bastide francescas

Lialores

Région: Midi-Pyrénée
Département: Gers
Commune rattachée à Condom
Code postale: 32100
Population : 50 habitants

Cliquez ici et trouvez un hôtel, un gîte ou un restaurant à votre convenance

 

Le village Lialores


6km nord-est, hameau de Condom dit encore Lyaroles : église N.-D., du XII siècle, détruite par les huguenots au XVI siècle., reconstruite en 1617, avec le tombeau de Saint Antoine de
Lialores,martyr des ariens sous Alaric, fêté le 2 septembre.

Lialores ne fait pas partie du canton de Francescas, mais pour éviter, mais le travail des associations est tellement admirable, nous avons décidés d'intégrer ce village dans ce site!

Le village Lialores 1950

Son histoire et ses personnages

Pierre de Polignac,seigneur de Pouy-Petit, fit son testament le 5 juillet 1328 et recommanda à ses deux enfants, Géraudet Etiennede Polignac, de n'aliéner aucune des dîmes qu'il possédaitdans les paroissesde Saint-Orens, de Lialores,de Sainte-Germaine,de Saint-Laurent,de Sainte-Livrade, de Saint-Martin,
du Vignau, de Caussens, de Sainte-Raffiné, du Pomaroet du Goalard.Cet acte fut passé devant Jérôme du Barry,notaire public du Saint-Puy,en présence de Guillaume de Bordes,de Josephde Peyrecave,d'Henride Blondel,etc.

PÉLEGRIN DE BEAUMONT,CAPITAINE DE LIALORES.
Pélegrin de « Boomont », écnyer, capitaine de Lialores (arrondissement de Condom), a posé le sceau ci-contre sur huit quittances de ses gages, données à Agen, en 1354 et 1355.

blason beaumont

Le 10 février 1419, la fête de Saint- Antoine de Lialorès fut fondée par l'évêque Aymeric Noël de Condom dans l'église Saint-Pierre, moyennant huit livres de rente.

Antoine de Grossoles,religieux et infirmier du chapitre de Condom, avait établi en 1479 une fondation de trois écus et derni jour que la fête du saint Antoinede Lialores fût célébrée tous les ans dans l'église cathédrale de Saint-Pierre.

Arnaud-Guillem de Gensac, bourgeois de Condom, marié à Miramonde de Boutet et qui fut père de Peyronnet de Gensac et de Marguerite', mariée au commencement du XVIe siècle à Guillaume de Castillon, licenciè-ès-droits, lieutenant du sénéchal d'Àgenais et Gascogne au siège de Condom. Il fit, le .3 mars 1515, un testament latin comprenant 27 pages d'une écriture serrée, qui contient une quantité considérable de legs pies. Nous remarquons entr'autres le don fait à la cure de Vicnau et de Saint-Martin de Plieux, son annexe, du domaine de Lartigau, qu'il avait acheté à Bernard de Sainte-Germaine. Ce domaine confrontait à terres d'Argenton, de Jehannot de Pérès et à chemin public allant de Lialores à Larroumieu et se composait.de trois concades.

Bernard de Labadye, notaire royal de Lialores, 1537

Le cadastre de Condom en date de 1556 révèle l'existence de PEY CABEILH, comme successeur de Bernard Arlabosse, au chapitre de «Faliurament» «de la recloria de Bignaou. » Il fut avec Arnaud Duberos, curé de Lialores, Pun des témoins qui assistèrent à la rédaction du testament de son prédécesseur.

FRANÇOIS DE SOUBIRAN, éeuyer, seigneur de Courtade, du Grézau et du Défies ou Dehès, concourut avec son père a l'acte du 13 mars 1547 indiqué plus haut. Il reçut quittance, le 9 août 1590, dé Baradot, écuyer, demeurant a Lialores, après avoir effectué le payement final de la terre du Déhès. Jean de Bezolles, sieur de Saint-Berthomieu, reconnut, a la date du 1er août 1592, avoir touché 218 écus et 1/2 sol de noble François de Soubiran, seigneur de Déhès, qui effectua une vente, de concert avec son frère Samson, le 11 février 1593, en faveur de Tobie de Brassac, conseiller et secrétaire du roi.

Les gardes des paroisses de Lialores et de Vienau, nommés annuellement par leurs prédécesseurs sortants, constituaient la police locale; un procès-verbal en date du 30janvier 1595 nous apprend en quoi consistaient leurs droits et leurs devoirs.
En 1599, les gardes et les marguilliers de Lialores voulaient obtenir du roi l'autorisationde porter des chaperons de linée. M. do Solenx qui allait à la cour fut chargé de présenter leur requête, à laquelle les consuls de Condomtirent opposition en qualité oseigneursjuridictionnels. (Jurade du 10 mai 1599.)
Ils portaient dans l'exercice de leurs fonctions des chaperons ftestamit moitié noir et moitié rouge, qui étaient payés sur les revenus du souchet et des boucheries de Lialores. Ils devaient, en outre, être vêtus de manteaux et chaussés de souliers achetés à leurs frais. Ils ne pouvaient revêtir leur costume que dans l'étendue de leur juridiction, c'est-à-dire dans les paroisses de Lialores, Vienau et Sainte-Raffiné et dans l'intérieur de ces trois églises quand ils y assistaient au service divin. Les gardes étaient tenus de se rendre tous les ans, dans les premiers jours de janvier, à Condom, pour prêter, entre les mains des consuls nouvellement
élus, le serinent de fidélité prescrit par les coutumes.
Ils se présentaient l'un après l'autre devant les consuls, la la tête nue, le genou à terre et la main posée sur le teigilur, puis ils recevaient les ordres de la municipalité et l'invitaient à envoyer des délégués aux chefs-lieux de leurs paroisses pour y admettre les Tïabitants à la prestation du serment.
Dans le côté droit de l'église de Lialores et près de l'autel se trouvaient deux bancs : le premier réservéaux consuls et celui de derrière aux gardes. Enfin, ils devaient remplir leurs devoirs avec douceur vis-à-vis de tous et offrir un repas aux membres de l'administration municipale quand ils se transportaient à Lialores le jour de la fêle de saint Antoine. Les gardes dressaient des procès-verbaux et les consuls statuaient.

