bastide francescas


LE SAUMONT

Région: Aquitaine
Département: Lot et Garonne
Code postale: 47174
Population : 158 habitants
Surface: 6.7 km2
Mairie: 05 53 97 14 50

Cliquez ici et trouvez un hôtel, un gîte ou un restaurant à votre convenance

 

Cette commune est un charmant petit village de 213 habitants situé dans le Lot-et-Garonne à une hauteur de 129 mètres. Il est traversé par le ruisseau l'Auvignon et le ruisseau le Petit Auvignon. Le nom des habitants de Saumont est Saumonais (fem. Saumonaises).
Le Saumont et son point de vue magnifique furent un lieu de prédilection du Temple. Il ne subsiste rien de leur passage sinon une exceptionnelle chapelle souterraine, au fond du parc du château, dont les murs servent, hélas ! aujourd'hui, de réservoir d'eau.

Le village Le Saumont

Son histoire

Messire Bertrand de Somont, chevalier, reconnaît le même jour 14 novembre 1286, tout ce qu'il possède dans l'honneur de Francescas, et déclare devoir fournir pour cela un servant d'armes, avec le seigneur de Saint-Barthélemi de Trillan (Dominus Bertrandus de Somont, miles.... et recognovit se debere facere pro proedictis, unum servientem de exercitum cum domino sancti Bartholomei d'Estrillano.) Il excepte de sa reconnaissance au roi d'Angleterre, ce qu'il tient, dans ledit lieu de Francescas, de messire Guillaume-Raymond de Pins, au nom de dame Vianne, sa défunte épouse et le serment de fidélité (excepto eo quod ienet a domino Guillelmo Raymundo de Pinibus, nomine dominoe Vianoe (uxoris) quondam in dicto loco de Francescas, et sacramentum fidelitatis).
Il était possédé au XIV° siècle par une branche de la maison d'Albret. Bérnard d'Albret,
seigneur du Saumont, laisse en mourant cette seigneurie à sa soeur Marguerite, qui elle-même avait un gendre.
Deux mois et demi avant la désastreuse bataille d'Azincourt, livrée le vendredi 25 octobre 1415, où Charles II, sire d'Albret, connétable de France, fut tué avec une grande partie de la haute noblesse française, « Bernard VII, par la grâce de Dieu, comte d'Armagnac, Fe zensac, Rodés et Pardiac, vicomte de Fezensaguet, Bruilhois, « Creyssel et Carladais, seigneur des terres de Rivière, d'Aure et des « montagnes de Rouergue, » donne des Lettres patentes, datées de son château de Vic-Fezensac le 3 août 1415. Ce prince enjoint par
lesdites lettres, à ses amés et féaux, messire Guillaume-Jean de Ymer, licencié ès-lois, son bailli de Bruilhois, Arn. de Lafonlan, son procureur vicomtal au même siége et à leurs lieutenants, de faire mettre en possession et saisine corporelle et actuelle de la seigneurie du lieu du Saumont, noble Marguerite d'Albret, soeur et héritière de feu noble Bérnard d'Albret, en son vivant seigneur du Saumont.
En conséquence, le 6 août 1415, Bernard d'Aguzan, lieutenant du dit bailli de la vicomté de Bruilhois, après avoir reçu respectueusement les dites Lettres et les avoir lues publiquement (quibusquidem Litteris reverenter per dictum dominum locum tenentem receptis acibidem lectis publice), met noble Jean de La Serre, gendre et procureur fondé de la dite noble Marguerite d'Albret, en possession et saisine réelle, corporelle et actuelle du Saumont. Pour cela il lui livre la principale porte du lieu , le fait entrer dans le Saumont, lui fait fermer et ouvrir ladite porte (in realem, actualem et corporalem pocessionem et saysinam prodicti loci Ausamontis posuit et induxit videlicet per traditionem janue principalis dicti loci, intus dictum
locum intrando et aperiendo ). Le lieutenant du bailliage entend mettre ainsi le procureur fondé de Marguerite d'Albret, dame du Saumont, en possession de tous les droits, rentes, provenances et appartenances du dit lieu.
Il mande et commande à Arnaud d'Audebert et Jean de La Claverie, consuls du Saumont et à plusieurs autres personnes présentes de la même commune, de recevoir ladite noble Marguerite comme leur dame, et noble Jean de La Serre, comme procureur fondé de la même dame ; de lui obéir comme ils le faisaient à feu noble Bérnard d'Albret, frère de la dite Marguerite.
