne au même évêque tout ce qu'il possède de dime dans la paroisse de Saint-Sigismont de Vialère (omnes decimas quas habebat vel tenebal in tola décima
parrochie ecclesie sancti Sigismundi de Vilera prope Montem Crapelli (Idem, Bulle cotée par lettres C. Q.).
Guillaume de la Bourgade, prêtre et recteur de l'église paroissiale de Moncrabeau (Guilhermus de La Bourgada presbiter rector ecclesie parrochialis Montis Crapelli), et Pierre de la Rourgade, fils de
Bernard de La Bourgade, de Moncrabeau, donnent à l'Evêque d'Agen, toute la part de dime qu'ils ont sur les paroisses de Gardère et de Vialère (Idem, Bulle cotée par lettres C. Z.).
Douce de Villère donne à l'évêque d'Agen tout ce qu'elle possède des dîmes de Villère ou Vialère et de Gardère (Dulcia de Villera cessit totam illam partem, jus et rationem quam quod ipsa habebat in
decimis parrochiarum de Villera et de Gardera.) (Idem, Bulle cotée par lettres G. R.)
Pierre de Villère, bourgeois de Moncrabeau, donne spontanément à l'évêque d'Agen, toute la douzième partie de dime de la paroisse de Villère ou Vialère, et le quart de la dime de la paroisse de Gardère,
près le château de Moncrabeau (Petrus de Vilera, burgensis de Monte Caprello.... totam duodecimam partem decime parrochie ecclesie de Vilera, et quartam partem décime parrochie ecclesie de
Gardera prope castrum Montum Caprellum.) (Idem, Bulle cotée par lettres B. D.).

La fresque d'une maison à Gardère

Outre ces sept églises paroissiales conservées, il y avait une paroisse, aujourd'hui supprimée, nommée Saint-
Sigismond de Bithère, Villère ou Vialère, selon l'orthographe définitivement adoptée. L'église Saint-Sigismond de Vialère, bâtie également dans la plaine, sur la rive droite de la Baïse, existe encore et n'est plus consacrée au culte divin.

Macilie et Florette de Botet et dame Matilie, agissant de la volonté de Bernard des Soliers, son époux, donnent à l'évèque d'Agen toute la dime de la paroisse Saint-Jean de Gardère, près Condom. {Cartulaire d'Agen, Bulle cotée par lettres B. D.)
Franquet Dansa ou Dausa, laïque, donne au même évêque toute la part de dîmes qu'il a dans les paroisses
Sainte-Marie d'Artigues et Saint-Sigismond de Vialère, près le château de Moncrabeau. [Idem, Idem.)

Guillaume Arnaud d'Artigues, damoiseau, donne au même évêque tout ce qu'il possède de dime dans la
paroisse de Sigismond de Vialère. [Idem, Bulle cotée par lettres G. Q.)

Guillaume de La Bourgade, prêtre et recteur de l'église paroissiale de Moncrabeau, et Pierre de La Bourgade, fils de Bernard de La Bourgade, de Moncrabeau, donnent à l'évèque d'Agen toute la part de dîme qu'ils ont sur les paroisses de Gardère et de Vialère. {Idem, Bulle cotée par lettres G. Z.)

Douce de Villère donne à l'évèque d'Agen tout ce qu'elle possède des dîmes de Villère ou de Vialère et de
Gardère. [Idem, Bulle cotée par lettres G. R.)

Pierre de Villère, bourgeois de Moncrabeau, donne spontanément à l'évêque d'Agen toute la douzième
partie de dime de la paroisse de Villère ou Vialère, et le quart de la dîme de la paroisse de Gardère, près le château de Moncrabeau. {Idem, Bulle cotée par lettres B. D.)

Raymond-Arnaud d'Artigues (Raymundus-Arnaldi de Artigiis) donne à l'évêque d'Agen la dîme de la paroisse d'Artigues et la dîme de Vialère ( decimam ecclesie de Artigiis et dècimam de Bilieras ) (Cartulaire d'Agen, Bulle cotée par lettre N)-1570

La fresque d'une maison à Gardère

Vialère
La paroisse de Vialère devait disparaître définitivement au XIXe siècle avec pour seuls vestiges un moulin en bord de Baïse..
L'église Saint-Sigismond de Vialère, bâtie également dans la plaine, sur la rive droite de la Baïse, existe encore et n'est plus consacrée au culte divin.
1556: Sénéchal et Présidial de Nérac - Dépendances: Montvraveau, Gardère, Saint-Cirice, Vialère, Espissac, marcadis, Artique, Lahitte.- Toutes ces terres furent cédées par Louis XIV au Duc de Bouillon
1767: Devis des ouvrages pour la tâche imposée à la paroisse de Vialère.

L'église de Vialère Saint-Sigismond

Son histoire
L'église paroissiale de Vialère dépendait de la commanderie d'hospitaliers d'Argentens. Le choeur pourrait dater du 12e siècle ; une baie axiale existait dans le chevet plat. Le clocher pignon occidental a été construit à la fin du Moyen Age, au 14e siècle ou au début du 15e siècle, avec une porte en arc brisé chanfreiné. Les murs de la nef ont été réparés en moellon. L'église de Vialère, désaffectée, est vendue en 1823, en même temps que celle de Riqué, pour financer les travaux de l'église de Moncrabeau. Des tombes en pierres (sarcophages ?) ont été mises au jour à la fin du 19e siècle.
Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 12e siècle ; 2e moitié 14e siècle, 1ère moitié 15e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu
Août 1803: L'église est vendu et le cimetière supprimé

Quelques restes des livres des jurades:


1687-1724. — Paroisse de Sainte-Radegonde de Marcadis. — Baptêmes, mariages et sépultures. Familles Bresque, Ducause. Lacapère, Bérigué, Hautenpenne, Durrat. Dagieu, Pugens, Bonas. Peironil, Dupouy, Rignac. Vergès, Clavé, Sylvestre. Boyer.Colombeau, Largellé. Deuxsous, Feurten.
E. SuppI'. 2731. GG. •.•.! 'Repristre.i — 222 feuillets, papier.

1750-l792. — Gardère. — Baptêmes, mariages et sépultures. Familles Peirecave, de Casteron, Cruchen, Lébé, Lateille, Durrat, Monthus, Bertelle, Fages, Dupin, Bonnatière. Pervil, Caumontat, Duplan, Davazan, Davan, Caseneuve, Breton, Faget, Gachies.

Église de la Paroisse de Sainte-Radegonde de Marcadis du XIIème siècle disparue et oubliée comme grange puis finalement remise à jour en 2009 par la famille CALLEMART qui crée l'"Association Douce de Vialère" afin d'aider à sa préservation et sa restauration pour la visite et comme centre culturel lié à Moncrabeau (47) Visite gratuite du chantier sur RDV : 06 75 14 76 83

retour top

Mentions legales | Liens | Accueil |Plan du Site
e-mail Mairie de Francescas 2010 -
Tous droits reserves
Conception et maintenance
: e-kommunikation.com