Leurs fonctions, quoique modestes, ne furent pas toujours sans danger, notamment à l'époque des guerres religieuses, soil pendant que le capitaine Baradat, qui habitait Lialores,
fut chargé de garder sa maison et que le sieur de Solenx, à la tête des ligueurs, s'en empara violemment; soit pendant que la compagnie du capitaine Laguarril, qui tenait
pour Henri IV, avait .ses quartiers à Lialores en attendant le retour de son chef, délégué auprès du maréchal de Malignon, gouverneur de Guyenne.
L'autorité des gardes de Lialores fut aussi parfois méconnue des particuliers. C'est ainsi que le sieur de La Maurague les chassa de leur banc au moment de la procession du jour
de Pâques, que le sieur de Solenx les menaça de « leur rompre la teste, » que Paul Superiory et sa femme les auraient tirés de leur agenouilloi.r en les insultant. Il en était de même à Vienau où, à l'occasion de la Fête-Dieu de l'année 1597, M. de Molier enleva le garde de sa place, alors qu'il tenait le poêle à la procession, et le poussa si violemment pendant qu'il se rendait à l'offrande qu'il le renversa et le menaça de le battre. Les agents maltraités demandèrent justice aux consuls, qui déléguèrent trois d'entre eux à Lialores et à Vienau pour faire respecter leur autorité et menacer de poursuites sévères le renouvellement de pareils faits.
.Le capitaine Baradat était payé à raison de 40 sols et deux livres de chandelles par mois. Parmi les membres de cette famille,nous trouvons noble Jean de Baradat, marié le 27 août 1603 avec Jeanne de Sarran de Solenx, et décédé le 30 mars 1614; Mariedo Baradat, mariée le 22 mars 1635 avec Jean du Bernet, sieur de Garros. Elle mourut le 30 août 1694, et avec elle s'éteignit la branche des Baradat de Lialores.
Son fils aîné François du Bernet,sieur de Baradat et de Garros,se maria en 1660avec Mariede Barbarin et devintpropriétairede l'ancienne maison de la famille de Baradat, qui est aujourd'hui le presbytère.

HENRI NICOLAS vivait en 1614, d'après les registres paroissiaux de Lialores et de Sainte-Raffiné son annexe , et partageait dès 1610 les charges paroissiales avec un vicaire nommé Jean Larrieu.

C'est pendant que Bertrand Daunassans administrait la paroisse de Vicnau que la peste, qui déjà en 1607 et en 1629 avait exercé ses ravages sur la ville de Condom, y reparut vers l'a fin du mois de juin 1652. Elle s'y localisa, et tous les habitants qui purent se retirer à la campagne suivirent l'exemple de l'évêque Antoine du Chemin de Cous, qui habitait le château de Cassagne. Les consuls, les jurats et les membres de la cour présidiale fuirent aussi la contagion, ainsi que le prouve un procès-verbal du 7 août 1652 portant notification aux absents d'une décision du conseil de santé et constatant que M. de Royer, conseiller, était à La Salle de Vignau, Dauguin, jurât, à Gazaupouy, M. de Chambélier, consul, à Lialores, M. de Latournerie, médecin, au Bedat, et M. de Bégué, avocat du roi, à la tour de Plieux.

Le nom de JEAN DAUNASSANS,curé de Vicnau, est inscrit dès le 2 avril 1652 sur les registres paroissiaux de Lialores. Il gérait depuis un an à peine sa paroisse, lorsqu'une peste
plus violente que les précédentes s'abattit sur Condom. Il en résulta une si profonde misère qu'une taxe fut établie par les consuls sur tous les ;habitants privilégiés ou non privilégiés de la ville et de la juridiction pour le soulagement des pauvres, dont les curés durent faire le recensement . Jean Daunassans assista, le 10 septembre 1671, à la vérification des reliques de saint Antoine dé Lialores, ordonnée par Bossuet, et il signa le procès-verbal qui en fait foi avec Bernard de Bressoles, chanoine théologal, archidiacre et vicaire général du diocèse, François Dutour, curé de Lialores, Pierre Dutour, ancien curé de la même paroisse, Jean Colonies et Joseph Bézian, prêtres, le P. Patrice, gardien des capucins de Nérac, Jean Lagutère, promoteur du diocèse, Charles Durègne, curé d'Alon, Jean du Sage, successeur de Sainte-Raffiné, Biaise de Salles, successeur de la Maurague, Archives municipales.Livre des Jurades.


Messire Robert I du Bernet de Garros, docteur en théologie, chanoine de l'église cathédrale Saint-Pierre de Condom, parrain, le 11 juin 1695, dans ladite église, de noble Robert du Bernet de Mazères; fut parrain également, le 27 mai 1732, dans l'église de Lialores, de Robert du Bernet de Garros (État civil de Lialores). Il donne la bénédiction nuptiale en 1727 à noble Robert du Bernet de Mazères, écuyer, son parent et sonfilleul,
qui fut conseiller du Roi, subdélégué de l'intendant de Guienne