Noble Jean de La Serre, damoiseau, prête ensuite serment aux Consuls et aux habitants du Saumont, au nom de noble Marguerite d'Albret, dame dudit lieu, en présence de messire Bernard d'Aguzan, lieutenant susdit.
Arnaud d'Audebert et Jean de la Claverie, Consuls, et les habitants du Saumont, prêtent à leur tour serment de fidélité entre les mains de Jean de La Serre, damoiseau, procureur fondé de Marguerite d'Albret, dame dudit lieu, sa belle-mère. Ces prestations réciproques de serments sont faites en public clans l'église du Saumont. Tous ces actes sont retenus par Pierre de Span, notaire public de Bruilhois et de toute la sénéchaussée d'Agenais et Gascogne (Minutes de Pierre de Span, qui font partie des archives).
La seigneurie du Saumont était donc possédée au XIV°siècle et au commencement du XVe, par une branche de la maison d'Albret.
Hélène d'Albret du Saumont épousa noble Biaise de Béarn, (descendant, non des anciens vicomtes souverains de Béarn, comme le nom porterait à le penser, mais d'un fils non légitime du célèbre Gaston Phoebus, comte de Foix. vicomte de Béarn, Gabarret. etc.). Après eux, noble et puissant seigneur Etienne de Béarn, seigneur du Saumont (de Ausamonte), marié avec Annette du Lion, achète par contrat du 19 juillet 1469, à Jean de Filartigue, seigneur de Gueyze et d'Estrepouy, toutes les terres, forêts, fiefs, rentes, services, haute,
moyenne et basse justice appartenant au dit de Filartigue dans les lieux de Calignac, Francescas, Autièges et Lormes, entre autres la forêt noble d'Anguilh, située dans la juridiction de Calignac.
Joseph de Béarn, seigneur du Saumont en 1580, frère aîné de Biaise de Béarn, seigneur de Réaup, et arrière petit-fils d'Etienne, n'eut qu'une fille Jeanne-Marthe de Béarn, qui était dame du Saumont en 1607, 1609 1644, et mariée à noble Jean-Louis de Mauléon, seigneur de Francon.
Nous donnons ici quelques détails généalogiques, parce que la seigneurie du Saumont est passée par mariage dans cinq familles différentes depuis les d'Albret au XIVe siècle, jusqu'à la Révolution, et qu'il est difficile de comprendre ou du moins de retenir comment et à quelles époques ces mutations se sont opérées. Nous reprenons nos énumérations succintes, Marie-Claire de Mauléon (née du mariage de Jeanne-Marthe de Béarn avec Jean-Louis de Mauléon), apporta le Saumont à son époux François de Tersac, seigneur marquis de Montberault. Leur fille Jeanne-Marthe de Tersac-Montberault, clame du Saumont, épousa, le
8 avril 1657, François-Auguste-Michel de Montault de Saint Sivier, seigneur de Malartic, baron de Cadeillan. Depuis cette époque, les comtes de Montault Saint-Sivier, leurs descendants, ont été seigneurs du Saumont jusqu'à l'abolition des fiefs.
On sait que Bernard, seigneur du château de Noé, situé sur la rive gauche de la Garonne, entre Muret et Rieux, et du château de Montaut, construit presque vis-à-vis sur la rive droite du fleuve, laissa deux fils de dame Dias, son épouse. Gautier, l'aîné, eut la baronnie de Noé ; il a continué la maison de ce nom (qui habite de nos jours le château de l'Isle d'Orbessan, appelée aussi l'Isle de Noé).
Arnaud Pons de Noé, frère puîné de Gautier, eut en apanage en 1143, la baronnie de Montault, près Noé. Du mariage de cet Arnaud Pons de Noé, baron de Montault, avec Judith, vicomtesse de Terride, sont descendus les MM. de Montault, barons de Bénac, les ducs de Navailles (entré autres Philippe II, duc de Navailles, maréchal de France), les comtes de Montault de Saint-Sivier, seigneurs du Saumont.
M. Dumon, père de l'ancien ministre des finances, avait, au commencement de ce siècle, acheté la terre du Saumont, comme la terre d'Aubiac. Il l'a donnée à son gendre M. Rotch Barsalou, ancien député de Lot-et-Garonne, dont la fille unique est mariée au 3me baron Eschassériaux, député de la Charente Inférieure. M. Roych Barsalou est décédé 1885.
Durant le Moyen-Age et jusqu'à la Révolution, Le Saumont, le Nom-Dieu, Bax et Beaulens étaient quatre communes de la vicomte et du bailliage d'appel de Bruilhois. Elles étaient situées entre les deux Auvignon, comme le sont en amont de ces cours d'eau, les villages ou petites villes de Ligardes, Estrepouy, Gazaupouy; La Roumieu, Castelnau de Fimarcon, etc
.

