En 2016 a été publié un livre sur Francescas, référencé par la Bibliothèque National de France.

Francescas - Village Millenaire

ISBN:978-2-9547690-0-4 9782954769004 (https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb454074208)

Voici la préambule

En 1956, un incendie dans la mairie de Francescas détruit tous les archives de ce village, qui de fait a perdu, sa mémoire et son identité.
En 1970, deux citoyens, Jean Jougla (décédé en 2002) et Daniel Cabaup, ont écrit un recueil sur l’histoire de de cette commune, principalement avec la mémoire des  anciens du village, les archives du départementd’ Agen, de Condom et d’Auch.
Une centaine de pages ont retracé les événements de Francescas, mais certains  détails étaient inconnus, particulièrement les origines de l’existence de ce chef-lieu.
Ce n’est qu’avec l’arrivée de l’informatique que les premiers pas de Francescas dans la lumière de l’observateur ont pu surgir et être transcrits.
D’où vient  le nom « Francescas », quel était la raison de son existence et quel forme d’état a succédé aux  Romains. Sans connaître ces détails, sans une vue d’ensemble et générale de cette époque historique, tout n’était qu’images floues.
Internet avec ses capacités de visiter les bibliothèques en Angleterre et aux Etats-Unis, sources sans fin des détails historiques et le concours de la bibliothèque nationale de France ont permis de donner une vue générale et précise du passé. Avec ces moyens, Francescas a redécouvert son profil, sa personnalité et une visibilité qui ensemble ont créé la base des liens entre le village et ses citoyens.
Après la chute de Rome en 476 et la  disparition du système régalien des Romains en France, il y avait un vide dans le déroulement des événements connus jusqu’aux Rois de France à partir de 1190 (à partir de cette année, le sceau de Philippe Auguste est gravé de la mention en latin : Rex Franciæ, roi de France).
Les recherches ont permis de confirmer, que le nom Francescas vient du nom d’un peuple germain, les Francs. (Francescas = terre des Francs).
Entre 481 et 843, les Francs ont occupés toutes les régions de la Gaule, qui forment aujourd’hui la France, qui elle-même porte le nom de ce peuple envahisseur de cette époque.
Elle doit son origine à des bénédictins qui après avoir défriché les terres des environs y fondèrent un monastère. Le monastère fut supprimé pour être réuni à l'évêché de Condom lorsque ce siège fut érigé (1013). Il existait un prieuré à Francescas, un fait, qui est confirmé par les jurades (conseil municipal) de Francescas. Il s’agit donc d’un bourg prieuré.
L’histoire avec un grand H n’a jamais fait appel à Francescas sur le devant de la scène de la région ou de la Nation dans les 1000 ans que ce bourg a vécu son existence entre les guerre de cents ans et les guerres de religion.
Souvent mal traité pas les Seigneuries, peu glorieuse sur le plan économique, presque invisible des grands courants politiques et militaires, ce village était principalement un lieu d’agriculture, de tisserands, un lieu d’hébergement d’une petite bourgeoisie et de ses métiers d’antan.
Francescas a traversé les siècles à l’ombre du clocher de son église, bâtiment le plus imposant de cette commune.
Les livres de jurade nous racontent la vie difficile des habitants, préoccupés par la préservation de leurs biens et les acquis obtenus grâce ou contre les seigneurs.
Eternellement tiraillé entre la dominance de Condom, centre religieux de la région et la seigneurie de Lasserre, qui partageait les pouvoirs locaux avec le roi, soit anglais ou français, toujours dépendant des sorts des armes, ce village existait toujours dans une sorte d’invisibilité sur son propre avenir.
Francescas ne possédait pas de château et la présence de personnages historiques  fût plutôt rare.
Exceptions faites furent le roi Henri IV ou Charles de Batz de Castelmore, dit d'Artagnan en 1670, oh combien rendu célèbre par les écrits d’Alexandre Dumas.
Les guerres nationales et régionales ont façonné cette commune et furent seules responsables des faits les plus marquants de ce bourg. A tel point, que les illustres maréchaux de différentes armées de ces époques (comme de Roquelaure, de Matignon, Montluc ou encore Montgommery)  ont marqués davantage  l’histoire de cette commune que les événements civils ou sociales.
Mais un  personnage dépassera les frontières de ce village, du département et même de la région.
Monsieur Raymond Soucaret, maire de Francescas depuis 1968, est élu en 1974 au Sénat de France.
Sa présence dans les différentes activités municipales, départementales et étatiques ont fait avancer Francescas dans beaucoup de domaines, qu’ils soient économiques, sociaux ou institutionnels.
Comme beaucoup de villes et villages, Francescas possède ses propres légendes et sans doute elles font partie intégrante du patrimoine.
Il y a surtout Le Chevalier de La Hire, personnage incontournable de l’histoire de Jeanne d’arc.
Depuis des siècles une maison à Francescas prétend avoir hébergé cet illustre personnage dans ses murs.
Etienne de Vignole de son vrai nom, était connu pour ses colères, d’où le nom La Hire (l’ire en ancien français) était d’une réputation plutôt sulfureuse et certainement pas chevaleresque.
N’empêche, pour une raison historique non documentée et absolument inconnue, il a trouvé une place dans l’histoire de Francescas jusqu’à ce jour.
Il y a un restaurant Le Relais de La Hire, La Maison de La Hire et même une ferme La Hire.
Légendaire et bien fondées par contre sont les chevauchées d’Henri IV aux alentours de Francescas et plusieurs diners au 14 siècle dans ce bourg sont confirmés.
Si on suit aujourd’hui cette route on voyage dans le Sud-Ouest de la France, au cœur de la Gascogne, entre le Brulhois et le pays d'Albret, afin de découvrir un tourisme porté par la douceur des paysages et la richesse de sa nature. Le voyageur plonge dans l'histoire des rois, des mousquetaires et ses châteaux, il peut déguster sa gastronomie locale qui connaît bien plus que la fois gras et l'armagnac. La Baïse avec ses moulins et villages d'un autre temps, la Garonne, venant des Pyrénées pour ouvrir la porte de l'Atlantique, le canal du midi, témoin du soleil de la méditerranée, tous trois emporteront le voyageur dans un paysage plein de romantisme et de beauté. Une région prédestinée pour les vacances, les croisières fluviales ou des balades à vélo.
Autour de Francescas, on découvre le monde rural, qui a empreint le paysage autour de ce village, avec ses plantations de fruitiers,  les pommiers et bien d'autres. Les terres riches produisent des céréales, des légumes et aussi des vignes, qui  apportent  une richesse complémentaire à ce monde, qui a su garder ses origines, ses cultures et ses  traditions.
Une partie des textes dans ce livre a été laissé dans son état d’origine (français ancien)

Vous souhaitez acquérir un livre, merci de contacter le webmaster

top en haut