(Les races maudites de la France et de l'Espagne)
En 1706, Marie Arboucan, fille d'un charpentier de Lialores, étant venue à décéder,
on enterremen donnalieu à une émeute,à la suite de laquelle la justice informa et décréta de prise de corps contre seize particuliers devant le juge-bailli de Condom, pourrai son devoir de fait, violence et attroupement quatre ans plus tard, le parlement,qui avait dû connaitre de
cette affaire en dernier ressort, fut saisi d'une procédure criminelle dirigée contre un grand nombred 'habitants de la même paroisse de Lialores,pouravoir empêché avec violence l'inhumation d'un charpentier également nommé Arboucan, et sans doute de la mème famille queMarie,au mépris d'un arrêt delacour, en date du dernier janvier 1710.
Le même parlement donna un arrêt,le27mars1738, par le quel il fut fait inhibition et défense d'injurier aucuns particuliers prétendus descendans de la race de Giezi,et de les traiter d'Agots,Cagots, Gahetsni Ladres.» Ony ordonnel'exécution des arrêts de la couren date des 9 juillet 1723 et 22 novembre 1755,à peine de cinq cents livres d'amende ou veut que les Cagots soient admisà toutes les assemblées générales et particulières qui se feront par les habitants,aux charges municipales et aux honneurs de l'église, comme les autres.

Noble Hyacinthe I DUBERNET DE GARROS,écuyer, né à Lialores, en Condomois,
le 1er mai 1690, épouse, par contrat du 10 novembre 1727, retenu par Me Lacapère,
notaire royal, demoiselle Marie DU Cos, fille de noble N... du Cos, sieur de
Bourgade, et petite-fille de noble Jean du Cos, écuyer, sieur de Bourgade, et de
damoiselle Gratie de Tapie, et par cette alliance eut le domaine de Bourgade

Bouscat Joseph, écuyer, né à Lialores, juridiction de Condom, le 14 mars 1729, de Philippe Larroche, écuyer, et de Catherine Laverny ,fut ordonné prêtre par Mgr de Cossé-Brissac, dans ta chapelle Notre-Dame de l'église cathédrale de Condom, le 20 septembre.

Noble Robert DUBERNET DE GARROS, IIe du nom, écuyer, baptisé le 27 mai 1752 dans l'église Saint-Antoine de Lialores, en Condomois, est dit fils de noble Hyacinthe du Bernet de Garros, écuyer, et de dame Marie du Cos; il a pour parrain messire Robert du Bernet de Garros, docteur en théologie, chanoine de l'église de Condom, et pour marraine damoiselle Françoise du Cos (État civil de Lialores, expédition délivrée le 9 décembre 1781)

Dubernet de Garros Jean baptiste, fils d'Hyacinthe Dubernet et de Marie Ducos, naquit à Lialores le 22 mars 1736.
Il était chanoine de l'église cathédrale de Condom depuis 1760 et docteur en théologie lorsque la Révolution éclata.
Duprat Jean-Marie, curé do Lialores, mourut à Lialores, le 23 avril 1791,à l'âge de 74 ans.

Une petite rue à Lialores

Né à Lialores, le 16 novembre 1757, le général Antoine Laroche, engagé à dix-sept ans dans les dragons de Monsieur, entré un moment au service de la Hollande, pour la défense des colonies de ce pays, manifesta, dès le début, ses sympathies pour la cause de la Révolution et prit une part brillante à la défense des Pyrénées-
Orientales il joua ensuite un rôle à l'armée du Rhin, fut mis par le Premier Consul à la tête de la quatorzième division militaire, et prit sa retraite en 1808. Il mourut maire de Caillavet, sur la commune duquel il avait acheté le château de Las, en 1831.
La notice que lui consacrent MM. Barada et Brégail 2 laisse dans l'obscurité certains points de sa carrière et de son caractère on ne voit pas très bien les raisons qui, à diverses reprises, rendirent suspect au gouvernement ce personnage qui faisait montre, cependant, de sentiments plutôt violents.

Plus tard, curé de Notre-Dame de Buzet et chapelain de la chapelle de Saint-Antoine de Lialores, il résigne le premier de ces bénéfices le 23 novembre 1786, et devient curé de Saint-Cirice ; il administra
cette paroisse jusqu'à la fermeture des églises .Il était par conséquent assermenté et il figure sur les Etats des pensionnaires ecclésiasiques du district de Condom de l'An III avec la qualité éteinte de curé, comme domicilié à Lialores. A partir du 8.pluviôse An VI, il exerce le ministère à Cannes, et probablement
à Lialores .
Joseph Larroche mourut à Lialores, en son domicile, le 5 pluviôse An VII, à l'âge de 70 ans. Registre par. de Lialores.

Larroche du Bouscat (Jean-Philippe), né à Lialores le 13 mai 1762, de noble Pierre Laroche du Bouscat, écuyer, et de Suzanne Derens de Terrete prend possession d'une prébende sous-diaconale en l'église cathédrale de Condom, le 3 septembre 1773, sur la résignation de son oncle Joseph Larroche. Il n'était alors que clerc tonsuré.
Devenu vicaire de Buset, il est nommé curé de Trignan en 1783, sur la résignation en sa faveur par Antoine de Castillon, le 2 avril de cette année .Prorecteur de Lialores en 1787, il est nommé, en 1788, curé de cette paroisse ; il l'administrera jusqu'au mois d'octobre 1793. Il desservit de même, en qualité de vicaire, la
paroisse de Cannes, et même Sainte-Raphine .Il était, au moment de la Révolution, chapelain de la chapelle de Pé-Mercé fondée dans l'église de Larressingle.

Noble Joseph II du Bernet de Garros, sieur de Saint-Aubin, né à Bourgade le 14 septembre 1764, garde du corps du roi d'Espagne dans la compagnie du prince de Masarano, Les consuls de Lialores lui délivrèrent, le 9 décembre 1787, un certificat attestant que la maison du Bernet avait donné dans tous les temps des serviteurs à l'état.