La mairie de Le SaumontUne étable à Le Saumont/p>

1789: 381 habitants (Dictionnaire général de France)

Le Village et son histoire

Le village Le Saumont

Deux agglomérations figurent sur le cadastre de 1818 : l' une devant le château a été entièrement détruite au 19e siècle, l' autre de plan régulier, liée à l' église paroissiale, est le village actuel ; selon A. Dubourg, Saumont serait une dépendance de la commanderie du Nomdieu ; certaines maisons de la rue du nord présentent des vestiges pouvant dater du 16e siècle ; mais les édifices composant le village ont été presque tous reconstruits dans la 2e moitié du 19e siècle.

Une maison du village Le Saumont

Le Chateau

Le château du village Le Saumont


Selon Bourrousse de Laffore, la seigneurie du Saumont était possédée au 14e siècle par une branche de la famille d' Albret, et passa ensuite à une branche de Béarn. Le château antérieur au 17e siècle était vraisemblablement situé à l' emplacement de l' aile ouest, dont le mur ouest possède un fruit et des tours d' angles circulaires en ruine figurées sur le cadastre de 1818. Au château était associé un village, encore figuré en 1818. Le château est reconstruit en 1654, selon une inscription gravée placée sur l' aile ouest (" 1654 CET POUR LES MIENS ") , pour Marie-Claire de Mauléon et son époux François de Tersac, seigneur de Montberault. Vendu en 1807, il est acheté par Dumont et Aunac, associés. Dans les années 1830, 10 métairies, 2 moulins à eau, 1 moulin à vent et des bois sont attachés au château, selon H. Labouche. En 1839, Rotch Barsalou, député, se rend propriétaire de l' ensemble. Sa fille en hérite en 1887 et y effectue d' importants remaniements achevés en 1888 : surélévation d' un étage des ailes de dépendances, construction du 2e étage du logis, de l' escalier central, des cheminées du 1er étage.

Acquis en 1956 par les Petits Frères des Pauvres, qui l' aménagent pour l' accueil temporaire de personnes âgées, transformant notamment les dépendances en chambres et offices.

Depuis 1984 - Maison d'accueil temporaire 25 places
"Château du Saumont" (5 A.S) Héb. Temporaire :
47600 LE SAUMONT GIR 1-2 : 22,45 euros
Association : Géront’Aquitaine GIR 3-4 : 14,25 euros
Directrice : Mme Sandrine CHENOUNA GIR 5-6 : 6,05 euros
 05 53 97 12 51 à compter du 01/05/2010 (*)
Fax : 05.53.65.63.29
Email : gerontaquitainelechateausaumont@yahoo.fr

 

L'église

L'église au Saumont


Dépendance de la commanderie du Nomdieu, selon A. Dubourg, ce que pourrait confirmer le linteau de la porte du cimetière orné d' une croix de Malte ; reconstruite au 16e siècle, dont peut dater le portail ; le clocher pignon en pierre de taille a été vraisemblablement édifié au 17e siècle ; porte du cimetière datée 1744 ; remaniement des ouvertures et de la corniche dans la 2e moitié du 19e siècle, probablement en même temps que la reconstruction du village ; réfection intérieure récente.

L'intérieure de l'église à Le Saumont

La Fondation du Patrimoine a participé à la restauration du Pont roman situé sur la Grand Auvignon (communes du Saumont et de Moncaut)Pont Roman au lieu dit Moulin neuf.

Le pont roman

Ce patrimoine communal, dont la construction est datée des environs des XIIème et XIIIème siècles, avait été fortement endommagé au fil du temps. En effet, il était resté de très longues années sans pouvoir être utilisé.

Le moulin neuf a été construit en 1504.
Il a été complèetement renové 2008 - 2010 par son propriétaire, Mr. P. Espinasse.

Le moulin neufLe moulin neufLe moulin neuf

Le moulin de Coulaqué

Le moulin de Coulaqué

Ce moulin a subi certaines modifications puisqu'il présente des fenêtres exposées aux quatre points cardinaux et a été transformé en pigeonnier. La porte nord est surmontée de l'inscription gravée 1881

 

Mairie de Saumont
Maire : Monsieur Pierre LABADIE
Le Bourg
47600 - Saumont
Tél. : 05 53 97 14 50

 

 retour top

Mentions legales | Liens | Accueil |Plan du Site
e-mail Mairie de Francescas 2010 -
Tous droits reserves
Conception et maintenance
: e-kommunikation.com