1789: 179 habitants (Dictionnaire général de France)

Jean-Philippe de Larroche figure parmi les électeurs dui canton de Condom convoqués pour aller le 13 février 1791, procéder à la nomination de l'évêque du département du Gers. Il signe le procèsverbal de l'élection des curés du district de Condom faite les 5, 6 et 7 juin suivants, est nommé le 18 juin, à l'unanimité des suffrages président de l'Assemblée.
Jean-Philippe Larroche du Bouscat mourut à Lialores le 9 novembre 1828. Par testament olographe, il laissait aux pauvres de la commune de Lialores une rente annuelle de 20 francs payable par ses héritiers le 1er janvier de chaque année au curé de Lialores ou aux fabriciens pour en faire ensemble la distribution aux plus nécessiteux , avec la volonté expresse que l'administration des hospices et le gouvernement ne puissent s'immiscer en rien dans ce legs.

La paroisse de Lialores, qui, de tout temps, avait dépendu de la juridiction de Condom, voulut s'ériger en commune indépendante pour la formation du rôle d'imposition, et le 1er juin 1790, les administrateurs condomois prirent une délibération longuement motivée pour s'opposer à ce démembrement.

Les habitants de Cannes avaient présenté, 1790, au directoire du département du Gers, une requête tendant à la fusion des églises de Vicnau, de Saint- Martin de Plieux et du Petit-Goubbes avec celle de Lialores.

Quoique voisines, ces diverses localités ne pouvaient vivre en bonne harmonie. Les hommes de Lialores et de Vicnau se rendirent, en effet, le 10 avril 1792, à Cannes, entrèrent de force chez un nommé Dubouch, burent une barrique entière de son vin et occasionnèrent un grand tumulte. Les têtes étaient fort échauffées; mais le calme se rétablit lorsque le citoyen Dufau, procureur-syndic delà commune, se présenta sur les lieux avec un détachement de cinquante hommes de la garde nationale qui donna, dit le procès-verbal, « une preuve authentique » de son respect pour les lois et de son amour pour le maintien de l'ordre et de la paix. »

Mgr Jacoupy, évêque d'Agen, qui tenait sous son autorité les départements de Lot-et-Garonne et du Gers, publia, le 8 octobre 1805 (2), une ordonnance à cet effet. L'église de Vicnau perdait son titre paroissial supprimé et devenait, avec Cannes (5), une annexe de Lialores, sous la direction spirituelle de M. Pelauque, son ancien curé. Ses limites nouvelles se confondirent avec celles de Lialores son chef-lieu, mais elles furent réduites : plusieurs parties de son ancien territoire, dépendant de l'annexe de Saint-Martin de Plieux, furent adjointes aux paroisses de Saint-Pierre de Condom et de Cieurac (1), aujourd'hui dépendant de Gensac.


M. Pelauque, nommé curé de Lialores, dut sans aucun doute rétracter tous les serments qu'il avait prêtés pendant la période révolutionnaire, et nous le trouvons, le 15 août 1807, présent à la vérification des reliques de Saint-Antoine, faite sur l'ordre de Mgr Jacoupy, par M. Fabbè de Cadignan, son vicaire général. Notre dernier curé mourut à Vicnau, le 5 juin 1829, à l'âge de 90 ans, après avoir fait, le 50 novembre 1827, un testament olographe dont l'original fut déposé dans les minutes de M° Trouette, notaire royal de Condom .

Pierre Pélauque figure comme curé domicilié à Condom dans les Etats des pensionnaires ecclésiastiques du district et de la commune de l'An III, de l'An VI et de l'An IX. Nous le trouvons encore dans le Tableau des prêtres et ecclésiastiques dont l'administration municipale avait reçu les déclarations en exécution de l'arrêté du département du 21 brumaire An VI, , et dans l'Etat des prêtres constitutionnels domiciliés clans la commune de Condom du 25 vendémiaire An XI . Nommé curé de Lialores, Vicnau et Cannes par Mgr Jacoupy, le 3 thermidor An XI, il fit sa soumission à l'évêque, le 4 nivôse An XII. Il était encore desservant de Lialores lorsqu'il mourut dans son
domicile à Vicnau, le 3 juin 1829

En 1839, la commune de Lialores fut rattachée à Condom.

Le 6 avril 1854 Mgr de La Croix d'Azolette, archevêque d'Auch, autorisa dans l'église de Vicnau l'érection d'un via crucis, et qu'à la suite de délibérations favorables émanées de la commune de Condom et de la fabrique de Lialores, cette église fut érigée, le 15 décembre 1859, en chapelle de secours. Depuis lors, le culte est célébré régulièrement à Vicnau; les habitants y peuvent entendre la messe tous lès dimanches.

1874: Lialores (sectionde Condom).—Le bâtiment de l'école est dans une situation
assez satisfaisante,mais la sallede classe laisse à désirer et demande des réparations (Rapport du Préfet)
M. le Préfet dépose sur le bureau une demande de secours sur les fonds de l'Etat présentée en faveur de l'église de Lialores, section de Condom.

Le village Lialores 1913

Son histoire et ses personnages

1874: Reconstructionde l'église de Lialores (Communede Condom).—Demande de secours sur les fonds de l'Etat. M. Seillan, membre de là 4eCommission, fait le rapport suivant :
Dans la séance d'hier, M. le Préfet du Gers a déposé sur votre bureau un dossier complet relatif à la reconstruction de l'église de Lialores.
Le secours sollicité sur les fonds de l'Etat est de 31,742 fr. 50 c.
Ce chiffré élevé vous paraîtra justifié lorsque vous voudrez bien considerer que l'église dont s'agit appartient.au style roman le plus pur et qu'il importe d'arrêter les dégradations auxquelles elle est exposée par le manque absolu de ressources pour son entretien.
En conséquence, votre 4e Commission vous propose de placer cette demande à la suite de celles qui ont déjà été classées par vous dans l'une de vos précédentes séances, et, en outre, de solliciter le secours de 31,742 fr. 50 c. auprès de Son Excellence M. le Ministre de l'instruction publique, des cultes et des beaux-arts. »
Conclusions adoptées.
Finalement cette église a été restauré durant l'année 1884-1885. les voutes ont été faites durant ce laps de temps...les plans et devis sielement à 29 000 Francs ont été dressés par Dubarry, architecte à Agen. Boulzagard et Pardiac entrepreneur macons l'ont executé.
Cet autel à été posé le 28 mars de la même année. Il est sortie des ateliers de Beaux Sculpteur à Toulouse.

Dans la demolition du vieil autel a été trouvé le parchemin avec les reliques de St. Agapuit.

L'autel de l'église de Lialores au fil du tempsL'autel de l'église de Lialores au fil du tempsL'autel de l'église de Lialores au fil du temps

La chapelle dite de Sainte-Raphine, sous le patronage de Saint-Jean, autrefois juridiction de Condom, alors commune de Lialores, consistant en quatre murs seulement sans pavé ni couverture, ensemble une petite masure au midi et une fontaire au couchant, fut vendue le 3 thermidor an IV. Les demoiselles Lissalde de Sainte-Croix, anciennes religieuses que la République avait chassées de leurs couvents, l'acquirent plus tard et en firent la chapelle domestique de leur habitation de Sainte-Raphine. On y célébrait rarement les saints offices. (Lettre de M. Soulès, curé de Lialores, du 26 janvier 1844; Arch. mun.) Madame de Trenquelléon la fit démolir vers 1876 pour construire avec les matériaux la grange d'une métairie de Sainte- Raphine. Il reste de la chapelle un pan de mur avec la porte d'entrée ogivale. Sainte-Raphine était autrefois un lieu de pèlerinage et l'eau de sa fontaine attire encore des pèlerins qui vont le jour de la saint Jean, avant le lever du soleil, y chercher la guérison de leurs infirmités; elle est surtout réputée pour les maux d'yeux, les engourdissements des membres, les maladies eezématieuses. Les offrandes des pèlerins servent à leur dire une messe pour les morts à la paroisse ou à l'église voisine de Lialores.

1880: Par MM. Péraldi et Daynaud,
Un voeu demandant qu'une halte soit établie sur la ligne de Condom à Port-Ste-Marie, entre Condom et Moncrabeau, au passage à niveau du chemin de Bôle (Grazimis-Lialores);
Chemin de fer de Condomà Port-Ste-Marie—Halte destinée à desservir les sections de Lialores et de Grazimis dans la commune de Condom L'utilité de cette halte est incontestable : elle serait placée à une distance presque égale de Condom et de Moncrabeau (5 kilomètrès d'un côté, 4 kilomètres de l'autre); elle est destinée à desservir les quatre sections les plus populeuses et les plus aisées de la commune de Condom. Ces sections, qui sont : Grazimis, Lialores, Caunes et Viûnau, sont fort éloignées du chef-lieu de la commune : la plus rapprochée, Vicnau, est à 3 kil. 500 m. Grazimis et Lialores, qui sont les plus importantes, en sont séparées, l'une (Grazimis) par une distance de 5 kil., l'autre (Lialores) par une distance de 6 kil. La population répartie sur le territoire de ces diverses sections peut être évaluée à 1,300 habitants au moins.

Rapport du Préfet 1882:
Par une pétition remise l'année dernière à M. le Président du Conseil général, plusieurs électeurs appartenant aux sections de Lialores et de Vicnau, commune de Condom, ont demandé le sectionnement électoral.
L'Administration a fait instruire cette affaire dont j'ai l'honneur de placer le dossier sous vos yeux.
Il résulte des pièces composant ce dossier :
1° Que les pétitionnaires ne sont qu'au nombre de 26, alors que le nombre des électeurs demeurant dans les deux susdites sections s'élève à 131;
2° Que, dans l'enquête à laquelle il a été procédé, il ne s'est présenté que 20 personnes seulement;
3° Que M. le Commissaire enquêteur se prononce formellement contre le sectionnement, regardant cette mesure comme inutile aux intérêts de ceux qui en provoquent l'adoption, et comme pouvant devenir le point de départ d'un morcellement de la commune qui serait préjudiciable à tous;
4° Que le Conseil municipal repousse également, et avec énergie, le sectionnement sollicité, en faisant remarquer qu'il serait sans objet et même dangereux pour l'avenir; que, dans le passé, en 1875, le Conseil général a déjà écarté une demande analogue, et que rien depuis cette époque n'a changé dans la situation de la commune.
De son côté, M. le Sous-Préfet de Condom émet l'avis qu'il y a lieu de maintenir l'état de choses actuel.
Je crois donc devoir, en ce qui me concerne, au vu des déclarations unanimes que renferme le dossier, me ranger à l'avis du Conseil municipal et de M. le Sous-Préfet de Condom, et vous proposer de ne pas accueillir la demande de sectionnement qui vous est soumise, cette demande ayant déjà été examinée et rejetée par vous, et aucun élément nouveau n'étant produit qui puisse, à mes yeux, vous permettre de revenir sur votre décision de 1875

Lagleize, Jeanne-Agnès, 1883 à 1944, naquit en 1883, dans le petit village de Lialores, dans le Gers, où sa famille exploitait une ferme.
Elle devint Supérieure Provinciale des Filles de la Charité dans le Sud de Madagascar.

L'église

L'église de Saint-Antoine de Lialores, où l'on conserve les reliques du saint qui lui a donné son nom. C'est un très vaste édifice à trois nefs, une abside, deux absidioles et sans transsept. C'est le type, copié sur la basilique antique, qu'on retrouve à Nogaro et à Montaut (Gers).
A Lialores, paroisse rurale de la commune de Condom, l'église est, dans son grand oeuvre, du XII ième siècle, bâtie par des bénédictins établis dans cette paroisse à unje date inconnue; le monastère existait encore en 1420. C'est un intéressant spécilen du style roman dans le Gers. Elle est donc un édifice monastique.

L'église de LialoresL'entrée de l'église de Lialores

 

L'intérieure de l'église LialoresL'intérieure de l'église LialoresL'intérieure de l'église Lialores

N'oubliez pas la ronde des crèches du canton de Condom, qui vous guidera afin de visiter les crèches les églises du Goalard, de Cannes, de Lialores, de Vicnau et à la chapelle de l'ancien Carmel.
La liste des animations n'étant pas exhaustive, il convient de consulter la liste complète et les horaires à disposition du public à l'Office de tourisme de la Ténarèze, boulevard de la Libération, à Condom.
Tél. 05 62 28 00 80 ou sur le site ww.tourisme-tenareze.com

La crèche de l'église de LialoresLa crèche de l'église de Lialores

 

Vérification des reliques

Le dernier acte de l'épiscopat de Bouscaut fut l'autoristaion par lui donnée au vicaire-général de Bressolles de vérifier les reliques de saint Antoine, patron de la paroisse de Lialores.
Cette vérification fut suivie d'un procès-verbal qui nous a paru intéressant à cause des faits qu'il énonce. Nous en donnerons ici le texte complet, afin de faire connaître à nos lecteurs la scrupuleuse réserve avec laquelle on agissait en pareil cas, et diverses circonstances relatives à un martyr dont le culte fut autrefois très répandu dans ces contrées.
Procès-verbal de la visite et vérification des reliques de Saint Antoine de Lialores, martyr, le 10 septembre 1674.
"Nous Bernard de Bressolles, chanoine théologal et archidiacre en l'église cathédrale de Condom et vicaire général de Monseigneur messire Jacques Bénigne de Bossuet, évêque et seigneur de Condom conseiller du Roy en ses conseils et précepteur de Monseigneur le Dauphin, et de son ordre, sur la requête verbale à nous faite par Me François Dutour, prêtre et curé de l'église Notre-Dame de Lialores au présent diocèse, de lui permettre d'ouvrir et visiter certain tombeau de pierre relevé sur terre d'environ cinq pieds et qui est derrière l'autel de la chapelle saint Antoine, martyr, en la susditte église paroissielle de Lialores, dans lequel tombeau la tradition estait de tout temps que les reliques dudit saint martyr estoient renfermées et duquel ils avoient la tête, de mémoire perdue, dans une châsse d'étain qu'on expose souvent pendant l'année à la vénération, du peuple, et duquel saint Martyr la fête se célèbre annuellement non-seulement en la ditte église de Lialores, mais aussi dans l'église cathédrale de la présente ville de Condom le 2 septembre, suivant la fondation faite par Antoine de Grossolles, religieux et infirmier dans la dite église cathédrale en 1493, sous Jean Marre, évêque de Condom; Nous lui aurions accordé la ditte permission après luy avoir recommandé de faire la ditte recherche avec soin et décence requise et en compagnie d'autres ecclésiastiques. Ce qui aurait été fait le 6 du courant auquel jour de dimanche avoit été remise la solemnité et teste de ce saint en la ditte église, et ce en présence de MM. Pierre Dutour, ancien curé delà ditte église, Jean Daunassans, curé de Vicnau, Jean Colonies, Joseph Bézian, prestres et du Père Patrice, gardien des capucins de Nérac, et de plusieurs personnes de condition de la dite paroisse, des gardes du dit lieu et habitans dudit Lialores. Et, en effet, ils auraient trouvé sur le haut du dit tombeau élevé sur terre un petit caveau de deux pieds de long et un de large, sans qu'il y eût rien au dedans, duquel la tradition estoit qu'on avoit tiré la susditte tête qui avoit été desrobée et apportée à la montagne où les habitants furent la racheter, et ayant démoli et creusé plus avant, il fust trouvé un second caveau de pierre, de taille de plus de deux pieds en long dans lequel on aurait trouvé une petite caisse de bois de chêne pourrie en partie, et en icelle caisse divers ossements qu'ils auraient
mis dans une nappe bien blanche, ayant ramassé soigneusement tout ce qui estoit dans le dit caveau, et porté le tout, savoir la ditte caisse de bois et ossemens avec la ditte nappe, dans un grand coffre fermant à clef qui est dans la sacristie de la ditte église. En suitte de quoy les dits sieurs ecclésiastiques nous auraient donné avis de tout ce dessus, prié et requiert verbalement de vouloir nous transporter sur les lieux pour procéder à la vérification et visite des dittes reliques, et dresser notre verbal de tout, ce que nous aurions offert faire.
Et en effet le 10 du présent mois de septembre 1671, Nous vicaire général susdit, en compagnie de Me Jean Lagutère promoteur du présent diocèse, de Jean Colornès et Raymond Boutmelly présents,
et du R. P. Patrice, gardien du couvent des capucins de Nérac, qui avoient tous trois assisté à l'ouverture du dict tombeau, serions partis de Condom sur les cinq heures du matin et rendus au dit lieu de Lialores, jurisdiction de Condom, distant d'environ une lieue, ou étant, et dans la susditte église paroissielle Notre-Dame de Lialores, après avoir salué le Saint-Sacrement, il nous aurait esté rapporté qu'il y avoit divers actes dans le lieu justificatif de la vérité de ce dessus, savoir que les reliques du bienheureux Antoine martyr, surnommé de Lialores à raison de ce, estaient dans la ditte église, et pour cet effet, on nous aurait exhibé un acte en parchemin écrit et portant fondation et spiritualisation de certaine chapelle en la ditte église en l'honneur du bienheureux Antoine martyr par Michel Labadie prestre en son testament du 13 mars 1501 retenu par Charles Menhoméli, le 14 may 1504, notaire de Condom; et spiritualisée par Jean Marre, évêque du dit Condom, par acte retenu par ledict Menhoméli le 14 may 1504, dans lequel il est porté que le dict fort dateur veut que le service soit fait dans la ditte chapelle saint Antoine qui est au côté droit dans l'église susditte, in quâ corpus beati Antonii Martyris requiescit. Plus nous fust exhibé un missel fort ancien en lettres gothiques auquel n'ayant trouvé l'année de l'impression à cause qu'il est en partie rompu, nous jugeons qu'il doit estre de la fin du XVe siècle par rapport aux caractères et aux impressions de ce temps-là dans lequel nous lûmes au 2 septembre qu'il y avoit couché: « Infesto sancli Antonii de Lialoris martyris. »
Plus nous furent montrés divers actes des reconnaissances des fiefs dudict lieu des années 1420 et suivantes, ce qui avoit appartenu par cy-devant aux couvent et religieux de Saint Benoist dudict Lialores, portant que les payemens des dicts fiefs seraient faits le 2 septembre et in festosancti Antoniimarlyris, tous lesquels susdicts actes nous obligèrent de procéder avec respect et exactitude à ladite visite. Mais avant, pour demander à Dieu les grâces et lumières nécessaires en ce rencontre, nous aurions célébré là sainte Messe avec les susnommés Pierre Dutour, François Dutour curés, Charles Durègne, curé d'Alou et Jean Daunassans curé de Vicnau au présent diocèse, partie au grand autel d'icelle église où repose le Saint-Sacrement et partie à la chapelle dudict saint Antoine martyr; et nous estant ainsi disposés, revêtus du surplis et étale, en compagnie, de tous lesdits ecclésiastiques dont quelques-uns étaient pareillement revêtus de surplis ou aubes, et en présence aussi de plusieurs personnes de condition de la ditte paroisse, savoir nobles Jean du Sage, sieur de Ste Raffine, Biaise de Salles, sieur de la Mauragùe, François Dubernet de Garos, Antoine Moulié, Jacques Lacave et Jean-Bernard Lacave père et fils, Dominique Lamesan et Jean Bousquet maîtres chirurgiens, Jean Faget, garde dudit lieu et autres habitans dudit Lialores, aurions fait ouvrir le dict coffre, où ayant trouvé la ditte nappe dans laquelle estaient enveloppées la susditte caisse et ossemens, aurions apporté le tout dans le presbytère et audevant le grand autel de la dite église, et là, en présence et à la vue des susnommés aurions visité tout ce qui estoit contenu dans la ditte nappe, et après avoir séparé le bois d'avec les ossemens, Nous aurions trouvé parmi les dicts ossemens une petite lame de plomb, large d'un pouce au plus et de la longueur de deux tiers de pied ou environ, que nous croyons au commencement estre une côte, mais ayant reconnu au poids que c'estait du métal, nous jugeâmes qu'il y devoit avoir quelque inscription qui nous servirait à vérifier ce que Nous cherchions; en effet, ayant fait porter de l'eau et laver la ditte lame parce que Nous ne pouvions y connoistre aucun caractère, Nous y aurions enfin vu et lu ces mots escrits en un caractère plus ancien que le gothique, non gravez mais relevez sur la ditte lame de plomb : Hic jacet corpus sancti Antonii martyris, et deux petites lignes, le restant de la ditte lame si gâté et si usé par le temps que nous ne pûmes y rien connoistre de ce qu'il y avoit, et pleinement satisfaits de cette preuve authentique jointe à celles cy-dessus alléguées, de la tradition, fondation susdittes et autres actes, Nous ne doutâmes plus que ce ne fussent les véritables reliques de saint Antoine martyr appelé communément de Lialores, et pour preuve que depuis fort longtemps les susdittes reliques auraient esté remises dans ce tombeau, Nous aurions trouvé les clous dont avoit esté fermée la ditte caisse, quoique fort gros, si pourris et gâtés qu'ils Se brisaient comme du verre. En suitte de ce, Nous aurions mis les susdits ossemens dans une serviette bien blanche; laditte serviette avec lesdittes reliques dans un petit coffre neuf duquel aurions remis la clef au sieur curé dudit Lialores après néantmoins l'avoir scellé, et le dit petit coffre; nous le remimes dans un autre grand coffre duquel les marguillers de la ditte église tiennent la clef, et qui est dans la sacristie de la ditte église; Dont et de tout ce dessus, Nous aurions dressé le présent procèsverbal pour servir ainsi que de raison, que Nous aurions signé et fait signer aux susnommés, les jour et an que dessus."

Ce tombeau de Saint Antoine n'existe plus.

la relique de St. Antoine de LialoresLe crâne de St. Antoine de Lialoresla relique de St. Antoine de Lialores

Saint-Antoine de Lialores - XIV siècles de ferveur populaire

Qui était donc Saint-Antoine de Lialors?

Voici quelques éléments empruntés à la monographie anonyme éditée à Auch en 1882 au profit de la restauration de l'église de Lialores et déposée dans une vitrine del'église:

Saint-Antoine, qui a reçu le surnom de Lialore où furent tranportés ses reliques, naquit dans la ville d'Agen, probalement vers 470. Sa famille était noble et riche. Il commenca par être soldat; mais bientôt (..) im embrassa la vie érémitique pour échapper à la contagion de l' hérésie arienne. Ses parents le cherchèrent longtemps et finirent par le rencontrer. Touché de douleur et cédant à l'irrésistible attrait de son coeur, il consentit à retourner pour quelque temps avec eux dans la ville d'Agen; mais le monde lui pésait, (...). Il se retira de nouveau en Lomagne, où l'éclat de ses vertus le fit bientôt connaître et rechercher. Autant pour fuir les honneurs que pour céder à de nouvelles et pressantes sollicitations de ses parents, il revint une seconde fois à Agen.

Les ariens y triomphaient...Attirés par la réputation de sainteté qui le précédait, les Agenais orthodoxes vinrent au denvant de lui, lui amenant une femme paralytique et le suppliant de la guérir au nom de Jésus Christ, vrai Dieu et vrai fils de Dieu. Antoine pria quelques instants et, invoquant le nom de Jésus, il rendit aux membres de la malade le mouvement et la vie.

Il délivra aussi un grand nombre de possédés du démon. Les chrétiens donnèrent ces miracles aux ariens comme une preuve de la divinité du Sauveur; mais les ministres d'Olaric ( Alarie II, roi des Wisigothes de 484 à 507) firent arrêter Antoine et après avoir en vain essayé de le fléchir par des promesses er des menaces, ils lui infligèrent lers plus cruels supplices. Le glorieux athlète expira sous le fouet. Ses reliques furent emportées à liamores, dans le diocèse de Condom; elles y sont encore aujourd'hui en grande vénération (1880).

Il est impossible de dire à ma suite de quelles circonstances le corps de notre martyr fut transporté à Lialores. La légende d'après laquelle tête du saint, décapitée à Agen, serait venue d'un bond dans ce bourg, indiquannt ainsi le lieu de sa sépulture, n'a pas encore trouvé un indiscutable crédit. Nous aimons mieux penser que le pieux solitaire, après avoir vécu quelque temps dans ce coin de pénilence, aura manifesté le désir d'y être enseveli. Quoi qu'il en soit, dès que la dépouille mortelle d'Antoine fut transportée en ces lieux, les nombreux miracles qui s'y opérèrent par son intercession attirèrent des foules nombreuses atour son tombeau. On y vint de pays éloignés(..)

Toutes sortes de maladies, tant sprirituelles que corporelles, étaient guéries auprès du tombeaux d'Antoine de Lialores.(..) Ils furent nombreux en effet les démoniaques qui virent s'étendre sur la pierre du tombeau de notre saint, et presque tous par sa puissante vertu s'en revinrent guéris.

(..) Le nombre de pèlerins à Liatores devenant de plus en plus considérable, les fils de Saint-Benoît, établis à Condom depuis le commencement du XI siècle (1011), délachèrent quelques religieux de cette dernière abbaye et les envoyèrent y fonder un couvent. Ceux-ci devaient maintenir et accroître dans la région le culte du saint-martyr.

 

Lialors aujourd'hui:

Le Palet Gascon
Ce jeu d'adresse fort ancien, encore très pratiqué il y a une quarantaine années, aurait disparu sans le Foyer Ruale de Vicnau-lialores qui l'a transformé en jeux à points en 1985. Aujourd'hui, il connaît une seconde jeunesse, avec une centaine de concours dans la saison et le toujours plus réputé "Championnat du Monde de Palet Gascon" qui se dispute ordinairement le 15 Août à Lialores.

- Juin 1985: Sous la plume d'Alain Lasserre, alors instituteur du village, le Foyer Rural de Vicnau-Lialores (commune de Condom) élabore, s'inspirant des règles existantes, un règlement transformant le jeu de palet en jeu à points, avec possibilité de jouer par équipes de deux. C'est le premier règlement écrit du jeu de palet gascon.
- Juin 1986:première apparition du palet gascon lors du grand "Rassemblement Sportif des Foyers Ruraux du Gers" de Condom (sport en démonstration).
- Août 1986 :premier concours de palet gascon aux points lors de la fête estivale de Lialores.
- Mai 1987: concours de palet gascon aux points lors de la fête de Vicnau (voir photos).
- 5 Août 1990: premier "Championnat du Monde de Palet Gascon" organisé par le Foyer Rural de Vicnau-Lialores (54 concurrents) - 150 participants en 2001!-
- Mai 1991 : création d'un "Challenge Départemental de Palet Gascon" (en doublettes) au sein des associations affiliées à la Fédération des Foyers Ruraux du Gers.

 

Le Foyer Rural de Vicnau-Lialores
Depuis 1980, il est le "moteur" de la Vie du Lialorais; Riche de plus de 170 adhérants, il est l'un des plus originaux du département car, outre son rôle d'animation, il se préoccupe du riche Patrimoine local et est un porte-parole écouté des intérêts de la population locale.
Les défis ne font pas peur à sa dynamique équipe dirigeante, ses succès le faisant souvent citer en exemple. Ils vous attendent tous pour les fêtes du 15 Août, avec 3 de jours de fête et de bons moment atour de repas et de soirées animées.

Les Granges (musée rurale)

Le musée de LiaroresLe musée de Liarores

Dans ces anciennes granges sont présentés au rez-de-chaussée des outils et objets utilisés autrefois. Ils sont le témoin d'une culture millénaire face à un modernisme galopant.
Dans celle de droite, à étage: expositions tempraires: actuellement reconstitution d'une salle de classe.
Ouverture: Tous les jours, de 15h à 17h (Visites accompagnées)

Contact
M. MODENA Christophe (président)
1, rue Alexandre Dumas
32100 Condom
tel 05 62 68 45 86
mail : christophe.modena585@orange.fr

Contacts et renseignements:
05 62 28 35 02 ou 06 81 13 84 35
foyervicnaulialores@voila.fr

 

 retour top

Mentions legales | Liens | Accueil |Plan du Site
e-mail Mairie de Francescas 2010 -
Tous droits reserves
Conception et maintenance
: e-kommunikation.com